• ENSAUVAGEMENT versus SOCIETES ACTUELLES

        "L'ensauvagement, c'est maintenant", Brice COUTURIER, Les Matins de France Culture, "Les idées claires", le 16-12-2015.

     

       Brice COUTURIER reprend les mots et l'analyse de Thérèse DEPELCH pour souligner son horreur des événements les plus cruels qui parsèment le monde aujourd'hui, tandis que les pays européens en seraient autant complices que victimes par leur passivité.

       Nous avons écouté avec intérêt cette chronique à la radio, sans en faire cas particulier. De la retrouver dans la Revue de presse de Lieux communs, le terme d'ensauvagement nous fait signe. C'est dans le cadre de cette notion et de son acception occidentale que nous gardons sous la main ce texte. Des commentaires viendront plus tard, ou au moins une relecture attentive.

       http://www.franceculture.fr/emission-les-idees-claires-l-ensauvagement-c-est-maintenant-2015-12-16

       COPIE ENTIERE :

       "Thérèse DELPECH, disparue précocement en 2012, était l’un des meilleurs esprits du pays. Cette normalienne, agrégée de philosophie, avait mis sa très grande culture au service d’une théorie et d’une pratique des relations internationales qui l’avait menée dans plusieurs cabinets ministériels, de gauche comme de droite. Pour la petite histoire, vous la reconnaitrez dans l’un des personnages de la bande dessinée Quai d’Orsay.  Elle apparaît, dans le chapitre VII du 2° volume, sous le nom d’Hélène Buffetault, "la meilleure spécialiste des questions nucléaires".

       Il y a dix ans, Thérèse Delpech avait publié un livre, L’ensauvagement, qui s’avère aujourd’hui prophétique. Il y a ainsi des penseurs qui ont une décennie d’avance. Et c’était le cas de Thérèse Delpech.

     

        Extrait du Prologue : "Les faiblesses des sociétés occidentales contre leurs adversaires ne sont ni militaires, ni policières, ni judiciaires, mais intellectuelles et morales. La force spécifique qui vient de la conviction est dans l’autre camp. (…) (Ces adversaires) posent aux sociétés qui sont victimes des attentats-suicides des questions cruciales : quelles idées méritent encore que nos sociétés post-héroïques prennent des risques pour les défendre ?" (28)

       "Post-héroïques". C’est Edward Luttwak qui avait ainsi qualifié nos sociétés occidentales ; européennes, en particulier. Les épouvantables guerres du XX° siècle nous ont vaccinés contre la tentation récurrente de courir aux armes, de décréter la mobilisation générale. Si nous avons perdu l’antique vertu de nos ancêtres Républicains, avec leur proclamation en forme de menace – "la liberté ou la mort", c’est que nous souffrons, disait Thérèse Delpech, d’un « déficit de la volonté ». (113)

       "La passivité qui accompagne la montée de la violence est plus inquiétante encore que la violence montante. Car elle rend sa victoire possible. Celle-ci bénéficie de l’inaction." Dans les années 30, face aux provocations de l’Allemagne nazie, nous avons aussi fait preuve de faiblesse. Chaque époque voit s’affronter des puissances montantes, désireuses de modifier le statu quo et d’autres, qui subissent ces initiatives, en tentant de maintenir l’ordre ancien. Hitler voulait mettre en pièces le Traité de Versailles, nous tenter de le préserver.

       Aujourd’hui, l’Europe est devenue la puissance la plus conservatrice de l’époque. Les idées neuves ne naissent plus chez elle. "La pensée européenne est surtout réactive. L’Europe n’a rien à dire.", constatait, désolée, Thérèse Delpech.

        Nous éprouvons les plus grandes difficultés à nommer nos ennemis. Voyez le temps que nous avons mis à désigner l’islamisme radical. Persuadés d’être entrés dans une ère post-conflictuelle, désireux de ne plus avoir que des concurrents ou des partenaires, nous vivons dans le déni. Nous proclamons naïvement notre désir illimité de paix faceà des assassins qui considèrent notre pacifisme non comme une preuve de bonne volonté, mais comme le symptôme de notre faiblesse, de notre lâcheté et une promesse de reddition prochaine. « La faiblesse est un appel aux barbares », disait Aleksander Wat.

       Rien de nouveau, déplorait Thérèse Delpech. Je cite : "La négation des catastrophes a, dans le monde occidental, une longue tradition. Il n’a pour ainsi dire rien vu venir : ni la révolution russe, ni la révolution chinoise, ni les deux guerres mondiales, ni l’extermination des juifs, ni la révolution culturelle chinoise, ni la tragédie cambodgienne, ni la chute des cent étages du World Trade Center." (69) Cet aveuglement redouble chez ceux qui se tiennent sur la ligne de front. Pendant la guerre froide, les Allemands étaient, de tous les Européens, ceux qui niaient le plus la réalité de l’affrontement entre les blocs.

       Thérèse Delpech avait prévu jusqu’à notre retard à prendre conscience des mutations alors entamées, et qui donnent aujourd’hui Daech. Alors que le pseudo « Etat islamique » était encore loin d’accéder à l’existence, elle analysait le "cycle de cruauté gratuite", qui hante aujourd’hui l’internet, et le décrivait comme "crime-spectacle ". Relire L’ensauvagement. Parce que nous y sommes."

     

       Nota : Nous nous permise de mettre en majuscule les noms des personnes citées dans le corps du texte copié. Nous laissons en gras le choix de l'auteur, même si nous les trouvons gênants.

       Relecture en attente. C'est surtout la notion d'ensauvagement qui nous appelle.

    « BOTNETS & ZOMBIES (INTERNET)MURS & SERRES à MURS »