• BOIRE AUSSI : ARROSER !

     PENDANT (ET AVANT ET APRÈS).

    BOIRE

       Petite emphase sur le carné. Indéniable éclat. La photographie explose dans une publicité pour des vins espagnols : "Après avoir savouré une bonne soupe, les meilleurs fruits de mer, une délicieuse daurade, et la traditionnelle dinde de Noël, nous espérons que vous avez encore de l’appétit pour goûter un autre classique de la gastronomie espagnole qui est devenu une tradition des fêtes de Noël. Il s’agit du succulent cochon de lait rôti. Chez (...), nous vous exposons quelques trucs pour sa préparation, ainsi que quelques idées pour marier vins et cochon de lait. Vous les apprécierez !" Source : http://www.decantalo.com/fr/blog/sin-categoria/mariages-de-noel-marier-vins-et-cochon-de-lait-roti/

     

       Viande rôtie sera amoureusement attendrie de son jus lors de la cuisson, sa dégustation impliquera un autre liquide, de préférence abondamment servi... et, en temps de fête, sans le toujours triste couperet de la sobriété de bon aloi.

       Boire ! Chacun sait, en bon Français,  qu'il ne s'agit pas d'eau, à moins d'être "de-vie". Insouciance. Plaisir. Besoin (à raisons multiples qui comprend l'expérience - essentielle). Encouragement... intéressé, même en famille. Effets physiologiques garantis, conséquences infinies. "Le" marché évidemment, des moyens et des enjeux politiques (évidemment - bis) veillent scrupuleusement des tonneaux aux goulots. On raconte même des choses inavouables sur le cas américain de la Prohibition de 1919-33 : État pas beau (mais ma mémoire est en lambeau, et cela sentait le "conspipi"... celui ou presque de quand à trop bu) !

       En Français toujours : à la bonne nôtre (de santé ?) !

     

       Recettes pompettes. "Faire à manger, boire de l'alcool !", "le 13 vril à 18 hueres." Pas tout à fait Noël, ni le premier de l'an. Ni l’œuvre d'amateurs que l'on pouvait comprendre de l'affaire médiatisée récemment. On y trouve des faits (tradition franchouillarde et mondaine certes, mais retournée dans un rituel de succession de verres de vodka bus cul-sec, aussi exotique que ravageur, probablement à la mode... quelque part...) et de la drôlerie - si peu, - lors du "teaser" et en générique, en gros. Car prime la mise en scène d'un voyeurisme people sur des invités, professionnels du spectacle, des plateaux TV-ciné-scène à tendance rigolo-multi-degrés qui acceptent le test avec plus ou moins de bonne grâce (résistance nette pour Antoine de CAUNES prêt se venger bassement ou dans le pur genre). Incitation à boire ? On (les institutions gouvernementales) nous parle de propagande. Au nom des jeunes, victimes potentielles à protéger (parallèlement au don d'organe ? Hic !). "Grâce à l'alcool, on ne sent rien" (dit l'animateur M. Poulpe avec Élodie FRÉGÉ). Pour en arrêter rapidement, les effets du nombre de "shot"s de vodka sont aussi sûrement utilisés (club amical qui s'auto-promotionne ?) que niés (aucun problème). État d'un monde ? Ces vidéos sont-elles appréciées ? Le nombre de visiteurs est très important (le million et même le double souvent atteints !). Sources : https://www.youtube.com/watch?v=-4IPBSMOEKA, https://www.youtube.com/watch?v=cFKzs5lH1Uw avec beaucoup (trop) d'autres & http://www.lesinrocks.com/2016/12/news/propagande-faveur-de-lalcool-recettes-pompettes-menacees-mise-garde-csa/

     

    BOIRE AUSSI : ARROSER !

       On peut dire tout et son contraire. Illustration émérite. Source : http://www.frenchbastards.fr/blog/les-propagandes-sur-lalcool/

     

       Même l’Église ? C'est du Varg VIKERNES jamais en reste. Aqua vitae fut-il chanté... Bretons reconnaissants de tant de "disculpation" possible ! Quant à l'infériorité, d'autant si l'on picole : vaste débat, aussi stérile que destructeur. Quant aux récipients de cuivre et d'argent purificateur de l'eau : la piste est intéressante, cohérente, mais réellement satisfaisante ? Sources : https://www.youtube.com/watch?v=D7MsSuLwOVA & https://www.youtube.com/watch?v=qwBsdKIPvRs

     

      Osons un bref parallèle : s'il est impossible aujourd'hui de valoriser directement la violence (même si certains s'y essaient !), l'alcool jouit d'une place plus dégagée. Ses atours sont plus divers, plus ambigus qui compliquent les faits ou la politique. Pour cette dernière, les viles ou classieuses beuveries ne peuvent et ne doivent jamais être laissés de côté, aux prix de contorsions hypocrites de haute-voltige (la pseudo-guerre entre une Marisol TOURAINE révoltée, âme apparemment si bienveillante et ses amis députés ou ministre, copains de terroirs et clientélistes, l'illustre lors de l'amendement de la loi EVIN en 2015. Quels acteurs, mon foie !)

      Source : http://www.ouest-france.fr/economie/loi-evin-un-assouplissement-ete-vote-macron-applaudit-pas-touraine-3829298

       Et fort opportunément, les études scientifiques fidèles à leur hétéroclisme et leur réductionnisme endurcis peuvent en dire, elles aussi du bien (au compte-goutte ?) ou du mal. Le vin connaît de réguliers supporters. Pour celle du jour : mieux vaut un peu et régulier que rien. Voyons...

       "Charles HOLAHAN, un psychologue issu de l’Université de Texas vient de publier le résultat d’une étude sur la consommation d’alcool. D’après sa constatation, les personnes n’ayant jamais bu ce breuvage meurent plus vite que celles qui en prennent régulièrement."

       Source : http://brindweb.fr/boire-de-lalcool-augmente-lesperance-de-vie-1001014.html

       Et on entérine la cause, par le ou la Guinness (voir double au carré).

      Dans sa Lettre de la médecine du sens, Olivier SOULIER reprend Jean-Marc DUPUIS qui décrit le trajet hétérodoxe en matière sanitaire de personnalités de grand âge ou ayant connu une longévité exceptionnelle. Viandes, alcool, tabac, et peut-être d'autres vices !, participeraient-ils d'une vitalité supérieure ? Combat d'experts ou de guides aux manches pleines de ressources et d'explications ? Mystère ou sens... Capital santé, tout simplement ?

     

       Jean-Marc Dupuis, dans sa lettre, parle de :

       "La femme la plus vieille du monde Emma MORANO, qui ne mange pas de fruits et de légumes".

       Il évoque aussi d’autres personnes qui ont vécu très âgées comme Jeanne CALMENT qui a vécu 122 ans, 5 mois, 14 jours. Ou Buster MARTIN qui a vécu jusqu’à 104 ans en attribuant sa longévité à l’association tabac alcool.

      Beaucoup de ces personnes, ont fumé, bu, eu une alimentation discutable et une vie très difficile.

       Il se déclare sans compréhension sur le fond, juste s’émerveille-t-il de la complexité de la vie. Il remarque avec justesse qu’il faut éviter tout dogmatisme.

       Alors que se passe-t-il aussi ?

       Mon cher Jean-Pierre, voilà quelques pistes.

       Au niveau caractère ,la femme la plus vieille du monde Emma Morano a su être pragmatique et prendre des décisions.

       Accepter de se marier pour ne pas être tuée. Tirer les conclusions du décès de son fils issu de ce mariage forcé et malheureux. Oser être la première femme italienne à divorcer.

       Si vous regardez bien toutes ces vies longues, elles se marquent par des tempéraments forts et surtout des capacités à transgresser, fumer, boire, manger de la viande rouge, à affirmer sa propre force face au monde. Ne pas se laisser enfermer dans rien. 

     

       Fitzhugh DODSON dans son best-seller Tout se joue avant 6 ans remercie dans son introduction, son oncle qui lui a donné le sens de l’audace Chutzpah, de la capacité au besoin à aller plus loin sans respecter les règles systématiquement.

       N’est-ce pas là une des clés de la vie.

       (Chutzpah est une forme d'audace, en bien ou en mal. Le mot provient de l'hébreu ḥuṣpâ (חֻצְפָּה), qui signifie "insolence", "audace" et "impertinence". 

     

       Source : http://www.lessymboles.com/?wysija-page=1&controller=email&action=view&email_id=192&wysijap=subscriptions&user_id=1162

     

       Nota : Les arguments qu'avance le docteur Soulier nous renvoie sans détour à la notion de "volonté de puissance" développée avec finesse par Michel DRAC dans le contexte de guerre économique, autrement plus collective. Après le maniement des moyens de sa propre survie, la détention affirmée (assumée) d'une voie personnelle assureraient-elles d'autres portes (ouvertes, en terme de logique !) ?

     

       On n'oubliera pas, toute ironie définitive, que l'alcool dans le sang augmente le taux de fer de celui-ci. "La consommation régulière d’alcool augmente la teneur en fer dans le sang." Sauf que là, ben, c'est pas "bon"... Alors, nous conclurons avec un peu de prévention et d'animation, avec une seule image forte, car deux sites suisses comblent le débat, sachant regarder et jauger (façon luthérienne ?).

     

       Source : http://www.prevention.ch/alcoolecole2.pdf

     

    BOIRE AUSSI : ARROSER !

       Quand les "yeux puent l'alcool" (Daniel BALAVOINE, chanteur !), c'est l'horreur. Fraternité autant qu'on peut. Fuite(s) surtout. Source : http://www.stop-alcool.ch/l-appareil-digestif

      

       # Au 10 janvier 2017. Retour de nouvelle année, Thierry CASASNOVAS démarre une série sur la "détox", avec des clichés d'organes malades également "soignés". Le foie en est l'acteur privilégié, lui qui transforme par exemple l'ammoniac des protéines (protéines ?! gardées de vue, patience !) en acide urique - éliminé dans l'urine par les reins. L'alcool "hautement toxique", rappelle Thierry, génère quant à lui une substance plus toxique encore, lors de sa réception (et la détoxification) : l'acétaldéhyde, ou éthanal, d'appellation plus juste. Premier numéro : https://www.youtube.com/watch?v=EZEjaTcFSb0

     

       # Le 22-01-2017, c'est Sylvain du blog Clair et lipide qui enchérit, ivre d'études et de curiosité affutées : https://clairetlipide.wordpress.com/2017/01/22/quand-lalcool-nest-plus-benefique-a-petite-dose/

     

    « TUER LE COCHON (breton ?)ALCOOLISME de FINIS TERRAE »