•  DÉTRITUS, ORDURES, POLLUTIONS. PARTOUT.

    CO-PRODUITS SYSTÉMIQUES.

       Conserver jalousement ou négligemment ses déchets ? On peut faire autrement, paraît-il. Mais certains préfèrent cultiver leur syndrome, de DIOGÈNE - selon la taxinomie clinique assez curieuse, et vivre "très entouré". Honneur à un Breton, qui n'est pas le seul... (Que penser des poubelles archéologiques au pied des cavernes, ou des jets par la fenêtre ou dans ses parages, "très inspirés" ? L'iconographie dévide des tonnes de vues sur le sujet.) Source :  https://www.ouest-france.fr/bretagne/locmine-56500/video-il-vivait-au-milieu-de-ses-ordures-dans-son-appartement-2983957

     

       Vivre "très entouré", manière syllogomaniaque (Wikipédia), c'est notre credo, le credo de notre société, la fabrication de notre monde, l'anthropocène. C'est aussi se faire corps poubelle, ou corps mutant généralement pas très longtemps.

       Les gammes de pollutions sont aussi variées que les inventions humaines accélérées que l'on nomme nouvelles technologies.

       Aluminium. Mouais... Source : https://www.youtube.com/watch?v=44dyEzjzJ8Y

       Provocation ?

       De ces propos similaires à des étincelles "trempées" dans l'acier dont on peut avoir absolument besoin ?

       "Parlé, avec la sage-femme, de la vaccination, qui est, paraît-il, exigée par la loi, car toute liberté décampe. J’exprime fortement, quoique inutilement, mon horreur pour cette ordure, dont l’humanité s’est si bien passée, jusqu’au dernier siècle, et dont l’Angleterre nous gratifia. Le courant moderne est, d’ailleurs, aux inoculations de tout genre. On finira par putréfier les petits enfants de quarante sortes de vaccins."

       Léon BLOY, Le Mendiant ingrat (1892-1895), pp. 415-416.

       Cité par Anti-presse, n° 103, 19-11-2017.

     

    Lire la suite...


  •  Et MAINTENANT : BILAN, AVENIR.

       A l'affiche, le petit livre de José PLUKI avec André PARIS, Un accident nucléaire, notre avenir ? Livret d'auto-défense intellectuelle sur le nucléaire à l'usage de tous librement disponible. Source : http://www.du-goudron-et-des-plumes.fr/telechargement/nucleaire-le-prochain-gagnant-leger.pdf

     

       Alain de HALLEUX nous a averti d'une stratégie probable fort peu originale et très pratiquée pour faire juter un max (de fric) les activités humaines industrielles appliquée au nucléaire en France : DÉMEMBRER. Peu à voir avec le démantèlement... si ce n'est l'art de la découpe. Pour le nucléaire, ce pourra être la production électrique détachée en un pôle attractif sinon convoité - privatisée, et le "patrimoine", l'entretien et la maintenance, pures pertes sinon atteintes pathologiques graves, désastres - pour l’État, au sens des contribuables et des obligés légaux, au nom de la sûreté, du sérieux, du bien commun et ce qui saurait être discouru... toutes sous-traitances parachevées, si on a le temps (c'est aussi l'avenir possible de tout "kravailleur" - pour ceux qui rêvent encore, entre injonctions paradoxales, responsabilités et tâches maximales pour rémunérations m... ?).

       Équation "gagnants gagnants" selon l'expression imposée ? L'exact opposé existe.

       José PLUKI nous donne quelques conseils en fin d'ouvrage. A pleurer.

       Puisque malgré les véritables héros de l'entretien qui œuvrent chaque jour au simple maintien de la production nucléaire française, ce qui doit arriver va arriver.

       A moins que ?

       Prière de lire l'ouvrage ci-dessus. (Pour le novice, prévoir remontants naturels de ses habitudes - sans alcool).

       Et acheter celui-là (et le lire), que l'on soit de fibre survivaliste ou non - en évitant le vendeur Amazon, et pourquoi pas, en privilégiant l'Institut Belrad par le biais de Patrick LENOIR (que nous ne connaissons pas malgré sa proximité géographique) : http://independentwho.org/fr/2012/06/16/apres-laccident-atomique/

    Après l'accident atomique, Vladimir BABENKO.

     

       "Envoyer un chèque de 10 € (port compris) à Patrick Lenoir (trésorier de l'association),

       Résidence "Les Jardins d’Émeraude"

       28 B, rue de la République – appt 21 – 22770 LANCIEUX"

       selon le site IndependantWHO (IW), à réactualiser en 2018.

     

    Lire la suite...


  •  QUELQUES ARRÊTS OÙ ÇA FAIT TRÈS MAL

       De la force des frontières nationales. Visiblement souples comme le roseau de LA FONTAINE. Source : https://www.youtube.com/watch?v=lwxNfy79gl4

     

    Lire la suite...


  •  Avec Jean GANZHORN (José PLUKI)

       José PLUKI ou Jean GANZHORN. Au monde du Lévothyrox... Quelques lapsus qu'on peut déguster en prime. Source : https://www.youtube.com/watch?v=jZrxpRJYa1c

     

       Là où "l'on a institué le gaspillage" : pleins feux.

       Avec quelque chose (radioactif) d'hyper-persistant.

       Nous est rappelé le cas d'une décision fatale dans le monde de la haute-technologie.

     

    Lire la suite...


  •  AGNOTOLOGIE

    FUKUSHIMA

       "Cela fait presque 7 ans que ce magma mortel a été créé par l’imbécilité des hommes. 7 ans que l’on en parle sans jamais vraiment le voir. Et voilà que Tepco, en janvier 2018, nous dévoile, pour la première fois et de manière très discrète, des images très parlantes du corium du réacteur 2 de Fukushima Daiichi." Source : http://www.fukushima-blog.com/2018/01/le-corium-du-reacteur-2-de-fukushima-daiichi-est-bien-visible.html

     

       Le TAS DE MERDRRRRRRE (made by ?), et ses mouches (de même engeance).

          Au programme de ce billet. (Pour les agneaux pas tout à fait innocents que nous sommes.)

       (Et avec nos excuses pour la merde et les mouches, aussi nécessaires que parfois presque jolies.)

     

    Lire la suite...


  •  "BALADE" EN MONDE D'APRÈS

    FUKUSHIMA /

       "Après Fukushima. Le Japon ne sait pas quoi faire de ses déchets radio-actifs, souvent laissés à l'air libre. Le gouvernement construit des entrepôts de stockage hermétique. Celui-ci, à Tomioka, pourra contenir quelque 730 000 tonnes. Les plus radio-actifs seront coulés, dans du béton, dans des villes condamnées. La ville de Fukushima Daiichi fuit toujours."  Exposition de photographies de Jérémie SOUTEYRAT, aux abords des Champs libres (grille nord ouest), à Rennes (regardée le 31-12-2017).

     

       Le général Vincent DESPORTE nous a informés précédemment qu'un accident nucléaire et ses suites, en France, ne pourrait pas faire compter sur l'armée nationale, sorte de fantôme d'elle-même, pour instaurer une prise en charge du chaos résulté, réorganisations ponctuelles, temporaires (au moins pire).

       Le cas de Fukushima est ce à quoi il pense, là où l'armée japonaise aurait pris le relais d'une société tragiquement bouleversée.

       S'il faut ne pas oublier que c'est un militaire qui parle pour sa cause, la perspective - de A à Z - est de celles qu'on préfère caser aux oubliettes, sans aucune hésitation. Elle est aussi de celle qui nous tracasse particulièrement, comme possibilité et comme scénario de chamboulement social extrême et autoritaro-ravageur (camps jusqu'à la remodélisation humaine).

       Que le risque nucléaire nous plombe et ses affres nous pendent au nez ? Similaire à tout Français immergé dans le nucléaire civil, la banalisation a fait son œuvre en nous, et l' "inimagination" a réussi, là où Günther ANDERS a su enfoncer le clou (nos facultés de représentation - et de réaction - sont littéralement dépassées, annihilées dans le monde de l'image, de l'information continues et des super-technologies, celles-ci encouragées, exacerbées).

       Tort. Grand tort. Impuissance ?

       "En cas de séisme fort, on pourrait aller vers une situation, avec quatre réacteurs simultanés en fusion, qui ressemble potentiellement à un accident de type Fukushima", explique carrément aux auteurs le patron de l'ASN (Agence de Sûreté du Nucléaire), Pierre-Franck CHEVET.

       Il ne s'agit là que de la centrale de Tricastin. Quant aux autres... Banalement, toujours.

      (In le magazine Marianne, le 04-02-2018, après le JDD et l'enquête "Nucléaire : danger immédiat" (Flammarion) de Thierry GADAULT et Hugues DEMEUDE, relayé par la revue de presse de Lieux communs : https://www.marianne.net/societe/centrales-nucleaires-un-accident-de-type-fukushima-pas-exclu-en-france)

       Plein marécage ou bourbier : l'introduction, ce jour, pourra paraître esthétique voire sentimentale. C'est voulu. Du plus consciemment qu'on peut. Les enfants évités.

       (Les enfants. L'avenir.)

      

    Lire la suite...


  • SUPER FLEXIBILITÉ (ARTHRITIQUE ?)

    TACHERONS NOMADES

       "A campground in Clarksville, Indiana, which hosts workers for an Amazon fulfillment center nearby." Source : https://www.wired.com/story/meet-camperforce-amazons-nomadic-retiree-army/

     

       Autre face de la déchetterie capitalistique, ou du grand recyclage des travailleurs, les nomades. Point de maison, à moins qu'elle ne roule - hors contrat. Point de lieu de fondation foncier en tout cas. Le job et son vital salaire.

       L'entreprise Amazon, à la pointe de l'innovation tentaculaire (façon destructor) développe les CamperForce qui ont l'intérêt francophone d'évoquer travail de force et camps de forçats... Amis en âge de la retraite, c'est aussi et diablement pour vous. Pour "écrire l'histoire" sans blague (on la connaît pourtant, celle-là) et remplir les poches de magnats au nom, c'est ainsi, éloquents.

     

    Lire la suite...


  • PETITES, HISTORIQUES, "LOCALES"...

    VILLES INUTILES

       "En revanche, les villes moyennes de Bretagne, des façades atlantique et méditerranéenne et de la vallée du Rhône sont dans une situation "favorable". Source : https://www.caissedesdepotsdesterritoires.fr/cs/ContentServer?pagename=Territoires/Articles/Articles&cid=1250280289392

     

       A partir d'un article tout "amerloque" où petites villes riment avec San Francisco, on y va transposition française et surtout bretonne. Encore des nouvelles brise-cœur... Dans le bourbier, on s’agrippe quand le sol fuit, s'enfonce ou graisse la patte...

       Lors d'une rencontre organisée par la région Bretagne en automne 2017, il nous fut très pénible d'entendre un universitaire également urbaniste libéral (à vérifier), sosie de Mick JAGGER en plus, génération identique de surcroît (l'un des personnages au pinacle de nos détestations -il faut avouer, très nombreuses !) expliquer à l'assistance d'élus locaux, et de "professionnels de l'aménagement territorial" - invités pour finir de remplir la salle (cf moi-même) ? (juste un soupçon !) qu'aucune exception ne caractérisait la Bretagne, contrairement aux bourrins de croyants que certains pouvaient être, ci-présents, et que l'avenir était au développement de pôles d'envergure nationale, Rennes, Nantes ou les  deux (un agglomérat encore ?), mort au reste (nos mots, car le dynamique vieil intellectuel avait dû choisir les siens pourtant impitoyables et méprisants). N'étions-nous pas à l'aube de l'homme bionique... Lui-même... non, je m'égare...

       Les ateliers sans gradins ni scène du matin avaient pourtant raconté autre chose, pas forcément opposée mais différente.

       Que de "professionnels" ou "responsables", toutefois.

       La population, le peuple, les gens, nous tous vraiment...

       L'administration régionale organise une nouvelle rencontre sur des thèmes alternatifs à la thèse du jour... mercredi 31 à venir, à Pontivy. Nous en serons, a priori. Témoin, éventuellement causeur. Et nous en sommes de l'alternative, définitivement, que les glaces nous pétrifient en route si le sort en est ainsi ou autre, priant de pair que les législations stoppent leur contre-productive chasse au comportement. Quelle vie peut se revendiquer digne d'humanité hors activité et savoir terrestres, libertés et consciences basiques.

     

    Lire la suite...