• Inter-mèd' en BRIC-A-S'BRAQUER !

     Barbaque & zooms variés (avariés, avaires ?) A VOIR.

    Cellule souche

       Source : http://tpe-cellulessouches1s1.e-monsite.com/

       Note :

       N'en peux plus là ! MANGER, MALADES. Et cela va se poursuivre : tant pis, tant mieux, promis. Beaucoup de choses encore en rayon, qui ne vont pas toujours assoir sur le tabouret à trois pied, ni quatre. De deux à zéro : préparer son jambier. Le rythme est-il soutenable, la lecture aisée, déroutante ou galvanisante ? Peuh... Les oiseaux et le jardin ouvrent les bras. Les chats en douzaine clament mains et gamelles, et le bistouri doit parfois soulager les femelles récidivistes de la portée. Parenthèse(s) délirium avant de renouer les neurones : fermer le ban, et ouvrez gueule et mirettes !

     

    Viande grillée

       Grill et grilles à l'honneur (on ne saura si c'est à point ou saignant ), un plat de viande plutôt expressif ! Le regarder entre les deux yeux ?

       Source :

       http://www.humanite-en-sursis.eu/comparaison-entre-proteines-vegetales-et-proteines-animales-619/

    Application ventre virtuel

    Interlude sanitaire en BRIC-A-S'BRAQUER !

       "Péricardite aiguë fibrineuse ; dépôts filamenteux blancs à la surface du péricarde". Un vrai cœur humain malade, et mort (ah ?), joliment sorti de son milieu (classique occidental) après les images d'un torse ouvertement modélisé, propre et complètement bidon (qu'est-ce qu'on s'amuse). L'illusion nous leurre ou nous beurre. Nous restons sciemment modeste en vues poignantes pour autant. On aurait pu tester le colon rougeoyant, très causant, le poitrail entier jaune et graisseux de trépassé.

       Sources :

       http://campus.cerimes.fr/anatomie-pathologique/enseignement/anapath_3/site/html/2_24_1.html

       http://www.ufunk.net/gadgets/virtuali-tee-anatomy/

     

       # La grippe de 1918 et l'aspirine ? CHU-uuuut ! Émilie BEAUDOIN, Futura-sciences, 07-10-2009 :  http://www.futura-sciences.com/magazines/sante/infos/actu/d/medecine-aspirine-peut-etre-aggrave-pandemie-grippe-1918-20678/

       "En 1918, l'utilisation de l'aspirine, promue par l'industrie pharmaceutique, a été approuvée par des médecins, qui voulaient agir, et acceptée par des familles et des institutions ayant grand besoin d'espoir. A l'époque, les médecins ne connaissaient pas encore complètement la pharmacologie et le dosage de l'aspirine.

       La haute dose aspirine que l'on avait l'habitude d'administrer aux patients est maintenant reconnue pour sa toxicité dans certains cas et pour parfois causer une dangereuse accumulation de liquide dans les poumons. Ces effets peuvent avoir contribué à l'incidence et à la sévérité des symptômes, à l'apparition d'infections bactériennes et la forte mortalité. Les rapports d'autopsie de 1918 sont en accord avec ce que nous savons aujourd'hui des dangers de l'aspirine.

       Karen STARKO, l'auteur de cette étude, rappelle que "les médicaments peuvent sauver des personnes et améliorer nos vies. Encore faut-il être toujours attentifs à l'importance du dosage, à l'équilibre entre les avantages et les risques et aux limites de nos connaissances".

       Autres sources (Planète-Homéo avait sévi, et commenté sans retenue ! je le découvre ce jour !) : http://cid.oxfordjournals.org/content/49/9/1405.full

       http://planete-homeo.org/formation/forum/grippe-espagnole-1918-et-aspirine-t1590.html

       Cliniquement parlant et argumentant davantage encore en faveur de George VITHOULKAS : http://www.slate.fr/story/67051/grippe-espagnole-1918-pire-pandemie-histoire

       EXTRAIT : "Chose inhabituelle pour la grippe, les jeunes furent davantage affectés. Les scientifiques ont depuis découvert que la maladie provoquait une sur-réaction des systèmes immunitaires et poussait donc les systèmes immunitaires robustes des jeunes à se retourner contre eux-mêmes (la grippe aviaire et la grippe A ont également touché plus les jeunes)."

       En lien : http://www.washingtonpost.com/wp-dyn/content/article/2007/01/17/AR2007011701113.html

     

      # "Cancer : études bidons, scientifiques douteux, médocs dangereux...",

       COPIE INTÉGRALE :

       "En quelques mois, trois informations majeures sont venues jeter le discrédit sur toute la filière pharmaceutique - et cancérologique en particulier.

       1/ La plupart des études scientifiques portant sur le cancer... sont bidons !

       C'est C. Glenn BEGLEY qui a dégoupillé la grenade, le mois dernier. Dans un article publié dans la revue Nature, cet ancien Boss d'un labo pharmaceutique a lâché le morceau : sur 53 études de haut niveau (publiées dans les revues les plus sérieuses) qu'il avait jugées intéressantes dans le cadre du développement de nouveaux médicaments anti-cancer, 47 n'ont pas pu être reproduites par ses équipes ! Soit 88%, une broutille...

       Sidéré, Begley a essayé d'aller plus loin. Il a rencontré plusieurs responsables de ces fausses études. Et voici ce qu'il raconte sur l'un de ces rendez-vous : "Je lui ai expliqué que nous avions refait leur expérience 50 fois sans jamais parvenir au même résultat qu'eux. Il m'a répondu qu'ils avaient fait six tentatives, obtenant le résultat une seule fois, mais c'est bien celui-là qu'ils ont choisi de publier car il sonnait mieux. C'est très décevant". C'est le moins qu'on puisse dire...

       Ces conclusions ne sont malheureusement pas isolées. En 2009, une équipe de l'Université du Michigan était arrivée à un résultat similaire. De même que des scientifiques de Bayer AG, plus récemment. La cause ? C'est le système de financement des labos de recherche qui est à revoir...

       2/ L'Université de Harvard impliquée dans une fraude scientifique

       Plusieurs responsables de recherche de la très réputée Harvard Medical School ont tout bonnement falsifié les résultats d'études scientifiques... pour arriver à des conclusions qui leur permettaient de pouvoir prétendre à une subvention fédérale de 15 millions de dollars. Le procès se tiendra prochainement. Les affaires de ce genre ont une fâcheuse tendance à se multiplier (voir ici, ici ou ).

       3/ Des médicaments contre le cancer... qui favorisent le cancer !

       Malheureusement, toutes ces études (bidons) ne servent pas (que) à faire joli. Elles constituent aussi une base de développement de nouveaux médocs. Par exemple, le Glivec (imatinib) et le Sutent (sunitinib), qui sont censés bloquer l'irrigation sanguine des tumeurs. Et donc les tuer. Manque de bol, une équipe scientifique vient de montrer que ces médicaments tuent aussi des petites cellules répondant au doux nom de péricytes. Lesquelles cellules ont pour principale fonction de combattre... la tumeur. Résultat : la tumeur diminue bel et bien en volume, mais elle devient aussi plus virulente et diffuse beaucoup plus vite dans le reste de l'organisme !

       "Si vous regardez juste la taille de la tumeur, les résultats [des études scientifiques] étaient justes", a déclaré le professeur Raghu Kalluri, responsable de l'étude. "Mais quand vous regardez l'ensemble du process, le fait d'inhiber les vaisseaux irriguant la tumeur ne contrôle en rien la progression du cancer. En fait, le cancer s'étend". Un détail : le Glivec est autorisé en Europe depuis 2001 et le Sutent depuis 2006.

       La science médicale, une industrie comme une autre, avide et aveugle...

       (* : "I explained that we re-did their experiment 50 times and never got their result. He said they'd done it six times and got this result once, but put it in the paper because it made the best story. It's very disillusioning.". Si vous avez une meilleure traduction, n'hésitez pas.)"

     

       # http://www.planete-homeo.org/fausse-couche-vaccin-h1n1/ (03-05-2011)

          Balance bénéfice/risque, innocuité, effets secondaires, etc. sont des formules récurrentes de la médecine conventionnelle. Elles méritent la plus profonde attention. Le vaccin H1N1 a beaucoup fait couler d'encre et n'empêchera pas de nouvelles campagnes bureaucratico-médicales. (Probablement vers une inflation de ce type de politique effrayante et... ?) Cette dernière information me donne la nausée. Et d'un billet décalé en vol plané, je suis désolée de céder finalement à l'inscrire avec des commentaires. Je viens de la lire, impossible de la taire. L'article est quant à lui prudent. Y a-t-il pire que l'industrie du bien ? C'est celle qu'on nous construit et que nous participons quasiment tous à construire vigoureusement chaque seconde en ce moment. La morale de bienfaisance parfois, souvent, JAMAIS ?

     

    Interlude sanitaire en BRIC-A-S'BRAQUER !

       Encre de Victor HUGO. Feuillet entier, en rapproché ensuite. Un bateau. Lui !

       Sources : http://www.high-five-mag.com/victor-hugo-et-les-surrealistes/

     

    « AQUA BON-A DILUTIONS...Promesse 1 : Vivre 1000 ans »