• BOTNETS & ZOMBIES (INTERNET)

       "Sur Internet, la lutte sans fin contre les ordinateurs-zombies des botnets", Le Monde.fr, "Pixel", Yves EUDES, 16-12-2015.

     

       "Ces réseaux d’ordinateurs pilotés à distance contrôlent des dizaines de milliers de terminaux dans le monde depuis des années, sans que les experts en sécurité ne trouvent de parade."

    http://www.lemonde.fr/pixels/article/2015/12/10/sur-internet-la-lutte-sans-fin-contre-les-ordinateurs-zombies-des-botnets_4828887_4408996.html

       EXTRAIT (fin de l'article) :

      " L'internet des objets dans le viseur des pirates

       Cela dit, le plus inquiétant est sans doute la prolifération des mini-botnets amateurs, qui peuvent être créés en quelques minutes, grâce à des outils disponibles sur Internet. Ainsi, DarkComet, créé par un Français, se présente comme un simple outil d’administration à distance d’ordinateurs. En réalité, il donne au pirate le contrôle intégral de la machine infectée, et même des « superpouvoirs » sur le système d’exploitation que le propriétaire légitime de l’ordinateur ne possède pas. Un expert sud-africain a repéré en quelques mois près de 20 000 centres de commandes DarkComet – il affirme qu’avec plus de temps et de moyens, il en aurait sans doute découvert beaucoup plus. Dans le lot, 1 300 d’entre eux étaient très actifs, avec des centres de commande aux Etats-Unis, en Turquie, en Russie, en Roumanie, en France

       Il a notamment localisé un botmaster installé à Puteaux (Hauts-de-Seine), contrôlant plus de 7 700 victimes dans des pays francophones. En revanche, il n’a pas réussi à comprendre à quoi servait le botnet de Puteaux. Il n’a pas prévenu la police, car un botnet de cette taille ne vaut sans doute pas le déplacement.

       Les botnets ont sans doute de beaux jours devant eux, car désormais, ils s’attaquent aux smartphones, selon les mêmes principes et avec des résultats similaires. Les botmasters commencent aussi à s’intéresser à "l’Internet des objets" et aux "maisons intelligentes", en menant des attaques contre les petits routeurs domestiques, souvent dépourvus de protections efficaces. Un malware spécialisé dans ce type d’attaque a récemment été découvert par des Canadiens, qui l’ont baptisé Moose (élan). Selon eux, Moose permet aux pirates de passer par un routeur domestique pour se connecter sur Facebook, Instagram, Twitter et YouTube, et y perpétrer des fraudes visant des sites marchands. Un jour peut-être, votre réfrigérateur connecté fera partie d’un botnet capable d’attaquer votre réseau social préféré."

     

      Information relayée par la revue de presse de Lieux communs :

       https://collectiflieuxcommuns.fr/675-revues-de-presse

    « Comptes déposants pour banques en failliteENSAUVAGEMENT versus SOCIETES ACTUELLES »