• CHAIRS DE FÊTE

     L'UNE OU L'AUTRE, PLUSIEURS... FARCIES, etc.

    VIANDES A GOGO : NOEL

       "Cet étal de boucher (par Joachim BEUCKELAER, vers 1570) mélange des morceaux de bœuf (tête, pieds, côtes et carcasse), de mouton (têtes et pieds) et de porc (jambons, saucisses et boudins). Contrairement à l'étal  du charcutier, ici toutes le viandes sont fraîches, c'est-à-dire destinées à être cuites. Jusqu'au XIXe siècle, les images de boucherie se doivent de montrer des jambons, des saucisses, des boudins et des pieds de porc. Au fil des décennies,  cependant, la place de la viande de bœuf se fait de plus en plus envahissante et, à l'étal, la tête de bœuf commence à remplacer celle de porc. Le cochon cède peu à peu au bœuf son rôle d'attribut principal du boucher." Sources : http://ocf.xooit.fr/t4549-Pr%C3%A9paratifs-des-festivit%C3%A9s.htm et Le Cochon, Histoire d'un cousin mal aimé, Michel PASTOUREAU, coll. "Découvertes", Gallimard, 2009, p. 53, en commentaire d'une toile de motif similaire.

       Agressive image, on peut cependant douter de son ancienneté : minutie, réalisme très chatoyant, volonté d'exhaustivité suggèrent "bêtement" une imagerie pour enfant d'aujourd'hui. Le sanguinolent (ou paraissant tel) de la tête bovine ajoute la touche incongrue... Elle est d'un peintre baroque flamand (1534-1574, Anvers). "Ses compositions sont volontiers prétexte à de somptueuses natures mortes de fruits, de gibier et surtout de poissons. Sa technique, preste dans la touche, généreuse dans les empâtements, vive dans la couleur, annonce la truculence du baroque typiquement flamand de Jacob JORDAENS et Pierre Paul RUBENS. Dans ce XVIe siècle flamand qu'il représente bien, il est à la charnière de la Flandre du Moyen Âge, intériorisée et sévère, et de la Flandre festoyante et sensuelle du XVIIe siècle, tandis que la Hollande de REMBRANDT poursuit une méditation et une introspection luthériennes 1. Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Joachim_Bueckelaer

     

      Les réveillons de fin d'année sont l'occasion de surexpositions et de consommations culinaires (et alcooliques) contrôlées et encore très ritualisées. La chair animale y occupe une place très importante où deux héritages grandiloquents se partagent le menu, distincts ou mêlés. L'un descend au moins de la table seigneuriale du Moyen-Age, riche d'une architecture gastronomique faite d'apparat et d'un festival gustatif et visuel (et olfactif, présumé) superlatif (quantité et qualité), l'autre d'inspiration religieuse ou sacrée, cultive le plat référentiel, la vedette, souvent dédiée à un animal privilégié, dont les associations peuvent enrichir la superbe. Le bœuf, mais aussi les morceaux ou les préparations habituelles du porc semblent exclues. L'extraordinaire doit marquer la soirée et la chair animale, jamais anodine (même si...), artistiquement cuisinée, trône. L'excès de bombance, une forme de débauche, sont tolérés ou recherchés en ce qu'ils marquent par les moyens humains les plus sensibles ces moments particuliers de l'hiver naissant, à partir de la nuit la plus longue, du solstice passé devenus jour christique fondateur et inauguration calendaire, ouvrant et fermant la "trêve des confiseurs" (vigilance s'impose politique d'autant autour de cette période mais aussi pendant...).

       C'est ce qu'un arrêt imagé sur nappes nous évoque, non sans mélancolies diverses, car ce moment de fêtes a pris de l'aile chez nous, involontairement, presque imperceptiblement. Après des années de "mauvaises relations", de sobriétés subies aussi (les pires à en croire les médias et les œuvres charitables), on dirait que l'indifférence s'installe, agrémentée de lointains souvenirs contrastés, où les tablées familiales relancent saveurs et ombres perdues, de la ville ou des champs. C'est l'enfance aussi, et les disparus.

     

    CHAIRS DE FÊTE

       Assez modeste mais élégant plateau, avec un panache comme de plumes. Source : http://www.privideal.fr/FicheDeal.aspx?Privilege=379

     

    CHAIRS DE FÊTE

       Étrange récit. Étranges images aussi, dans un cadre traditionnel semble-t-il. Manifestement en Amérique du Nord, ou le petit cochon entier a ses amateurs. Du seigneur ou du Seigneur (point d'autre jeu de mot facile !) ? Affections épanchées, "outre-morbides". Manger côtoie l'amour... Manger beaucoup, aimer d'autant ? "La féérie des fêtes était à son maximum cette année. Enfin nous avons réalisé notre rêve en famille. Nous avons fait cuire un cochon de lait au lieu d’une dinde à Noël. Il était vraiment cuit avec ses petites pattes, son petit groin, sa petite queue. Ma mère l’a baptisée Marguerite. (...) Ça fait du bien de briser les traditions une fois de temps en temps. Marguerite était très petite donc il a fallu que deux heures au four après avoir été lavée à l'eau salée et remplie de farce. Mon frère a préparé une sauce à la "goutte de sang"c'est-à-dire aux cerises. Je lui ai fait un collier avec des canneberges et une couronne avec du romarin. La prochaine fois on achète un cochon de lait vivant et on lui donne une petite écuelle de cognac et des noisettes pendant un mois. Mais notre épopée est rien si on la compare aux amis de mon frère de la ligue de football juive de Montréal. Il ont farci leur cochon d'une dinde qui elle-même était farcie d'un poulet farci d'un canard farci d'un poulet de Cornouailles farci d'une caille et d'une farce aux croissants. Voir ici leur combat épique." Source : http://seminterrato.blogspot.fr/2011/01/un-reve-de-noel-realise.html

     

      Autre date en Amérique :

       "Thanksgiving est un jour essentiellement consacré à la famille et aux amis. Cette fête est l’occasion de se retrouver au complet. Tout le monde se rassemble autour d'un très grand repas. Au menu, il y a traditionnellement de la dinde, des pommes de terre et de la sauce de canneberge (petits fruits rouges d’Amérique du Nord). Cette fête incontournable aux États-Unis ne date pas d’hier…

       "Donner des mercis"

       Il faut remonter à 1621. Cette année-là, un petit groupe d’Anglais, installés depuis un an en Nouvelle-Angleterre, une région au nord-est du pays, veulent remercier Dieu de leurs premières bonnes récoltes. Ils organisent un repas avec des Indiens (d'Amérique) qui les ont aidé à s’implanter. Ils mangent de la dinde, un oiseau qu'ils ont découvert à leur arrivée. Cette fête des récoltes est donc à l’origine de Thanksgiving. Un mot qui signifie littéralement "donner des mercis" !

       Un jour de solidarité

       Presque 400 ans plus tard, Thanksgiving inspire toujours les meilleurs sentiments à ceux qui le célèbrent. La veille, de nombreuses associations distribuent de la nourriture aux sans-abris dans les grandes villes. Mais Thanksgiving offre aussi une coutume des plus originales. En effet, chaque année le président des États-Unis gracie une dinde à la Maison Blanche, à Washington. En lui laissant la vie, le président garantit à l'animal qu'il vivra sa vie paisiblement et ne finira jamais dans une assiette !"

       Source : http://education.francetv.fr/matiere/actualite/cp/article/thanksgiving-une-fete-aussi-importante-que-noel-pour-les-americains

     

    CHAIRS DE FÊTE

       Arrosage garanti ! "Smells fantastic !" Sources : http://www.woawoa.ca/dinde-rotie-au-citron-et-au-persil-selon-gordon-ramsey/ & https://www.youtube.com/watch?v=tTDmwTq4QHo

     

    ICONOS !

       Pas dans l'arrière-cuisine, mais dans les cours et les dépendances agricoles, sacrificielles, en voie de "réhabilitation française". La petite fille se cache les yeux et/ou pleure. Plus tard, la curiosité l'emportera peut-être, comme sur l'autre peinture inaugurale de Joachim BEUCKELAER (en Tsukeshoin). Combien de poules et de lapins ai-je vu tuer, affidée longtemps empressée, le dimanche matin, des gestes de ma grand-mère, inébranlable, bâton, couteau, mains savantes. Source : https://circa71.wordpress.com/2012/11/22/image-dump-thanksgiving-112204/

      

    CHAIRS DE FÊTE

      Sur le marché au gras, de Gimont, foies gras et corps d'oies sans leur organe engraissé. Source : La France paysanne, Jean-Bernard NAUDIN et Claude VILLERS, éditions Scala (1996) 2009, p. 17.

       L'image peut encore se suffire à elle-même. En appendices assez lourds, d'autres suivront : "Préparez votre foie !" http://naturo-essentiel.com/preparez-votre-foie-pour-les-fetes/

     

    « FINS D'ANNEE d'HIERCOCHON (sanglier) / PASTOUREAU (2009) »