• 2016 en face. C'est parti "sursis" / BERTEZ

    Chaos Lanrelas Keriadenn

        Le Chaos du Rocher du Géant à Lanrelas (Côtes d'Armor), en mars 2011. 2011 ? 2016, l'amie !

     

      "Le grand Transfert/Marchés : Perspectives 2016, le sursis en attendant 2017", Bruno BERTEZ, Blogalupus, 09-01-2016.

     

       "(...) L’année 2016, avons-nous dit, n’est guère prévisible. Tout est encore possible. L’avenir ne se devine  pas, rien n’est écrit, et la seule chose que l’on puisse apporter, c’est un peu de compréhension dans le chaos du présent.

       Dans  ce chaos, nous mettons en évidence :

        – l’échec des politiques reflationnistes à s’opposer aux tendances négatives sur les prix mondiaux
        – le ralentissement annoncé de la croissance mondiale
        – la rupture de la tendance à la globalisation
        – la montée des antagonismes et l’insécurité géopolitique
        – la fin de la grande histoire d’amour entre la finance, les marchés et les Banquiers Centraux
        – le début de dislocation des marchés de crédit les plus spéculatifs
        – le désordre monétaire généralisé. (...)"
     

    http://leblogalupus.com/2016/01/09/le-grand-transfert-marches-perspectives-2016-le-sursis-en-attendant-2017par-bruno-bertez/

     

       Notes :

       L'article entier vaut-il son pesant d' ... ?  S'y ruer ? S'y rendre ! Un semblant d'apaisement est manifesté dans le contrecarré de la politiques globale et leur gestion par la "hiérarchie" apparente ou réelle (celle qui peut sur les autres, "le reste", en l'occurrence) par des forces régionales, ou des flux tenaces et divergeants sinon opposés. Mais le chaos est aussi l'opportunité inespérée des gloutons sans fond, des "aspirateurs centralisés" aux ambitions ordonnatrices, des fameux "ZOMBIES" (croque-vifs morts-vivants), ... des inassouvis de tout poil, en fait.

      Francis COUSIN et sa guerre infinie en monde d'argent délivre l'autre message à entendre.

      Retenu express et en plus :

       - "Il est toujours difficile de faire comprendre que le monde est agité de contradictions, qu’il n’est pas uniforme, mais hiérarchisé, qu’il y a un Centre, les USA, et des périphéries, et même des sous-Centres et des sous-Périphéries. Il y a, à la fois des tendances globales, et, à l’intérieur de ces tendances, des conflits, des affrontements, des antagonismes."

        -"La mécanique infernale de la destruction est lancée : les capitaux  créés par les USA, lors de la montée des QE (Quantitative Easing - NDLR !), refluent, ils rentrent au bercail, ce qui assèche les pays qui les avaient hébergés, et rend quasi impossible le service des dettes qui ont été contractées en dollars. En choc, en retour de réflexivité et de transitivité, ces pays s’enfoncent dans la récession et perdent toutes leurs marges de manœuvre et de régulation. Il est bien loin le temps des illusions des BRICS. Nous le disons sans cesse, celui qui donne tout peut aussi tout reprendre."

       A MÉDITER

       Nota : Donner tout ce qu'on ne possède pas et/ou qui n'existe pas, et... reprendre" ?, et ici (Bruno BERTEZ) prendre (s'emparer, s'accaparer) tout ce qu'on ne possède pas, mais qui existe... L'enjeu du drame en cours.

       Cela résonne curieusement avec cette histoire que l'on aime à raconter en Bretagne : à des manigances très lointaines d'un petit pays de Francs, établi à Paris, "donnant" une péninsule trop indépendante à des Vikings assaillants et avides, réglant par là-même deux menaces, et tâchant se s'assurer une voie royale.

       "Donner" quelqu'un.

     

    Lanrelas arbre et chaos

          Le Chaos du Rocher du Géant à Lanrelas en mars 2011.

    « Grandes pierres / QUENNELEC - 2014Le Bal des Laze / POLNAREFF - 1968 »