• EBULLITIONS

     AVEC ETIENNE CHOUARD

       Source : https://www.youtube.com/watch?time_continue=131&v=QC7rGpZyOEM

     

        Parmi les "90%" en retrait, nous continuons de suivre Étienne CHOUARD, si important pour nous depuis 2011 (par sa curiosité 360° avec focales, sa capacité à douter et remettre sur le métier, ses recherches, ses références, sa foi, ses propositions démocratiques).

       Que germe et végète notre puissance. Collective ?

       Circonspection de pair ! Progressisme, collectivisme, matérialisme, etc... L'hôpital, l'école en crête d'horizon systématique du fameux "bien commun", là où tant d'abus et de conditionnements s'exercent et que flairent à grands desseins les investisseurs les plus préparés, les plus ambitieux... Hum, hum. Notre-Dame, un tas de pierre dont on pourrait se passer. Allez, c'est caricatural et lui-même se prête au jeu de la provocation quand il veut mettre en avant la hiérarchie des problèmes (injustice sociale en pendant central, lui qui la saurait... - boutade ! sérieuse)... mais profondément circonspect, donc, et quant à l'application et la morale que sa pensée pourrait générer concrètement, même si lui-même est d'une rare ouverture d'esprit - en situation de calme réflexif ! - et de volonté de respect (sur l'école, il sait mettre en avant Jacques RANCIERE, sinon Jean-Pierre LERPI ou l'expérience de Summerhill, par exemple).

       [La fréquentation assidue que nous avons du Blogalupus, là aussi avec circonspection et grand intérêt, joue certainement un rôle dans notre méfiance directe face à la tendance à miser sur le groupe et le rationalisme d'aboutissement - c'est-à-dire celui qui héroïsé veut conclure malgré ses limites intrinsèques -, alors que les "Fabiens", courant de pensée socialiste sans cesse avancé comme entêté serpent "maléfique" par le Wolf, très mal connu de nous, induisent une orientation possible du capitalisme en méga-machine collectiviste appuyée sur des égos bien contrôlés, juste assez gratifiés (par quelques aménagements sociaux au début, dans l'illusion entretenue, d'ordre simulative ensuite ?)... l'écologisme contemporain utilisé en relais castrateur (le comble pour le chantre - certes politisé, de la perte de son originelle source - de la Nature !) de la super-structure d'exploitation, aux déclinaisons aussi paradoxales que totalitaires. Une voie (LA ?) repose selon nous sur des jeux variés où l'individu est une richesse à fortifier toujours (de la personne), et son pourtour jusqu'au lointain - d'une Nature, partielle et transversale à l'Autre, la grande, merveille, celle-ci très organisée, organique !, mortelle, sûrement stratifiée (?), d'ordre plus certain, confins vitaux (incursions comprises), au diable ces ersatzs d'ersatzs, les pseudo-savoirs, partiels et prétentieux, dont on ne tire que pollution et toxicité.

       Voir encore et toujours PMO - Pièces et Main d'Œuvre incisifs là où il faut mais... victimes du même syndrome de positionnement et d'analyse  - et au couperet éliminateur, quand d'autres attitudes, sens, faits de connaissances et d'intuition dialectiques pointent juste et annihilent spontanément le brutal classement et les fausses hiérarchies, morbides ? Sauf si dans un monde comme le nôtre... l'ultime et seule parade doit en arriver là, et sans détour, la question étant si Internet (en symbolique et extraordinaire artefact) est nécessaire ? Et pour combien de temps encore ?]

      Les vidéos choisies pour cette page ont le mérite d'entrer dans le vif et de poser les fondamentaux avec grands détours et pour l'une un patron de radio décidément intéressant (Didier MAÏSTO) - musique, homéopathie, alimentation y passent aussi avec lui.

     

       Source : https://www.youtube.com/watch?v=CHbGrptXvaE

     

       Sud Radio partie en campagne. Un  "Jeudi Chouard", ici avec Michel COLLON où chacun exprime beaucoup et calmement. Source : https://www.youtube.com/watch?v=Ukf6iJ_BiRU avec en indispensable, pour ne pas refuser les critiques du journaliste belge, alors que la "cible" n'est plus là pour défendre ses positions (Élisabeth LÉVY) en rêvant d'un échange avec elle lui aussi moderato - en réactivité nerveuse.

       Nota : on y trouve la mention des enfants victimes (nés monstres physiologiques) des armes à l'uranium appauvri en Irak.

     

        # Le 13-05-2019, ayant lu la trop souvent nécessaire revue de presse de Lieux communs et doutant de toute proclamation, et surtout des nôtres ! (puisque nous avons parlé d'archéo-écologie récemment, pour signifier, face à la dévastation de la toiture de Notre-Dame de Paris, notre propre cadre de référence - zone de retrait surtout, quand les événements s'acharnent, mais aussi perspective de vie humaine où la majorité de technologies (quantique à part ?) et l'éminence de la totalité terrestre voire universelle obligent à intranquillité qu'on tâche avenante) : https://www.demographie-responsable.org/notion-de-population-soutenable-et-de-population-optimale.htmlhttps://www.liberation.fr/debats/2019/05/05/les-droites-dures-s-enracinent-dans-l-ecologie-integrale_1725128 (où l'origine du deuxième texte doit être prise en compte, facilités de jugement - ou condamnation ? - au rendez-vous). Un "Bistro Libertés" de TVL avec Michel MAFFESOLI, mal connu et depuis peu relayé par Leblogalupus en sera le contrepoint - avec focus sociologiques tous azimuts !, ainsi qu'une vidéo de 2018 avec Michel DENEAULT, très souvent passionnant, sur Thinkerview (bis).

       Par Le blogalupus ce 14 mai, Michel Maffesoli bis, décidément "pas mal", en hyper-souplesse ou super-sensibilité pragmatico-vitaliste (lecteur de Maurice MERLEAU-PONTY !) avec une défense bienvenue - car de quoi est fait le monde, sinon des faces, démultipliables jusqu'au tout - de la représentation (démocratique) - Etienne Chouard, toujours en selle, à ce sujet : https://linactuelle.fr/index.php/2019/05/13/michel-maffesoli-medias-politique/?fbclid=IwAR2ra2oNMLksGiyobjbBvafRLRBF-fiQQDyn-rKfcYiBa1tDFY95J-y14ZI

     

       # Le 28-08-2019, un livre au titre extraordinaire  (sa références latine ) et à l'analyse plutôt tentante : https://pierrebourdieuunhommage.blogspot.com/2019/08/laurent-jeanpierre-in-girum-les-lecons.html

       "Présentation de l'éditeur

       "In Girum imus nocte et consumimur igni. "Nous tournons en rond dans la nuit et nous sommes consumés par le feu." Qui aurait pu imaginer que cette locution latine, palindrome à l’origine incertaine, livrerait aujourd’hui la tonalité d’une vaste contestation et, au-delà, l’allégorie d’une époque ?
       En novembre et décembre 2018, ont en effet surgi sur les ronds-points de France des dizaines de milliers de gilets jaunes. S’ils y ont brûlé des feux conjugués de leurs colères, de leurs espoirs et d’une implacable répression d’État, ils y ont aussi entamé une longue marche giratoire autour d’un autre foyer : celui d’une politique ancrée dans le local, où s’articuleraient autonomie, écologie et justice sociale. Une politique de la Commune, ou plutôt des communes, qui ne serait plus seulement une lubie d’anarchistes ou de révolutionnaires sans révolution, mais un appel auquel les mouvements sociaux du futur auront à répondre.
       Pour en entendre d’ores et déjà la rumeur, il faut s’essayer à une lecture d’ensemble du soulèvement jaune. Comprendre comment une mobilisation imprévue a mis en crise les habitudes éculées de la lutte. Expliquer pourquoi ce mouvement s’est tenu à l’écart des idéologies, parvenant, en définitive, à politiser des groupes populaires et périurbains jusqu’alors réfractaires à la politique. Et finir par inscrire l’événement dans une série de protestations qui font des potentialités libératrices et démocratiques du "proche" un nouvel enjeu d’imagination politique.  
       Laurent JEANPIERRE est professeur de science politique à l’université Paris 8-Saint-Denis et membre du Centre de recherches sociologiques et politiques de Paris (CNRS/université Paris 8/université Paris Ouest-Nanterre-La Défense)."
     
    « MAIN À LA POCHEJacques FREDET / MODERNITÉ »