•  Et Nicolas QUEMENER

       Source : https://www.dailymotion.com/video/x2zr1v

     

    Lire la suite...


  •   UNE RÉPUTATION (FONDÉE) et DES US...

    ALCOOLISME

       Aux pichets, grands et petits. Du cidre ? L'habitude serait telle qu'une carte postale très construite n'aurait pas à forcer le trait. Une vraie détente est visible en tout cas, si ce ne sont des postures et sourires naturels (en beaux habits) de pleines noces présumées. Source : https://www.delcampe.net/fr/collections/cartes-postales/folklore-personnages/bretagne-retour-de-foire-boire-au-tonneau-les-2-cartes-324687227.html

     

    Lire la suite...


  •  SUPPLICE MORTEL, GRAND JOUR. L'autre pour les uns.

    TUER LE COCHON (breton)

      Peinture de Joachim BEUCKELAER, encore. Choisie également par Michel PASTOUREAU dans son livre Le Cochon, Histoire d'un cousin mal aimé, coll. "Découvertes", Gallimard, 2009 (pp. 57 & 59), pour illustrer un débat tout pictural qui a lieu à partir du XVIe siècle, en Europe. Pour ou contre la couleur pour montrer la boucherie ? L'argument que "(...) seule la couleur est capable de montrer les être de chair, or il ne peut y avoir de peinture que d'être vivants" l'emportera deux siècles après. Peinture et corps disséqués peuvent en effet se rencontrer... et n'ont eu de cesse de le faire, jusque dans des provocations artistiques insoutenables, au XXe siècle (le XXIe sera-t-il épargné ?) : tranches d'animaux sous verre, mutilations diverses filmées, etc. L'art... lard (et laideur absolue, à nos yeux, quand le corps abîmé, torturé se veut message - sans manquer le business au passage).

     

       "Depuis des temps immémoriaux, la tuerie du porc s'inscrit solidement dans une tradition paysanne, en hiver, quand il fait froid, généralement entre le 15 décembre et la fin février avant Noël et avant le carnaval, on engraisse le cochon et on le tue, aujourd'hui en moins grand nombre qu'il y a cent ans."

       Source : http://calacaline.eklablog.com/il-etait-si-mignon-a119786862

       Qui a connu ce grand moment ("librement autorisé" jusque dans les années... 2000 ? 2003 ?/ au nom du paysan maître chez lui ?, maître des moyens de sa subsistance à tout le moins !) l'oublie rarement. Pour moi, c'était breton... comme cochon... Non, breton du centre sans renom, des collines (mené) au sol ingrat. C'était l'effervescence, la cruauté, l'organisation, la précision et la propreté (eau bouillante, torchons et draps impeccables). Du monde réuni, les protocoles, le grain de folie. Le moment de l'égorgement du cochon, sa saignée, le cri de la douleur qui s'éternise (littéralement insoutenable à quelque distance, en accord complet avec le supplice), la main active de la maîtresse de maison au-dessus de la bassine de sang qui coule. Boudin noir (avec pommes) en prévision. Inratable.

      D'une ferme toute près, on se rappelle la masse de l'animal mort, le transport du corps de la table de mise à mort au crochet aérien (avec ou non palan), abrégé un jour par l'idée astucieuse d'une solide échelle, commune aux deux opérations (en position horizontale puis verticale).

       Idée tardive là, précoce ailleurs. Incroyable communauté en Europe, semble-t-il. Sur place, la participation active du voisinage et la distribution élargie de morceaux et de préparations assuraient l'approvisionnement de viande fraîche en continu (pendant les périodes consacrées) en plus d'entretenir la cordialité des relations (aspect alimentaire essentiel souligné par M. ROUAULT lors d'un échange récent, - merci !).

     

    Lire la suite...


  •  PAGANISME (du néolithique ?) versus CHRISTIANISME

       Le regard et les mots de Varg VIKERNES contre le christianisme sont rares de nos jours. Intransigeants, accusateurs, puisant leur origine dans l'histoire très longue. Condamner cette religion fut un classique en France, désormais endormi à quelques sursauts et bouffonneries près (plutôt racoleuses). L'énergie que le champion de l'odalisme met à la détester, la conspuer n'en prend que plus de relief et nous attire (dangereusement !!!). Un menhir de son pays d'adoption lui a inspiré une virée plutôt chantonnée, qu'une autre, en famille, dans un autre site plus fourni, complète (au Puy de Pauliac en Corrèze, comprenant notamment un cromlech), dans l'incendiaire. Que de destructions incriminer à l’Église... ? Instructif et/ou partisan - activiste, on y va versus monothéismes puis christianisme : https://www.youtube.com/watch?v=CTRn4OvuuU4, https://www.youtube.com/watch?v=FucjpSgmt1w  & https://www.youtube.com/watch?v=fRHOTmj_jI0

     

       Plouhinec se trouve dans le Morbihan, dotée d'une géographie côtière extraordinaire (d'autant plus lorsqu'on l'imagine sans bâtiments  - un sport mental toujours payant). C'est une autre commune que celle où se trouve le site archéologique de Menez Drégan (Finistère), riche de sa grotte en fouilles mais aussi de ses nombreux mégalithes de toutes compositions (dolmen, cairn, menhir).

       Communément à la côte morbihannaise, entre Vannes et Lorient, des alignements de mégalithes s'y trouvent. EN SOUFFRANCE. Comme celui du Gueldro. Lui ou un autre est pourtant le protagoniste d'un véritable combat ! D'une cavalcade meurtrière.  Il est le siège mouvementé d'une histoire fabuleuse qui a fait le succès des veillées d'hier, et a été notamment mise en lettres par Émile SOUVESTRE (1808-1854), auteur de nombreux textes attelés à la Bretagne "pittoresque", dont Le Foyer.

       Engagées d'un bord ou de l'autre, passées aux lumières du culte de l'ours (selon Marie CACHET), "pire" !, aux remontrances sévères de Varg VIKERNES, les versions sont captivantes, jusque dans leurs détails.

       [La commune de Plouhinec abrite également les restes de la villa romaine de Mané-Vechen (IIe siècle après Jésus-Christ), et d'autres trésors patrimoniaux. Source (page 7) : http://www.bretagne.bzh/upload/docs/application/pdf/2012-04/patrimoine_bati_et_paysages_la_ria_detel.pdf]

     

    Lire la suite...


  •  SOURIRES FLOTTANTS

    VIEILLES BRETONNES / HOMUALK

       Série "En parcourant la Bretagne", Braspart. Source : Delcampe.

       Charles HOMUALK a dressé le portrait de nombreuses vieilles Bretonnes (et de vieux Bretons). La thématique du pittoresque propre aux cartes postales régionalistes qui précédé la commande de sa production ne montrent que davantage la singularité et du genre que la couleur exacerbe encore, et de sa patte alors qu'il n'est jamais indifférent aux êtres. Voir aussi la collection "La Bretagne d'autrefois", en noir et blanc.

     

     

    Lire la suite...


  •  Une certaine allure, avec ou sans dents.

    Homualk

      

    Lire la suite...


  •  BLEUIS DE LEUR NUIT, ILS ARRIVENT... TROP TARD !?

    De L'ARRIERE-CHAMP, ILS ARRIVENT / HOMUALK

      "Le Loup-garou", Charles HOMUALK, Carte postale Gaby.

     

    Lire la suite...


  • KERMARIO et TOUL-CHIGNAN en CARNAC (56)

    Carnac Solstice d'hiver 2016 Keriadenn

    Carnac solstice 2016 Keriadenn

       En remontant vers l'est les alignements de Kermario, ce mercredi 21 décembre 2016. Depuis midi (position céleste de la Terre précisé par le Calendrier des semis biodynamique 2016), le jour recommence à allonger. Vers 17 heures, la nuit tombe aussi doucement que la pluie. Les nuages assombrissent l'atmosphère autant que l'humidité aérienne l'éclaire, en halo général. Enveloppement, diffraction.

       Parfois clairsemé et de faible hauteur, les alignements couvrent des kilomètres de longueur visible remuante, que la photographie violine atteste comme elle peut. Grand parcours bosselé ("chaos" debout), il ne laisse pas de marbre.

        [Les mégalithes auraient été implantés entre le Ve et IIIe siècle avant Jésus-Christ.]

     

    Lire la suite...