• ÇA VA MAL FINIR

     BLOGALUPUS encore RELAYÉ : "TROP" DIRECT (TOP ?) !

    ÇA VA MAL FINIR

       " File photo of people at Lehman Brothers headquarters in New York, Thomson Reuters." Source : http://www.businessinsider.fr/us/lehman-brothers-bankruptcy-anniversary-icon-in-a-tsunami-2016-9/

     

       Je porte une angoisse depuis quelques années : celle de la destruction de l'homme par l'homme, partielle ou pas en nombre et/ou l'instauration d'un "droit de vivre" prégnant, hyper-conditionnel, à son propre endroit (le droit de vivre des autres règnes lui appartenant à ses yeux, depuis bientôt assez longtemps)... Le panorama est instable et très nourri. La catastrophe écologique en fait partie, mais l'erreur humaine y semble hautement nourricière, avec les deux plus horribles scénarios : la décision volontaire et le laisser-faire (informé ou non), en écho traumatisant avec la sentence du Dr BROUSSALIAN, attaché à la santé publique et s'y cantonnant pour la formule : "crime contre l'humanité". (Bonne nuit !)

       Le Blog du loup récemment rencontré charrie les observations les plus percutantes, et semble puiser aux sources les plus crues. Il est choquant, et ne se donne pas pour aimable, à l'image de "son" monde, qui en l'occurrence, ressemble diablement au nôtre.

       Dès que je peux prendre ce temps un article de plus , sorti des mêmes griffes, sera relayé et un minimum commenté (il le mérite aussi), concernant l'écologie. En attendant, des mots claquants du Lupus résonnent à nos oreilles d'angoissée historique donc. On pensait n'avoir à traiter que le Grand remplacement, voici que s'annonce, terrible, LE GRAND TRANSFERT... 

     

    ÇA VA MAL FINIR

       Source : https://qz.com/782284/eight-years-ago-lehman-brothers-collapsed-and-the-financial-crisis-lives-on-in-slow-growth-and-stagnant-wages/

     

         "Le Grand transfert : Le Casino gagne, mais ses gérants perdront", Le blog A Lupus, Bruno BERTEZ, 22-12-2015.

       Source : http://leblogalupus.com/2015/12/22/le-grand-transfert-le-casino-gagne-mais-ses-gerants-perdront-par-bruno-bertez/

        COPIE SURLIGNÉE :

       "Le Grand transfert : Le Casino gagne, mais ses gérants perdront.

       Nous saisissons l’occasion du texte de LH * "La victoire annoncée du casino mondial" pour développer une idée plus optimiste, si on ose dire, et affirmer que la névrose financière ne permettra pas aux élites dominantes de gagner. On ne gagne pas quand on vit dans un univers faux, de signes, et de carton-pâte. Hélas les élites auront fait beaucoup de dégâts, causé beaucoup de souffrances avant.

       C’est un Système pervers qui s’est mis en place ; propulsé et permis par la technique, la technologie et les innovations financières qui accompagnent toujours, dans l’histoire, les phases de globalisation, les phases de laxisme monétaire et les phases de jeu spéculatif, vous savez ce que l’on appelle l’appétit pour le risk pour lui retirer son côté sulfureux. Voir les travaux de Michael PETTIS sur ce sujet.

       Ces périodes sont également celles au cours desquelles on assiste à une croissance exponentielle des inégalités. Ces périodes se terminent presque toujours par des conflits armés très destructeurs, car la masse de  "faux capital", de capital de poids mort, accumulée doit être détruite. Elle l’est par l’euthanasie des plus faibles.

       Les classes moyennes non seulement sont laminées et terme de revenu et de patrimoine et de statut social, mais aussi en terme de liberté. Elles déchoient dans une servitude béate, voire veule. Par ailleurs, elles fournissent le gros contingent des victimes des guerres.

      Le Système n’est pas neuf, non, c’est le même qui enfle et prospère depuis longtemps avec des ratés et des retours en arrière. Il a pris cette fois un élan, une ampleur et une vitesse de développement que l’on n’imaginait pas dans le passé : accélération de l’histoire, progrès de techniques, inflation de l’arsenal des armes financières de destruction massive pourrait-on dire.

       Il y a également les progrès de la pensée, de l’intelligence, stimulés par l’appât du gain, la folie de l’accumulation à tout prix.

       Cette pensée, et c’est là où je veux en venir, progresse de façon inégale, c’est à dire que le développement du Système n’est pas seulement déséquilibré en termes matériels, il est déséquilibré en terme de compréhension, en terme de capacité à comprendre le monde. La complexité est devenue extrême. Beaucoup sont laissés pour compte. Victimes collatérales.

       Le monde n’est plus ce qu’il paraît être au commun des mortels, il s’est complexifié et je dirais enfoui, dissimulé. La vérité ne se donne plus à voir. C’est ce qui explique la facilité avec laquelle les élites et leurs complices trompent les peuples et leurs représentants. Il y a développement inégal de la capacité à comprendre le monde. Les peuples ne comprennent plus et  leurs guides soit sont largués soit ils passent de l’autre coté comme on le voit chez les syndicats et les faux partis de gauche de la sociale démocratie. Il y a développement inégal plus trahison. Ceci rend très difficiles sinon impossibles les luttes, même par ceux qui pourtant seraient capables de les mener en tant que sujets de l’histoire n’ayant plus rien à perdre. Et là je pense aux Grecs. Et aux jeunes.

       Je ne suis pas totalement pessimiste pour autant car ceux, une infime minorité, qui refusent cette évolution perverse accélérée du Système ont un allié de poids : cet allié, c’est le Réel. Le réel jalonne de ses diverses crises les échecs des nouveaux "saigneurs".

       Les combats que mène l’élite ne sont que des combats pour repousser les échéances, gagner du temps, "kick the can" selon la belle expression qui a été forgée pendant toute la période depuis 2008.

      L’élite ne pense pas juste, elle pense faux, elle est névrosée, elle prend ses constructions pour le réel, elle est prise dans un monde faux qui "s’inadapte" lui-même en une forme de boomerang. Les modèles économiques sur lesquels par exemple sont fondés sa finance sont des modèles qui "résonnent" comme des tambours, creux et faux. Ils sont tellement pris dans leur névrose qu’ils prennent leurs tautologies idéologiques pour le monde concret et ce faisant ils augmentent les facteurs de crise, ils les augmentent au fur et à mesure qu’ils repoussent les échéances.

       La gravité du sinistre qui va se présenter sera sans commune mesure avec celle que l’on aurait dû subir en 2008. Tout se passe comme si ces élites, pour s’en sortir, creusaient. Creusaient sans se rendre compte que ce qu’ils creusent, c’est leur tombe. Ils s’ensevelissent eux même sous la dette. La fausseté des modèles mathématiques, économiques, pseudo-scientifiques de l’élite dominante, est le principal allié/renfort de ceux qui ont choisi de s’opposer.

       Seule la pesanteur de la vérité est efficace. Et elle écrasera les gérants du Casino !"

     

       Sur le blog : "Il n'y a de vérité que du tout."

       Remarques :

       - Bravo BRUNO. La vérité, on y croit aussi.

        - * Le texte inspirateur du Loup (in extenso) est à la suite.

     

       "Le Grand Transfert : La victoire annoncée du casino mondial", Liliane HELD-KHAWAM, 22-12-2015.

     Source : http://leblogalupus.com/2015/12/22/le-grand-transfert-la-victoire-annoncee-du-casino-mondial-par-liliane-held-khawam/

       COPIE SURLIGNÉE :

       "On parle beaucoup des ultra-riches en tant que personnes physiquesRien n’est plus faux. C’est un Système qui s'est mis en place.

       Le monde a été financiarisé grâce à des instruments financiers puissants élaborés par des ingénieurs et aujourd’hui gérés par des robots.

       Un Système froid, puissant et totalement déshumanisé.

       L’intelligence artificielle y remplace l’humain pour un avenir incertain et inquiétant.

       Ce Système ne semble plus contrôlable par l’homme. Il est devenu autonome, fonctionne par lui-même, pour lui-même avec une logique qui lui est propre.

       Impitoyable, il a réussi à accumuler toutes les richesses laissant aux populations leur équivalent sous forme de dettes.

       Le principe de l’esclavage est posé sous le regard vide de gouvernants humains dépassés par l’ampleur du phénomène.

       Les plus futés de la société essaient de faire ami-ami avec le monstre ne voulant pas voir que leur tour viendra d’être broyé un jour. La systématique de la raison leur sera aussi fatale qu’elle l’aura été à leurs congénères.

      Bref, la financiarisation de la planète pilotée par des robots annonce la défaite de l’humanité et nous fait entrer de plain-pied dans l’ère post-humaine.

      Réjouissez-vous !

       (Six années durant, le monde a fonctionné dans l’idée complètement absurde que les banques centrales avaient pu remédier à la crise de 2008.

       Tous les arguments venus défendre cette idée ont défié tout bon sens. Un enfant pourrait deviner tout seul qu’il est impossible de résoudre le problème de la dette en en émettant davantage. De la même manière, toute personne dotée d’un cerveau pourrait vous dire qu’une poignée d’intellectuels sans aucune expérience du monde réel et qui n’ont jamais monté une entreprise ou créé un emploi n’est pas en mesure de sauver l’économie.

       Mais beaucoup d’argent dépend de notre croyance en cet amas de mensonges. C’est pourquoi les médias, les banques et les politiciens se font une joie de nous les répéter. Nous pourrions facilement aller jusqu’à dire que le capital et le pouvoir que détiennent ceux qui se trouvent au plus haut de la pyramide découlent de cette fiction.

      Il n'est donc pas surprenant qu'aucun d'entre eux daigne admettre les faits : la Fed et les autres banques centrales n'ont pas seulement aucune idée de quelles solutions apporter au problème, elles n'ont aussi aucune raison de le faire.) 

       Mais penchons-nous sur les faits :

       1 - Le VRAI problème du système financier est la bulle sur les obligations. En 2008, au début de la crise, elle représentait 80.000 milliards de dollars. Elle représente aujourd’hui plus de 100.000 milliards de dollars.

       2 - Le marché des produits dérivés qui utilise ces obligations en tant que collatéral représente plus de 555.000 milliards de dollars.

       3 - Une majorité des grosses corporations internationales, des gouvernements souverains et des municipalités ont eu recours aux produits dérivés pour dissimuler leurs revenus et leurs dettes. Personne ne sait jusqu’à quel degré ils ont pu aller, mais puisque 20% des directeurs financiers de corporations ont admis avoir manipulé les revenus de leur entreprise par le passé, il se peut que cette pratique soit extrêmement répandue.

       4 - L’effet de levier des corporations est plus élevé aujourd’hui qu’il ne l’était en 2007. Comme l’a récemment soulevé Stanley DRUCKENMILLER, en 2007, les obligations des corporations représentaient 3.500 milliards de dollars… Aujourd’hui, elles représentent 7.000 milliards de dollars, ou près de la moitié du PIB des États-Unis.

       5 - L’effet de levier des banques centrales est aujourd’hui supérieur ou égal à celui de Lehman Brothers juste avant son implosion. La Fed a un effet de levier de 78 pour un. Celui de la BCE est de plus de 26 pour un. Celui de Lehman Brothers était de 30 pour un.

       6 - Les banques centrales n’ont aucune idée de la manière dont mettre fin à leurs stratégies. Janet YELLEN était inquiète de ne pouvoir y mettre fin alors que les bilans de la FED s’élevaient à 1.300 milliards de dollars. Ils sont aujourd’hui de plus de 4.500 milliards de dollars.

       (Nous marchons tout droit vers une crise qui sera pire encore que celle de 2008. Les banques centrales du monde ont littéralement parié le système financier sur leurs théories. Et elles n’ont pas fonctionné. Tout ce qu’elles ont fait, c’est rendre le monde plus vulnérable encore. La prochaine crise verra des nations entières sombrer dans la banqueroute.

       La situation est claire : la crise de 2008 n’était qu’un échauffement. La véritable crise arrive. Et elle verra s’effondrer le système bancaire centralisé.

       Les investisseurs avisés s’y préparent dès aujourd’hui."

       Source intégrée : http://www.24hgold.com/francais/actualite-or-argent-dans-quel-etat-se-trouve-veritablement-le-systeme-financier-aujourd-hui.aspx?article=7805871272H11690

     

    « Homo habilis & homo erectus et d'autresLe Grand Transfert / BERTEZ - 31-12-2015 »