• ENTREZ

     

       Vous voici quelque part, assurément (!?).

       Tout d'abord, un ou deux renseignements sur l'image d'en-tête, au cas où sa notoriété resterait celle d'une profession mais attirerait : il s'agit d'un bâtiment de l'architecte finlandais assez fameux Alvar AALTO (1898-1976), construit en 1952-54. Maison dite expérimentale, elle se situe à Muuratsalo, en Finlande.

       Là-bas, le paysage - géographique - est fait de "lacs et de collines boisées".

       "La maison est directement campée sur un rocher entouré d'eau. Tant les échelles que de nombreuses solutions techniques s'orientèrent d'après les conditions de la nature environnante. Ainsi les fondations reposent sur des pierres naturelles. La partie murée de briques de la première phase de construction est blanchie à la chaux. (...) La situation de l'édifice rappelle celle d'un temple grec placé au milieu de la nature."

       In Aalto - Le Paradis pour les petites gens, Louna LAHTI, Tashen, 2004, p. 71.

       La photographie a été trouvée sur la toile. http://www.maison.com/architecture/portraits/vie-oeuvre-architecte-finlandais-alvar-aalto-6494/galerie/25856/

       Ceci dit, et ayant rappelé qu'Alvar Aalto s'inscrit dans le grand Mouvement moderne qui a emporté la création architecturale (professionnelle) à partir du tout début du XXe siècle - mouvement sans critique solide et avérée (?!), et qu'un tsuke-shoin pourrait se reconnaître dans ces murs de Muuratsalo, le choix de cette image autant que de cet édifice très appréciés l'un et l'autre - en lecture bi-dimensionnelle du moins (nous n'avons pas visité la maison) -, permet d’élargir d'emblée l'horizon d'un bureau transposé sur internet qui pèche d'office (!) de la planéité effective de ses perspectives et/ou la "dématérialité" de ses figures (la maison de Muuratsalo existe, et témoigne du passage du temps).

       En avant les mises en abyme.

       Nous sommes au temps du tertiaire florissant (économiquement). Les guerres n'ont pas stoppé.                                                                                                                                           Il y a des drones.

       Le pas d'ouverture absolue serait sans doute le noir ou le blanc, en gardant l'arc-en-ciel. (Je reprends ici une part de la vision dénichée par Annie LE BRUN chez Victor HUGO, quand ce dernier a pu regarder la lune, le ciel ! à la lunette et en a conclu autrement de la Terre). Le NOIR, le BLANC. Un noir profond, infini, en velours de préférence. Un blanc limite, éblouissant, capable de transparence derrière l'opacité éclatante. Annie Le Brun honore le premier, Kenneth WHITE chante le deuxième. Deux auteurs clés pour "nous". Le Brun, amoureuse et perçante, excellant probablement en connaissance humaine rapprochée (la personne), l'autre, plein d'allant, de maniements, développant les médiations de l'homme avec et sur sa planète - en orbites, en chausses, en quête de vérité et d'harmonie terrestre.

       "Notre" bureau, "mon bureau", est, quant à lui, sans porte ni fenêtre au sens propre. Loin d'exister par de minimales configurations à la japonaise, il est largement cerné d'étagères saturées. Pourvu d'un écran informatique, de dossiers et de livres plus ou moins" illustrés", il jouit tout de même d'un vrai seuil - intérieur, et d'une vraie baie, tout aussi intérieure, un percement en hauteur sans vitrage, en sorte de second jour, dans l'axe de la porte d'entrée. Ce bureau est placé dans un coin d'une vieille maison ... aux trois-quarts aveugle.

       Eh, de l'air là-dedans, de l'air, de la lumière !

       Non ! Que son obscurité veille, que les trésors fusent... L'ampoule a tout de même la couleur du jour. Quelqu'un s'y est d'ailleurs trompé : "Il y a une fenêtre !?"

       Car la chance est que derrière son épais mur de pierre et de terre, règne la campagne, une rivière ou gros ruisseau, un jardin, avec le bonheur, pour moi, de pouvoir toucher l'humus (l'humain en vient, n'est-pas), de rétablir le lien ... primordial ?, et me demander comment nourrir plusieurs (puisque l'essentiel est à portée de main et que le savoir est perdu ou gâché).

       Cultiver ?

       Oui, le bureau est là pour qu'on en sorte. Toujours. Sortir et cultiver (ou pas). Laisser faire, oui. Regarder. Observer. Constater. Et rentrer et réfléchir, écouter d'autres. Se cultiver. Penser. Ressortir. C'est ballot. Minimum prudent. Sanitairement heureux.

      Le jardin, la campagne, les bords de l'eau suffiraient-ils ? (vœu secret, avec insuffisance au préjugé)

       L'issue de ce blog tranchera.

       D'ores et déjà, l'art architectural qu'il nous a été donné - permis ? de tâter, a changé de cap, sous la gêne de son autoritarisme de papier, de fichiers informatiques et CCTP ... Il y aurait à partager maintenant, à DÉVIRTUALISER cet art envoûtant et si ancien de la "projetation" spatiale (jargon, pardon), en s'essayant de pair à cette critique ou au moins ce recul d'avec la Modernité architecturale qui nous paraît trop absente (revoir du côté du Post-modernisme qui fut sollicité lors de notre travail de fin d'études, insuffisamment), la multiplicité de ses productions (quelle explosion en effet), l'horizon techno-logique préoccupant du BIM compris.

       Nous sommes par ailleurs en Bretagne (Bretonne ?) et nous sommes située entre Rennes et Saint-Brieuc, non loin de la ville de Dinan, dans les Côtes d'Armor. Breiz, notre "pays", est, pour nous, outre le lieu de vie (donc essentiel) et centre d'affection singulière et consciemment récente, un objet de réflexion détonnant. Un mot le caractérise directement, lui accordant vie et unité, et beaucoup d'autres qui rebondissent vers la France (qui est "notre pays", plus incontestablement, de par notre tradition familiale résolument tournée vers elle, son extraordinaire diversité géographique - et humaine, encore ? - / profondes amours paternelles et grand-paternelles (sic) pourtant d'origine landernéenne, ses Lumières ou plutôt le sens de la curiosité et de la con-naissance qu'elle accepte - ou accepta !, sa langue, nombre de ses auteurs, son goût du progrès - aussi irrésistible pour notre autre généalogie - paysanne, sa devise tri-partite : liberté, égalité, fraternité) interroge le monde entier : autant de chemins à emprunter du coin du tsukeshoin, avant de ressortir, DEHORS.

       Alors ENTREZ ! Dansez, avec les je-nous-nous,  nouvoiements,

                                                                                        nounoiements / louv' (jeux et/ou faiblesses !).

      

       Quelques indications formelles :

          - en bleu foncé, ce que nous voulons souligner, sans trop gêner la lecture,

          - en vert moyen, les effets de style détendus, visant la respiration, faciles s'il le faut, ou les apartés,

          - en gras, le "max plus important" (surtout s'il est bleu foncé).

          Les patronymes sont écrits généralement en MAJUSCULE quand ils apparaissent pour la première fois dans un billet, quitte à modifier en ce sens la typographie de textes copiés (que les auteurs acceptent mes excuses).

     

     (Complété le 21-12-2015)  

  •  CONVAINCUE, SI ORIGINALE, SI PRÉCIEUSE.

        Par Scriptoblog (Michel DRAC) et Le Cercle des volontaires. Source : https://www.youtube.com/watch?v=SN1feAGd8sk

     

       Une page avec Marie CACHET suite aux actes graves de l’État à son encontre et son mari, il y a quelques années, ou pour la sortie récente de son livre, phare pour nous (avec son site Atala), Le Secret de l'Ourse.

       Page avec des journalistes, compagnons de vision ou non - de notre auteur : réponses, toujours nettes, réfléchies, sources d'information et d'instruction quel que soit notre assentiment - aussi enthousiaste que modéré ou très modéré parfois, selon les thèmes.

       Marie Cachet est à l'évidence pleine d'idées, de logique et de créativité (et de générosité).

       Voir aussi : https://www.youtube.com/channel/UCmkpt7oj0rvrpWqHPE98p7w

     

    Lire la suite...


  •  QUELQUES ÉCLAIRAGES SUR LA BARQUE SOLAIRE

    LE LIVRE DES MORTS

       "Papyrus d'Ani ; Le renouveau solaire (chapitre 16)". Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Livre_des_morts_des_Anciens_%C3%89gyptiens

     

       Les petits cailloux des contes et du culte (de l'Ourse, Marie CACHET) sont devenus rochers (menhirs !) en Tsukeshoin. Le thème de l'anonymat, au bord de sa conclusion (temporaire), les a "naturellement" inclus, entre embarquements et quête. L’Égypte participe pleinement de la fabuleuse histoire...

     "Les Égyptiens sont encore reliés, d'une certaine façon, au monde spirituel. Ils possèdent une connaissance vivante et ressentie des lois de la nature. Ils n'ont pas besoin de démontrer ce qu'ils ressentent et observent." Michel MONTAUD, De la dent à l'Homme, un parcours bouleversant, p. 153.

     

    Lire la suite...


  •  MÉGALITHES ET DÉESSE MÈRE, ET TANT ENCORE...

    IL Y A LONGTEMPS / CROWHURST

       Crucuno en Plouharnel (56), son quadrilatère astronomiquement régulé, non loin de Carnac l'extraordinaire site breton de pierres levées (il en fait partie...). Photographie du 05-04-2017. Si Thierry GAUTIER en parle avec intérêt (Le Mont-Saint-Michel, Carnac, Chartres, menhirs, chapelles et dolmens, Ouest-France), les CROWHURST père et fils le dévoilent majestueusement et sérieusement. Voir : https://www.youtube.com/watch?v=XKShhLh39zk

     

       Pour un avant-goût fondamental : https://www.youtube.com/watch?v=nkyrL2rJ3vA

       "L'homme à son origine n'avait pas de limites." Howard CROWHURST.

     

    Lire la suite...


  • DÉFINITION WIKIPÉDIA.

    Chêne Keriadenn

       Chêne et compères, Gomené (22), le 09-02-2006. Comme un ziguouiguoui de gui entre les branches charpentières... Tout en haut, un peu à gauche. Image de rêve !?

     

       Ainsi le paganisme a-t-il pris "corps en notre esprit"... Neandertal nous a conduit mieux que là où nous pousse la passion : au cœur de la nature humaine, et de la nature tout court. Grâce aux prospections gigantesques de Marie CACHET, des croyances liées aux forces naturelles (le donné - agissant) ont ensuite pris la direction du Nord, avec Varg VIKERNES, époux. Origines des religions d'Europe et de plus loin ? comme le soutient le musicien odaliste ? Il est question de transfert, de pouvoirs de plus en plus temporels... Voyons ce que le médium synthétique de nos temps, facile, énonce au sujet de ce vaste domaine, a priori passé. (le médium est donc Wikipédia.)

     

    Lire la suite...


  •  SALUTAIRE EXAMEN (avec COMPARATIF)

    GÉNIE du PAGANISME d'AUGÉ / deux CR

       "Hélios avait un char tiré par 4 chevaux qui ne respiraient que le "feu de l'impatience". Au petit matin, il monte dedans, s'élance dans le ciel et entame sa route quand Aurore lui ouvre les portes du Jour. Le soir il descend, range son char et goûte un repos bien mérité de même que ses chevaux, afin de recommencer le lendemain avec un nouvelle ardeur !" Source : https://conception-univers-grec.jimdo.com/l-univers-des-grecs/le-ciel/h%C3%A9lios-dieu-soleil/

     

       Marc AUGÉ, ethnologue français, né en 1935, a publié en 1982 Génie du paganisme (Gallimard).

       Non lu, deux commentateurs nous permettent d'entrer dans l'exposé de cet auteur [connu en architecture pour son ouvrage Non-lieux (Seuil, 1992) consacré à tous ces espaces "anonymes" de la modernité la plus actuelle ("sur-modernité") - à la pensée conceptuelle réduite ou inexistante, non sans raison -], et d'en voir la richesse et l'intérêt majeurs (sortir le paganisme de sa vision habituelle, ou marquée par le christianisme, ou versée dans le bricolage au pire, la passion ou l'investissement parcellaire au mieux, nous semble-t-il).

       "Le "génie du paganisme" est à l'opposé de tous les présupposés du monothéisme, notamment chrétien ; ses élaborations conceptuelles et symboliques répondent cependant à des questions qui sont les nôtres. Car les questions sont universelles, non les réponses.
       De son expérience de terrain en Afrique, Marc Augé conclut qu'il n'y a jamais, pour l'ethnologue, d'altérité radicale : prendre au sérieux ce que disent les autres, c'est non pas y adhérer, mais s'en inspirer pour s'interroger en retour sur le lieu d'où l'on vient.
       Ainsi, pour l'ethnologue, le monde grec ancien et le monde africain traditionnel ont plus d'un point en commun et aujourd'hui encore notre vie quotidienne spontanée obéit largement à des logiques païennes qui imprègnent la littérature, la création artistique et philosophique occidentales. Alors qu'il est de bon ton de mettre au jour ses racines faute d'imaginer un avenir commun, le "génie du paganisme" rappelle une évidence : nos racines sont multiples et notre avenir ouvert." 

       Source : http://www.gallimard.fr/Catalogue/GALLIMARD/Bibliotheque-des-Sciences-humaines/Genie-du-paganisme

     

    Lire la suite...


  •  MYSTÈRE, MYSTÈRES

    CULTE DE MITHRA

       "Un sanctuaire dédié au dieu d'un ancien culte mystérieux, le culte de Mithra ou mithraïsme, a été découvert pour la première fois en Corse.

        Ce mithraeum, situé dans la cité romaine de Mariana, fut construit aux alentours de 100 avant l'ère commune.

       (...)

       Après des mois de travail sur le site, les archéologues viennent de révéler qu'ils ont identifié une salle de culte et son antichambre. Ils feraient parti d'un sanctuaire religieux dédié au dieu Indo-iranien Mithra. "C'est une découverte rarissime et passionnante. C'est la première fois que nous trouvons des preuves que le mithraïsme était pratiqué en Corse. Il n'y a qu'une dizaine de sites similaires connus dans toute la France, dont le dernier a été découvert près de la ville d'Angers en 2010" rapporte CHAPON (Philippe, archéologue).

     

       Relevés par Marie CACHET, le dieu MITHRA et son culte ne sont pas les épisodes mythologiques qui nous ont le plus captivée dans notre périple avec la jeune auteur (Le Secret de l'Ourse, 2016), et pour cause : ignorance confondante. Nous allons combler (très grossièrement) le vide aujourd'hui, avec deux sources, mises volontairement en parallèle. Attention aux redites, donc, ce sont les croisements qui sont à l'honneur. Un petit retour avec Marie Cachet conclura la page dans la foulée si le temps disponible  est suffisant.

     

    Lire la suite...


  •   ÉTRANGES CONSTRUCTIONS, et des VÉNUS

    HYPOGEES DE MALTE

       UNESCO, photographie Margarita GONZALEZ LOMBARDO. Source : http://whc.unesco.org/?cid=31&l=fr&id_site=132&gallery=1&index=1&maxrows=12

     

       "Les temples mégalithiques de Malte (Ġgantija, Ħaġar Qim, Mnajdra, Skorba, Ta’ Ħaġrat et Tarxien) sont des constructions préhistoriques monumentales édifiées pendant le IVe et le IIIe millénaire avant J.-C. Ils comptent parmi les premiers bâtiments en pierre libres de tout support existant dans  le monde et sont remarquables par leur diversité de forme et de décoration. Chaque ensemble est un chef-d’œuvre architectural unique et un témoin d’une culture préhistorique exceptionnelle, célèbre par ses impressionnantes réalisations architecturales, artistiques et technologiques."

       Source : http://whc.unesco.org/fr/list/132/

     

       Ce jour, ici, avant de rallier une place plus chronologique en Tsukeshoin. A plus tard !

     

    Lire la suite...


  •  À PARTIR D'ISIS, DES VIERGES NOIRES, ETC..

       Frédéric MARIEZ avec Tépa (Patrick D'HONDT) sur MétaTV, en décembre 2014. Source : https://www.youtube.com/watch?v=X1AKSK2TfDo

     

      Odile JACQUEMET (Chemin faisant) me fit découvrir les Matriciens porté par Frédéric MARIEZ, il y a quelque temps. C'est le moment de réécouter plus attentivement ce puits de connaissances (et peut-être de délires !) à condition de négliger son élocution peu agréable. Il est non seulement savant de sociétés très anciennes, propose une nouvelle application du matriarcat, autour du droit de propriété, avec l'idée d'associations et de volontaires, mais il donne quelques indications sur le nom, le "patronyme", au cœur de l'anonymat (oui !, car les apparences et le silence pré-solstice d'été n'ont pas entamé le voyage- en bateau !).

       Les Matriciens : https://matricien.org/

     

    Lire la suite...


  • PIERRES POLIES, SÉDENTARISATION, VIE, MORT...

    DU NEOLITHIQUE (nouvelle pierre)

       Source : https://anthropology.net/2007/05/27/what-does-neolithic-mean/ Voir aussi : https://anthropology.net/2012/05/31/neolithic-class-divisions-of-central-europe/http://place-hecataei-milesii.net/PHM/PHM-Neolithique_preceramique-11000_AEC.html

     

       Au Néolithique, Les premiers paysans du monde (1990), Catherine LOUBOUTIN, Découvertes Gallimard, 2008.

     

    Lire la suite...





    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique