• AQUA BON-A DILUTIONS...

     ...SUCCUSSIONS. QUELQUES RAYONS SUR L'EAU.

    Pont d'eau

     

       "Elmar C Fuchs et ses collègues étaient en train d’étudier les propriétés physiques de l’eau sous l’action d’un champ électrique lorsqu’ils ont découvert un étrange phénomène. Deux béchers remplis d’eau distillée et soumis à une forte différence de potentiel étaient à une distance de quelques centimètres quand l’eau s’est mise à grimper aux parois pour sortir des béchers et former une sorte de tube d’eau flottant en l’air, connectant les deux récipients ! On sait depuis longtemps que l’eau est un des liquides les plus mystérieux et les plus fascinants de l’Univers, dont bien des secrets restent encore à découvrir.(...)"
     
     
     

     

       Note : Comment se lasser du spectacle ?

     

       Autre faisceau lumineux :

      "En filtrant bactéries et virus, on obtient une solution qui ne contient plus aucune structure vivante, ni ADN. Pourtant spontanément en 8 à 21 jours cette solution présente de nouveau les virus ou autres mycoplasmes de départ. De plus on montre que la solution émet des signaux électromagnétiques pour peu qu’on la dilue. Contrairement au sens commun habituel, plus on dilue, mieux le signal apparaît.

      Une intervention qui fera date et qui marque le début de l’exploration scientifique des propriétés des ultra dilutions, de l’implication des phénomènes électromagnétiques dans le phénomène du vivant. L’horizon ouvert par ces recherches est absolument vertigineux, je me propose de développer cela dans un autre article.

      Ces travaux mettent à mal les arguments des mal-pensants qui se prétendent scientifiques mais qui pourtant se permettent de juger une discipline qu’ils n’ont jamais étudiée, et nous ressassent le nombre d’Avogadro pour nous “prouver” que l’homéopathie n’est que de l’eau. (...)"

       Édouard BROUSSALIAN, Planète-Homéo, 02-02-2010.

       Source :

       http://www.planete-homeo.org/le-prix-nobel-luc-montagnier-rehabilite-les-travaux-de-benveniste/

     

       "(...) Et donc la question que nous nous posons : "Est ce que dans cette mémoire biologique, est-ce qu’il n’y a pas eu avant le DNA, une mémoire autre, une mémoire de... l’eau ?" L’eau qui est un liquide extraordinaire nous disent les physiciens, c’est un liquide extrêmement répandu, enfin un élément composant pas toujours à l’état liquide mais extrêmement répandu dans l’univers, l’eau, et, d’autre part, est-ce que cette mémoire peut encore exister à l’heure actuelle à travers le DNA et le RNA ? C’est une question donc que nous nous posons aujourd’hui. Bien sûr, on ne va pas totalement la résoudre, mais je voudrais donc vous présenter des résultats de biologie, mais qui - je souhaite - intéressent aussi les physiciens car effectivement ce que je vais vous montrer n’aura probablement ses explications non par la biologie, mais par la physique  .
      J’ai commencé d’abord à partir du virus du SIDA, à me poser la question : "Est ce qu’il y a des cofacteurs, qui causent le SIDA, avec le virus ?". Dans les laboratoires, nous savons que le virus est presque constamment accompagné de petites bactéries qu’on appelle des mycoplasmes, qui n’ont pas de paroi. Et vous en avez ici un exemple, en forme de poire, qui se fixe sur un morceau de lymphocyte, d’une cellule, et cette fixation par une protéine spécifique, une Adhésine, permet au mycoplasme de pomper un certain nombre de métabolites de la cellule. Ces mycoplasmes sont en effet des parasites facultatifs de nos cellules, qui peuvent être aussi multipliés dans un milieu totalement acellulaire, un milieu assez riche, avec du sérum, mais on peut aussi très bien les cultiver avec des cultures de cellules humaines. Ces mycoplasmes font  à peu près 300 nanomètres, alors que le virus du SIDA, HIV, fait environ 100 à 120 nanomètres.
        Donc très naïvement, je me suis posé la question si on peut se débarrasser du mycoplasme qui accompagne le virus par une simple filtration de 100 nanomètres qui va probablement éliminer le mycoplasme. Et donc, voilà ce qui a été fait (affichage écran), on cultive des cellules lymphocytaires humaines ou des lignées lymphoïdes, on les infecte avec un mycoplasme, mycoplasma pirum, qui est un mycoplasme relativement fréquent, qu’on trouve chez des donneurs de sang, qui est proche par ses structures du mycoplasma pneumoniae, mais qui pour l’instant n’est pas connu comme étant pathogène. Nous avons aussi des indications pour penser qu’il peut aussi causer des pneumonies comme mycoplasma pneumoniae.
        Donc l’idée est de prendre un surnageant, et que l’on va filtrer à partir de filtres de 100 nanomètres ou même 20 nanomètres, et ce qui a été observé, c’est que le filtrat lui-même quand il était incubé avec des cellules humaines, non infectées, bien contrôlées pour être sans mycoplasmes, et bien on retrouvait le mycoplasme au bout de 2 à 3 semaines. (...)"

       Pr Jean-Luc MONTAGNIER

       Voir aussi : http://www.lesmotsontunsens.com/luc-montagnier-vaccin-contre-le-sida-memoire-de-l-eau-jacques-benveniste-2744

       http://www.planete-homeo.org/memoire-de-leau-polemique-relancee/

     

    « DE L'HOMŒOPATHIE 02Inter-mèd' en BRIC-A-S'BRAQUER ! »