• CENTRE DE 4 000 VEAUX

     DE TRANSIT (BÊTES "MIGRANTES")

    CENTRE DE 4000 VEAUX

       "Les bâtiments les plus récents, déjà construits, qui auront vocation à accueillir les 3910 bovins destinés à l'exportation, les 240 bovins à l'engraissement et les 320 vaches allaitantes." Source : http://www.lejsl.com/edition-charolais-brionnais/2017/08/22/la-ferme-de-neuzy-veut-passer-de-800-a-4-000-vaches

       Toitures en photovoltaïque. (On dirait, sur le bâtiment de droite.) "Mais c'est très bien tout cela !"

      NOUVEAUTÉ AGRICOLE : le centre de transit concentrationnaire. En France, un pionnier - "parfaitement" en règle donc - du côté de Digoin (71).

     

    CENTRE DE 4000 VEAUX

    CENTRE DE 4000 VEAUX

          "La ferme de Neuzy (environ 800 bovins) avec ses bâtiments déjà existants." Puis : "Les bâtiments les plus récents, déjà construits, qui auront vocation à accueillir les 3910 bovins destinés à l'exportation, les 240 bovins à l'engraissement et les 320 vaches allaitantes." Source : https://www.actu-environnement.com/ae/news/elevage-4000-veaux-ICPE-fermes-usines-Digoin-Saone-et-Loire-29734.php4#xtor=EPR-1

     

       "Le projet d'élevage des 4.000 veaux remet la question des fermes-usines sur le devant de la scène", Laurent RADISSON, Actu-Environnement, 28-09-2017.

       Source : https://www.actu-environnement.com/ae/news/elevage-4000-veaux-ICPE-fermes-usines-Digoin-Saone-et-Loire-29734.php4#xtor=EPR-1

      COPIE SURLIGNÉE :

       "C'est un projet hors-norme sur lequel le préfet de Saône-et-Loire va se prononcer dans les semaines qui viennent. Un éleveur souhaite ouvrir un centre de transit pouvant accueillir jusqu'à 4.000 veaux avant leur exportation hors d'Europe.

       La ferme des 1000 vaches dans la Somme avait défrayé la chronique. Celle des 4.000 veaux à Digoin en Saône-et-Loire produit le même effet, posant de nouveau la question du modèle agricole dans lequel la France souhaite se diriger alors que se tiennent actuellement les Etats généraux de l'alimentation.

       Le projet sur la sellette ? Un centre de quarantaine pour la préparation de jeunes bovins destinés à l'exportation vers le Maghreb ou la Turquie, qui pourra accueillir près de 4.000 têtes de bétail et qui vient s'ajouter à un troupeau existant de 320 vaches allaitantes et 240 bovins d'engraissement.

       Une concentration record d'animaux qui pose problème

       Le modèle est différent de celui des 1000 vaches du fait de la rotation importante des animaux appelés à ne rester que cinq semaines sur le site, le temps d'une mise en quarantaine avant expédition en centre d'engraissement. Mais, malgré le vide sanitaire prévu entre chaque lot, il y aura une grosse concentration d'animaux de manière durable dans l'établissement, reconnaît-on du côté du ministère de la Transition écologique, où l'on admet que cette concentration record pose des problèmes. Problèmes qui ont été signalés au préfet, précise le ministère.

       "Il s'agit d'une concentration d'animaux très supérieure à ce que la surface de l'exploitation et l'état de ses sols peuvent supporter", estime Pascal BLAIN, président de France Nature Environnement (FNE) Bourgogne Franche-Comté. "Une telle concentration d'animaux de provenances diverses requiert des antibiotiques, des anti-inflammatoires, des insecticides et fongicides en grandes quantités qui pourraient percoler dans la nappe ou rejoindre les cours d'eau", dénonce le responsable associatif.

       "Le volume d'abreuvement est divisé par deux, voire trois, par rapport aux standards, la présence de polluants est sous-estimée, le financement est opaque, et aucune mention n'a été faite du risque de propagation de zoonoses par l'arrivée massive d'animaux d'autres départements", s'insurge de son côté la Confédération paysanne.

       "Services de l'Etat plutôt complaisants"

       L'autorité environnementale relevant du préfet de région, qui a rendu son avis sur le projet le 4 juillet dernier, formule elle-même un certain nombre de critiques vis-à-vis des risques de fuite des fosses à lisier, du plan d'épandage perfectible, du stockage des bidons de pesticides, du lavage des camions et des bâtiments, ou encore des risques sanitaires. Mais cela ne l'empêche pas de donner un satisfecit global à l'éleveur, estimant que son dossier apporte "des solutions acceptables" pour concilier son activité avec les nombreux enjeux environnementaux identifiés.

       Un éleveur dont la bonne foi pose toutefois question dans la mesure où la demande en jeu est une demande de régularisation d'autorisation suite à un arrêté préfectoral de mise en demeure. En clair, l'exploitant a démarré l'exploitation sans l'autorisation préalable requise. Ce qui est constitutif d'un délit qui peut être puni d'une amende de 150.000 euros et d'une peine de prison pouvant atteindre deux ans. "On peut dire que les services de l’État sont plutôt complaisants", réagit Pascal Blain. "On régularise une fois que les dégâts sont là", ajoute le représentant de FNE, qui estime que le projet aurait eu peu de chances de passer en dehors d'une procédure de régularisation. Surtout lorsque l'on sait que le dossier contient une demande de dérogation de distance, les bâtiments étant construits à moins de 35 mètres d'un cours d'eau.

       Reste maintenant au préfet de Saône-et-Loire à statuer sur la demande de régularisation présentée par l'éleveur, sachant que l'enquête publique a pris fin le 22 septembre et que le commissaire-enquêteur doit remettre ses conclusions dans un délai d'un mois. Conclusions que le représentant de l’État n'est toutefois pas tenu de suivre.

       "Enfermer les éleveurs dans un modèle qui conduit au désastre"

       Au-delà du cas d'espèce, se pose la question de la voie que souhaite suivre la France dans ses filières d'agriculture et d'élevage. "On est complètement à côté de la plaque", s'indigne Pascal Blain, qui dénonce une exploitation qui met à mal l'image de marque de la production locale et ne permet pas de faire vivre les territoires.

       La Confédération paysanne, quant à elle, dénonce un projet qui contribue à "engager encore plus nos fermes vers un mirage exportateur" et à "enfermer les éleveurs bovins dans un modèle qui a déjà conduit nombre d'entre eux au désastre".

       "A l'heure où les Etats généraux de l'alimentation battent leur plein, ce projet (…) met en lumière les dérives d'une agriculture industrielle qui ne répond plus aux demandes alimentaires actuelles tout en plongeant les éleveurs dans leur ensemble dans une crise sans fin, sommés de produire plus pour gagner moins", s'indigne aussi l'association Agir pour l'environnement qui annonce avoir adressé une protestation réunissant 60.000 signatures au commissaire-enquêteur."

     

       Voir aussi du Collectif en plein air : http://collectifpleinair.eu/1000-bovins-en-creuse-et-4000-a-digoin-que-faire-des-bovins-males/

     

    CENTRE DE 4000 VEAUX

       "Plus d’un million de jeunes animaux sevrés sont exportés vivants pour être engraissés, traditionnellement vers l’Italie, et de plus en plus vers des pays tiers du pourtour méditerranéen. Plus de 60 000 sont exportés vivants pour la boucherie, dont environ la moitié vers des pays tiers. Ces exportations posent des problèmes cruels de protection animale, pendant le transport et à l’arrivée. La filière bovine considère que ces exportations sont nécessaires pour la survie des éleveurs. Pour des éleveurs qui aiment leurs bêtes elles sont insoutenables." Source : http://collectifpleinair.eu/1000-bovins-en-creuse-et-4000-a-digoin-que-faire-des-bovins-males/

     

    CENTRE DE 4000 VEAUX

       Pour retrouver la vidéo, chercher. Cela dépasse mes capacités (très limitées en matière relationnelle avec les animaux). Source : http://collectifpleinair.eu/1000-bovins-en-creuse-et-4000-a-digoin-que-faire-des-bovins-males/

     

       Mer Méditerranée, propice à l'envolée poétique.

    « IMMIGRATION / TRIBALAT"ICI PROCHAINEMENT" / LÉCUYER »