•  PORTE DE L'ENFER : CHAPELLE/ST-DENIS

       Document de l'AFP datant de 2017. Qu'en est-il début 2020 ? Les "migrants" ont-ils été évacués pour quelle destination qui ne leur aura jamais été demandée ? Et l'encadrement social et humanitairea-t-il continué ses bonnes oeuvres lourdes d’ambiguïtés ? Source : https://www.youtube.com/watch?v=EACUNpAOPUQ

       "Démantèlement", "évacuation" 2019, pour 2020 ? : http://www.leparisien.fr/paris-75/paris-500-migrants-evacues-porte-de-la-chapelle-et-porte-d-aubervilliers-11-04-2019-8051169.phphttps://actu.fr/ile-de-france/paris_75056/carte-camp-migrants-demantele-porte-la-chapelle-routes-fermees-bus-devies_29219740.html, http://www.rfi.fr/france/20170818-migrants-porte-chapelle-15e-arrondissement-paris-refugies, https://www.huffingtonpost.fr/entry/1600-migrants-evacues-de-campements-porte-de-la-chapelle-et-maintenant_fr_5dc3cfdfe4b0d8eb3c8fdd1e

       Si ce n'est plus là, ce sera ailleurs, ou de nouveau là ? Déjà ?

        (...) Anne HIDALGO, officialisant sa candidature à sa propre succession à la Mairie de Paris, courant janvier 2020, galvanise ses troupes en annonçant une ville toujours plus "écologique". Le parvis de l'Hôtel de ville devrait se transformer en bois (avec des vrais arbres, semble-t-il, en petite forêt, ou en gros bosquet oui, le discours ne craignant pas la "forêt urbaine", nouveau concept-valise où un tout tient en une part) et la Porte de La Chapelle concurrencer la place des Invalides.... Bigre. Que ne l'a-t-elle pas déjà fait ? Quant à "l'expérience architecturale", il est évident qu'elle a tout compris aux dédales riches en sensations seules amours de la population citadine, et dès l'origine de son premier mandat. (Mesdames, messieurs les paysagistes, au travail final. Cachez cette ville que je ne saurais voir ! Architectes, rompez ! Oubliez votre métier et votre éventuel sens de l'harmonie ! Haro la ville, vive la ville.. écologique !)

     

       "Arriver dans le quartier de la Chapelle, dans le XVIIIe arrondissement de Paris, c’est d’abord passer une frontière invisible marquant une séparation nette entre ici et le reste de la capitale, entre ici et la normalité. Dès la sortie du boulevard périphérique, sur les talus bordant la route, un spectacle hallucinant s’offre au regard : des dizaines de tentes et de cabanes de bric et de broc et des amas de détritus jonchant le sol. Au milieu de ce chaos, des silhouettes décharnées vont et viennent sans but jusqu’à ce qu’une voiture s’arrête au feu rouge. Le malheureux conducteur est aussitôt assailli par une horde de zombies en guenilles. Ils s’accrochent aux portières, frappent à la vitre pour mendier de façon plus ou moins agressive un peu d’argent destiné à se payer leur dose de crack, cette drogue dure qui ronge les corps et les âmes."

     

       Choc personnel et choc du réel. A ne jamais minimiser.

       Le 14-01-20120 par L'Echelle de Jacob : "(...) "La situation est dramatique", confirme une source à la Mairie de Paris. "Il a des lieux où nos équipes ne vont pas", ajoute Pierre HENRY, de France Terre d’asile (FTDA).

       D’après le décompte effectué par l’association, le 7 janvier, entre 900 et 1 800 personnes se trouvent à cet endroit de la capitale, auxquelles s’ajoutent entre 300 et 500 personnes installées porte de La Villette, non loin, dans un campement plus récent, dont l’apparition est liée à l’évacuation d’un précédent campement porte de la Chapelle et à Saint-Denis, le 7 novembre, et qu’une présence policière empêche de se reconstituer.

       L’évacuation du 7 novembre avait aussi eu pour effet de déplacer la population de la "colline du crack", ainsi nommée du fait de la présence d’usagers de drogue. "Aujourd’hui, les deux publics se mélangent porte d’Aubervilliers", remarque Louis BARDA. Conséquence de cette promiscuité, "la traumatologie augmente beaucoup dans notre clinique mobile, note M. Barda. On n’arrête pas de soigner des gens qui ont pris des coups suite à des bagarres à l’arme blanche". (...)"

       Source (par L'Echelle de Jacob) : https://www.lemonde.fr/societe/article/2020/01/13/au-nord-de-paris-les-campements-de-migrants-deviennent-des-bidonvilles_6025686_3224.html

     

       Jean BAUDRILLARD par Nicolas BONNAL à la suite. Et quelques réflexions finales.

     

    Lire la suite...


  •  TOTAL BRIC-A-BRAC, ABRACAPA-DRAC !

       Michel, à dans un an ? NOOOOOONNN ! Tu DOIS revenir avant et du royaume des morts s'il en est ainsi ! Conseil et sinistre réalité personnelle : en boucle obligatoire, en attendant la "fin du 2e semestre 2020" (l'annonce fatale). Source : https://www.youtube.com/watch?v=CglSUIGKsrc

     

       Les vacances se poursuivent un peu et avec elles, le plein de synapses excitées. On brique ! On banque ?

       Avec une citation magnifique qui nous a marquée, sûrement pas à la manière étoffée d'AMG, ni en compréhension de Jean-Pierre VOYER que nous eûmes toutefois le plaisir limite de lire un temps sur son blog percutant (avec carte) :

       "La vie est une cérémonie."

       De quoi ajuster tous les élans du cœur sur ce don inouï et sa conscience...

     

    Lire la suite...


  •  POUR FUSER SUR L’ANNÉE

       Peau d'âne, Jacques DEMY (1970). "Ha ! Ma peau !".... sous le regard perspicace de la sublime Delphine SEYRIG, fée et marraine. Peau d'un âne aux pouvoirs... peu originaux. Sources : https://www.youtube.com/watch?v=9evkvBL_jNo & https://www.youtube.com/watch?v=2jTtSppDlNA

     

      20 20 disent certains, concernant la nouvelle règlementation thermique, pardon énergétique, pardon recyclo-énergétique.

        Vingt vingt...

        Passons. Paillassons. Oublions.

     

       Bonne année à toi

    qui aime venir en Tsukeshoin

    qui vise le bon, le juste, le beau, à ta place - de fol humain

      Bonne année, bonheur et santé !

     

    Lire la suite...


  •  PAR FIDÉLITÉ, CONVICTION (RÉALISME & IDÉAL)

     

       Non la machine, ni la méga-machine, mais la ville... substantifique. Sources : https://www.youtube.com/watch?v=SXRQF93Xy1I & https://www.onf.ca/film/cite_ideale_dapres_lewis_mumford_1re_partie/

     

       "Entretien avec Lewis MUMFORD sur la machine.

       Non, c’est une blague. Il s’agit en fait d’un entretien avec la traductrice de Mumford, Annie GOUILLEUX, qui nous procure, avec Gregory CINGAL, une nouvelle traduction du Mythe de la Machine, aux Editions de l’Encyclopédie des Nuisances (420 p., 28€).

       Les saint-simoniens, marxistes ou libéraux, affectent de ne voir qu’une passion réactionnaire et obscurantiste dans l’opposition à la Mère Machine et au techno-totalitarisme. De même, ils affectent de réduire son noyau théorique au "nazi" HEIDEGGER, et à sa conférence sur la technique de 1951. Nous, les ennemis de la Machine, serions tous peu ou prou des nazis et des heideggeriens qui s’ignorent. C’était, parmi tant d’autres, la thèse subtile d’un Luc FERRY dans son Nouvel ordre écologique (1992) ; c’est celle, toujours aussi subtile, rabâchée par Stéphane FRANÇOIS, le penseur du Monde sur le sujet (L’Ecologie politique. Une vision du monde réactionnaire ? 2012).

       Pour durer, ce dogme doit occulter les modernistes réactionnaires, ces proto-nazis qui dans l’Allemagne de Heidegger répandaient le culte de la Machine. Il doit occulter les auteurs qui bien avant la conférence de Heidegger ont critiqué l’incarcération de l’homme-machine dans le monde-machine : ORWELL, BERNANOS, SAINT EXUPERY, Simone WEILL, GIONO, HUXLEY, ZAMIATINE, ELLUL & CHARBONNEAU - et bien sûr Mumford, qui publie Technique et Civilisation en 1934.

       Pour tout dire, l’usage du mot machine (et mégamachine), par Mumford, comme métaphore d’un type d’organisation sociale, "d’un "archétype de machine" composée de rouages humains" ; comme moyen de la puissance, suivant l’étymologie grecque de mêkhanê, moyen/machine, nous rappelle irrésistiblement la discipline, "force des armées", y compris des armées « pacifiques » de travailleurs, ainsi que l’union « qui fait la force », comme l’ont répété à l’envie tous les militants politiques et syndicaux.
        Cette machine (ou "mégamachine"), on la voit émerger des cités du IVe millénaire avant J.-C., de leurs ouvrages et monuments gigantesques.
        Et pour finir, cette machine humaine, cette invincible combinaison d’union et de discipline, réalise tout simplement l’organisation de SAINT-SIMON (Cf. L’Organisateur, 1819), elle-même extrapolée de l’organisme humain. Org- = outil+énergie+ travail (Dictionnaire étymologique)

       Pour en savoir plus sur Mumford et son Mythe de la Machine paru en deux tomes, en 1966 et 1970, lisez l’entretien avec Annie GOUILLEUX.
        Pour en savoir plus sur Annie Gouilleux, lisez ce qu’elle dit d’elle-même dans cet entretien (ci après), ainsi que ses textes et traductions, dont certains se trouvent sur Pièces et main d’œuvre."

     

    Lire la suite...


  •   CRISE DES INSTITUTIONS

       Alain SUPIOT, cité par Baptiste RAPPIN et relayé par Ekouter. Limpide. Source : https://www.youtube.com/watch?v=uEuOJ1a2A0I&list=PLwl60Z8ihqF48o9Z3QYoHaAAlgHB0CcWx&index=2

     

    Lire la suite...


  •  RETROSPECTIVE D'ALBUM ?

    EMPIRE ARABE

       Arrivée d'un cavalier. Fut-il attendu, lui, lancé une course effrénée ? Pas d'autres indications pour la non-arabisante que nous sommes, en arrêt devant cette écriture formellement ensorcelante. Images loisibles... Source : http://arefeh2013.blogfa.com/post/408

     

       Gabriel MARTINEZ-GROS, historien, sachant comparer, connaisseur de l'empire islamique et de l'un de ses derniers théoriciens, Ibn KHALTOUN, rebat les cartes là où nous pensions flâner un peu, historiquement, croisant longues et soyeuses chevelures brunes...

       Sortez votre Yuval Noah HARARI (Sapiens), MOULINE (Le Califat) avant de revenir vers Philippe FABRY.

     

    Lire la suite...


  •  

     

        Le site Palim-psao sort, ces temps-ci focus féministe qu'on aurait tort de passer. Et comme Tsukeshoin n'en finit plus de finir. L'extraction de SADE du seul que nous lui connaissons, à savoir celui d'Annie LE BRUN prend

       http://www.palim-psao.fr/2017/05/la-femme-comme-chienne-de-l-homme-par-robert-kurz.html

    Lire la suite...


  •  HISTORIONOME (DES CYCLES)

    PHILIPPE FABRY

       Affiche de film épique... Source : https://www.lessymboles.com/quest-ce-qui-na-pas-fait-chuter-rome/

     

       Le Lupus, quelles que soient ses humeurs et ses manières brutales (où le mauvais rire ou l'étonnement du vrai savoir y trouvent parfois morceaux de choix), sait lier les actualités dans une convergence d'hideuses épousailles que l'ami DRAC peut encore enrichir (capitalisme féodal / socialisme totalitaire).

       Philippe FABRY, historien de grand angle, ne craint aucun rapprochement qu'on suppose, à l'écoute, savamment documenté.

       Il permet d'imaginer concrètement un avenir assez cruel, qu'un soupçon d'écologie rend lugubre.

       On dira passionnant, en temps supportable, en l'épiçant de deux références l'une connue, l'autre périphérique - ou pas.

     

    Lire la suite...


  •  S'ADAPTER ? (B. STIEGLER) : "MIEUX", "BIEN MIEUX" !

       Barbara STIEGLER pour son livre "Il faut s'adapter" : un nouvel impératif politique, Gallimard, 2019 : https://www.youtube.com/watch?v=NeBWN9rMKMs. A rehausser de Thinkerview doublé de Philippe BIHOUIX (en 2e parution toujours aussi riche), pour finir  avec un exposé à sa manière : https://www.youtube.com/watch?v=uSSFmNHgJQQ, https://www.youtube.com/watch?v=Oq84s9BLn14 & https://www.youtube.com/watch?v=k2PGYu0rvjw.

     

       LIPPMANN, TAYLOR, DARWIN, SAINT-SIMON... PLATON.

       Nos deux analystes du jour, aux attributs philosophiques "label" contemporain (les références priment et minimisent leur propre pensée, l'envergure qu'elle pourrait prendre, leur relative jeunesse et le difficile rapport statut / capacité sociaux qui les caractérisent en dédouanement largement concédé), ont l'immense mérite de se pencher froidement sur la machine dans laquelle nous sommes tous entrainés - à nos dépends complets, si l'illusion a pu sévir et peut encore sévir (Philippe BIHOUIX est alors important, nous narrant les affrontements récurrents autour de la technique et des progrès / déclin, l'immortalité désormais envisagée, et autre comble, ce discours accepté et largement relayé... dans un contexte versé dans la "guerre" aux complotistes...  pour un tableau aberrant).

       Barbara STIEGLER et Baptiste RAPPIN se rejoignent sur les principes de la systématique (hyper-fonctionnaliste) en cours de sur-déploiement, l'un, directement au fait, conduisant au plus loin la logique déchainée et accédant aux fondements de la philosophie, par son école néo-platonicienne, l'autre remettant opportunément la théorie de l'évolution en selle, mais par le seul biais des économistes ou d'un de leurs appointés (aussi alternatif fut-il).

       Ils ne mettent pas en valeur les mêmes résistances, et sans vouloir accabler la professeur de philosophie, il est probable que l' "organisation" rattrape les réfractaires qu'elle cite avec espoir.

       "Perpendants" ?...

       A moins que cette réaction si saine n'écoute ou ne lise son collègue ?

       Vidéos à regarder exhaustivement, et si possible en parallèle successif.

       [Mes critiques ne doivent surtout pas minimiser leur apport (vidéos comme seules références de plus). Je dois reconnaître de l'agacement devant le titre universitaire ou médiatique de philosophe, même si Baptiste Rappin ne semble pas le mettre en avant et Barbara Stiegler l'exercer en pratique hospitalière (façon maïeutique), par exemple. Ces deux personnalités chercheuses sont aussi stimulantes comparées que pour elles-mêmes et permettent d'aller vers la philosophie, telle que je la conçois du moins - attitude face à la vie, des idées au comportement et "vice et Versailles", discours en sus pour ceux qui savent l'élaborer.]

     

    Lire la suite...