• Fonctionnement et avenir / LEBESQUE 1968

    Article de la brochure du 23e Festival du livre en Bretagne à Carhaix, par Erwan CHARTIER LE FLOC'H - 2012

       "Morvan LEBESQUE ou les retrouvailles de la Bretagne avec la politique

      (...) Luttes sociales et luttes bretonnes pouvaient se rejoindre dans une même critique d'un État centralisateur, agissant en fait comme un aménageur du capitalisme le plus dur. En nivelant les différences, en niant toute diversité humain, la République française ne faisait, selon lui, que préparer à la généralisation de l'american way of life, une uniformisation mondiale des goûts, des modes de consommation et des façons de pensée, belle anticipation d'une certaine mondialisation tant décriée aujourd'hui. Dans "A bas la caserne", dans Le Peuple breton de décembre 1968, Lebesque écrit ainsi : "Ce qu'on appelle l'économie française et qui est en réalité une intendance de caserne, une subsistance comme on dit à l'armée : fermée sur elle-même, fonctionnant en vase clos, soutenue à coups de subventions agricoles ou industrielles, conçue non pour affronter les économies étrangères, mais pour "nourrir le soldat", avec tous les profits, routines, combines et coulages inhérents à une intendance." La disparition de l'identité bretonne et des cultures populaires s'inscrirait dans un projet logique : désincarner l'individu pour mieux le contrôler. Inquiétude qu'il exprime dans "Bretagne-patrie ou Bretagne-décors", dans les colonnes du Peuple breton de février 1968 : "Après quoi, le pays continua, entendez que la pression centralisatrice y poursuivit ses effets qui devaient normalement aboutir au malaise d'aujourd'hui, le Breton devenant un matériau humain anonyme et transférable tandis que la Bretagne restait un décor touristique, une sorte de "Chef-d'oeuvre en péril" dont il importe de préserver les ravissants clochers à jours." (...)" (p. 6)

      Original : http://festivaldulivre-carhaix.org/archives/2012/pdf/glb_journal_2012.pdf

    « "Science" économique ? / Gaël GIRAUD - 2015BRASSENS »