• HOMO NALEDI D'AFRIQUE DU SUD

     

     "GRAND RÉSISTANT" : CONTEMPORAIN DE SAPIENS

    HOMO NALEDI d'AFRIQUE DU SUD

       "(...) Cette image, publiée dans le numéro d’octobre de National Geographic magazine est une reconstruction de l'’aspect d'Homo naledi effectuée par le paléo-artiste John GURCHE. Elle lui a demandé 700 heures de travail. © Mark THIESSEN, National Geographic.

     

       "L'Homo naledi", Jean-Paul BAQUIAST, Automates intelligents, n°151, mai-juin 2017, le 11-05-2017.

       COPIE SURLIGNÉE :

      "Comme doit le savoir la plupart de nos lecteurs, le monde de la paléo-anthropologie a été très agité depuis la découverte faite il y a quelques mois d'un hominien ayant vécu présumablement entre -300.000 à -200.000 années. Nous donnons ci-dessous les références de quelques articles précisant cette découverte et les recherches qu'elle inspire encore. Inutile d'y revenir ici (1).

      Disons seulement qu'un certain nombre de ses ossements significatifs, dont des crânes, viennent d'être retrouvés dans un système de grottes profondes, très difficile d'accès, en Afrique du Sud. Les squelettes montrent qu'il s'agissait d'une espèce d'apparence très primitive, proche de l'Homo erectus. Celui-ci est daté de - 1 million d'années environ. Est-il apparu à ces époques ou plus tard, on ne sait encore. En tous cas, il a survécu jusqu'à l'apparition de l'Homo sapiens, aux alentours de -150.000 ans. Il a été nommé par ses découvreurs Homo naledi (H. naledi).

      Il était de petite taille (environ 1,20 m), doté d'un petit encéphale, proche de celui des grands singes, c'est-à-dire de la taille d'une grosse orange. Il ne disposait donc sans doute que de facultés cognitives réduites, si celles-ci sont liées directement à la taille du cerveau. Mais l' "intelligence" d'une espèce ne dépend pas seulement de la taille de celui-ci. Elle est aussi le produit d'une activité culturelle permettant notamment les échanges et la mémorisation au plan collectif.

       A supposer que l'Homo naledi n'ait pas survécu seulement grâce à un isolement géographique exceptionnel lui permettant d'être protégé de la compétition avec les hominiens plus récents, il avait sans doute de grandes facultés d'apprentissage, puisqu'il a pu résister jusqu'à l'arrivée du sapiens.

      On connaît déjà un tel exemple de survie. Il s'agit d'Homo floresiensis, dit aussi “hobbit”, retrouvé en Indonésie. Lui aussi était de très petite taille, et doté d'un petit cerveau. Il était proche d'Homo habilis qui vivait en Afrique il y a plus de 2 millions d'années. Mais ses restes sont datés d'environ 100.000 ans (2).

     

    HOMO NALEDI d'AFRIQUE DU SUD

     

      Un commentaire s'impose. Mais il n'est pas assez souvent fait. Le sens commun a peine à imaginer l'extrême longueur de temps que représente 1 million d'années, ou seulement 100.000 ans. L'Homo sapiens a évolué pendant environ 100.000 ans sans apparemment grands changement significatifs. Or c'est seulement il y a 2 000 ans environ que cette espèce s'est trouvé dotée d'une culture suffisante lui permettant, seulement depuis un peu moins d'un siècle, de faire disparaître non seulement l'homme mais avec lui la plupart des espèces supérieures."

       Références :
        (1) Voir NewScientist et Big News on Homo naledi
        En français, on lira : Homo Saledi : sa surprenante jeunesse est confirmée
        (2) Pour en savoir plus sur les anciens humains, depuis l'australopithèque jusqu'à l'homo sapiens, voir un excellent article de mise à jour proposé par Colin BARRAS dans le NewScientist du 3 mai 2017. Rappelons qu'il s'est agi selon les hypothèses actuelles de Homo habilis, Homo erectus, homo neandertalensis, les Denisovans, Homo florensiensis, Homo naledi (évoqué ci-dessus) 
    Ancient humans: What we know and still don’t know about them"

      Source : Infolettre Automates Intelligents, n° 151, mai-juin 2017.

     

       Voir aussi sur Anthropology (Kambiz KAMRANI) : https://anthropology.net/2017/05/09/homo-naledi-may-have-made-tools-buried-dead-lived-alongside-humans/ & https://anthropology.net/2017/04/27/homo-naledi-could-be-much-younger-than-previous-thought/