• INVISIBLE

     VISIBLE... QUAND TU NOUS TIENS

    INVISIBLE

    INVISIBLE

       "Les rayons gamma (longueur d'onde inférieures à 5 nanomètres, invisibles), sont les plus énergétiques, tellement énergétiques qu'ils sont très dangereux. Les rayons gamma sont émis par des atomes radioactifs lors de leur désintégration. Ils peuvent causer de graves dégâts aux être vivants - mutations génétiques, brûlures des tissus, ...). Rien ne les arrête, ou presque : il faut une forte épaisseur de plomb pour s'en protéger." Sources : http://www.reseau-canope.fr/docsciences/Le-spectre-des-ondes.html & : http://www.educonline.net/spip/spip.php?article269

     

      Au seuil de conclure, l'effroi dans la gorge, le déboussolage prédomine.

     

    INVISIBLE

    INVISIBLE

       "Alors que la zone d'évacuation autour de la centrale est en train d'être abolie par les autorités, des billes de césium en provenance de la centrale nucléaire de Fukushima disséminées à 450 km des lieux de l’explosion, ont été retrouvées dans les cours d'eau." "©NNN Billes de césium & ©TBS News, Quand la matière radioactive devient visible - une bille de césium." Source : http://japosphere.blogs.liberation.fr/2018/03/07/billes-de-cesium-fukushima-incertitude-scientifique-contre-certitude-politique/

     

       "Dans la vaste cours qui s’étend devant la maison, monsieur T. mesure un hot spot de 11.9 microsievert/h. Depuis l’accident, le seuil défini par les autorités pour la décontamination obligatoire est de 0.23 microsievert/h. "On nous a dit qu’il y avait des billes de césium ici. J’en avais jamais entendu parler jusqu’alors. Je ne sais pas ce que c’est."

       (...) ces billes sont suffisamment fines pour être inhalées par les êtres vivants.

       La particularité de ces billes est qu’elles ne se dissolvent pas dans l’eau contrairement aux particules de césium nues. On peut de fait craindre des conséquences particulièrement lourdes sur l’environnement et la santé. Dans le département d’Ibaraki, à Tokaimura, le laboratoire de particules nucléaires de l’agence d’énergie atomique japonaise poursuit les recherches sur les conséquences relatives à la contamination par ces billes de césium. Ce laboratoire procède aux analyses via des programmes de simulation permettant de mesurer l’impact de ces billes de césium dans le corps humain. En émettant l’hypothèse que le césium se serait introduit dans les poumons, on note, dans le cas des particules de césium nues, une répartition en de nombreux micro-éclats alors que dans le cas des billes de césium, la radioactivité reste concentrée en un point plus dense sur lequel l’irradiation est beaucoup plus intense.

       (...)" Source : http://japosphere.blogs.liberation.fr/2018/03/07/billes-de-cesium-fukushima-incertitude-scientifique-contre-certitude-politique/

     

       Beaucoup de promesses technologiques sont déversées de nos jours dans les médias, des mesures de plus en plus nombreuses de SUIVI, de CONTRÔLE, d'évaluation , d' "ASSISTANCE" et de FABRICATION par des outils numériques et technologiques toujours plus substitutifs s'installent dans le quotidien alors que des signaux très alarmants sur le réel le plus humain clignotent quand ils ne sonnent pas l'alerte rouge (dettes monétaires insondables, inégalités matérielles confondantes et croissantes, spoliations en cours ou à venir, accaparement, extractions, exploitations, proliférations, guerres - militaires, économiques, religieuses, ethniques, booms et chutes démographiques, catastrophes naturelles, "environnementales" et sanitaires, extinction de la diversité biologique* et destruction des sols, pollutions extensives et intensives, maladies exponentielles dont auto-immunes...), entreprises internationales de charité...

       * Résumé côté milieu naturel, insistant comme il se doit sur l'importance des grands prédateurs...

       D'aucuns caressent l'espoir d'une solution par ces technologies justement, ou par un bond des connaissances, notamment énergétiques, telles que nos embarras les plus matériels sauteraient comme des bouchons de... champagne, tant qu'à souhaiter.

       Promesses, promesses... qu'on aimeraient sentir davantage forgées de concret, même si nous versons volontiers dans l'existence de forces au-delà de nos capacités, celles-ci probablement affiliées, d'une trame céleste.

       Avant de fermer la porte par le gouffre paradigmatique du nucléaire, l'interrogation la plus chargée du blog Tsukeshoin étant celle du réel, de la représentation humaine face à la vérité (celle du songe, de l'imagination la plus débridée y participant autant que celle de la raison et de la logique la plus rigoureuse) sinon du bon, du juste et du beau, l'AMARRAGE au VISUEL et à l'AUDITIF que produit notre société de l'information, images et discours intensément dégorgés, et auquel nous sommes soumis (goût de l'artifice et passion du nouveau n'y changeant rien), rencontre des documents ou des scènes d'intenses déflagrations.

       Nos autres sens ne sont pas convoqués dans l'affaire : il ne s'agit pas d'un réel à notre portée physique complète, ou rarement. Il s'agit de MESSAGES RADIOPHONIQUES, de VUES et PROPOS divulguées par ECRAN....

       Avec le NUCLÉAIRE, mais aussi avec le développement des technologies à distance usant de la découverte des ONDES ÉLECTROMAGNÉTIQUES et de leur spectre très étendu (proprement énergétique, il faut le rappeler, au niveau de compréhension où l'humanité se trouve aujourd'hui), la proportion de réalités mal saisissables pour nos sens prend de pair une importance majeure. Elles aussi nous échappent, et cette fois, entièrement (jusqu'à ce que la maladie les animent).

       Nos ÊTRES DE CHAIR et DE SANG, physiologiques et faits pour un univers doté d'une certaine matérialité - avant tout très concrète, avec l'échappatoire magistrale de la pensée et de la conscience qui, pour l'instant reste attelée au biologique - toutes réserves de définition intégrées -, s'en trouve, quoi qu'on qu'on en dise et quelle que soit l'initiative humaine - plutôt restreinte - à la source de cette multiplication ondulatoire, DEBORDÉS. Et les souffrances physiques et mentales en sont partie prenante.

       Tandis que la propagation de l'électricité "courante", directement incompréhensible (effort d'intelligence nécessaire pour la saisir) mais constatable (réseau filaire, applications tangibles et électrocutions, incendies) témoigne déjà d'une révolution humaine et sociale aussi bouleversante qu'aux effets mal mesurés (ce n'est plus la Nature ou Dieu qui motivent des faits extraordinaires et/ou complexes, en première supposition), l'extension des usages et manipulations électromagnétiques auxquelles appartiennent le nucléaire comme les technologies sans fil nous font basculer dans l’ÉCART toujours plus grand d'APPRÉCIATION et de TROUBLE du SAVOIR.

       Et de potentiel de MALVERSATION ? Ou de FOLIE dangereuse.

     

       Le cas du nucléaire. Aussi discret qu'il doit être clamé...

       Le silence volontairement entretenu ? Le TABOU.

     

       Les limites (le centre ?) de notre système d'organisation humaine touchent avec lui toutes nos questions.

       Quelques images sonores ou non les rallient désormais pour nous, en attendant d'autres éléments qui pourront nous rassurer ou continuer de nous hanter. "Story telling", Hypernormalisation sont d'honnêtes propositions explicatives, sans doute aussi vieilles que l'humanité mais foncièrement désagréables (nuisibles) au temps des micro-ondes et de la radioactivité (et de l'argent-dette) (et de la connivence "scientifique").

       L'enjeu rudimentaire et intemporel restant comment SE FAIRE une OPINION (CORRECTE pour le moins) afin de vivre sa vie à sa mesure... (la petite phrase donnant involontairement envie de suffoquer de peine).

     

       [PARENTHÈSE PROFESSIONNELLE A POTENTIEL SYMPTOMATIQUE :

     

    INVISIBLE

       Fibres d'amiante agrandies au microscope électronique. "50 ans après, le cancer de l’amiante mieux compris." Satisfaction... "Longues et pointues, les fibres d'amiante provoquent des inflammations chroniques qui peuvent mener à un cancer. Des chercheurs suisses et canadiens ont trouvé une explication à ce phénomène et espèrent ainsi le prévenir." Source : https://www.universamiante.com/2018/03/21/50-ans-apres-le-cancer-de-lamiante-mieux-compris/

      "L'effet cancérogène de l'amiante est largement reconnu depuis bientôt 50 ans. Contrairement à une croyance répandue, ce minéral fibreux ne déclenche pas directement le cancer du poumon, mais atteint d'abord une couche de cellules qui entoure l'ensemble des organes internes : le mésothélium.

       Le système lymphatique ne parvenant pas à éliminer ces fibres longues et pointues, ces dernières restent coincées dans ce tissu. Elles le blessent de manière répétée, ce qui peut finalement provoquer un cancer.

       "L'exposition chronique à l'amiante déclenche un processus de cicatrisation. Cela dérègle le système immunitaire, qui ne combat alors plus assez efficacement les tumeurs en formation", explique Emanuela FELLEY-BOSCO, directrice de l'étude à l'Hôpital universitaire de Zurich, citée jeudi dans un communiqué du Fonds national suisse (FNS).(...)" Source : https://www.universamiante.com/2018/03/21/50-ans-apres-le-cancer-de-lamiante-mieux-compris/

       Nota : Le recyclage est une nouvelle donnée, obligatoire pour la construction en France depuis peu, et impliquant impérativement de vastes plans régionaux de prévention - gestion (PRPGD). Autant l'amiante est désormais désignée malfaisante et connaît un circuit à part dont l'imagerie professionnelle évoque celle du nucléaire - après des années de dénégation officielle et de déculpabilisation judiciaire, l'ensemble des déchets, le recyclage et l'usage de matériaux recyclés doivent intégrer tout chantier... Prémisses à ?

       "La directive européenne sur les déchets de 2008 a fixé comme objectif de recycler 70% des déchets du BTP en 2020, objectif repris dans la loi française sur la transition énergétique de 2015. La gestion des déchets est donc un enjeu majeur qui concerne et mobilise l’ensemble des acteurs de la filière construction : maîtres d’ouvrage, maîtres d’œuvre, entreprises, gestionnaires de déchets, etc.. Prévention, tri sur chantier, recyclage, réutilisation, réemploi sont autant de leviers qui contribuent à la mise en place d’une économie circulaire pour une utilisation plus efficace des ressources." Source : http://www.ffbatiment.fr/federation-francaise-du-batiment/le-batiment-et-vous/construction-durable/la-gestion-des-dechets-de-chantier.html

       On précisera que, toujours sous directive européenne, la protection contre la lutte contre le radon va entrer plus sérieusement dans le domaine de la construction, avec des seuils de tolérance abaissés et des obligations de protection prescriptives, ainsi que le risque sismique a fait revoir et trembler les gens de métier, un moment : http://www.irsn.fr/FR/connaissances/Environnement/expertises-radioactivite-naturelle/radon/Pages/5-Reglementation.aspx

      De la norme imposée pour mieux évacuer les petits le moment idoine, quitte à la réviser en d'autres temps, ("plus" monopolistiques) (pardon), plus libre-échangistes ? Comme un doute.... (d'autant qu'il est de notoriété publique, qu'outre des gouvernements, les normes qui tombent en pluie depuis quelques décennies en France - celles du bâtiment pour le moins, à notre connaissance, émanent des grandes entreprises ou des "groupes d'intérêts", seuls aptes aujourd'hui à projeter (financer) et mettre en œuvre des contraintes techniques générales nouvelles et/ou très élaborées et/ou exigeantes, quitte à les tordre singulièrement la pratique venant. Il n'est que de voir le chantier de l'EPR.

       Amiante, uranium, laines minérales, revêtements industriels, même combat ? Énergie, santé, agriculture alignables au propos ? Des matières premières naturelles extraites aux solutions constructives fabriquées (artificielles), les pratiques filent vers le rythme exclusif des changements perpétuels de normes (pour l'instant à la hausse dite qualitative) et des tensions économiques. Les GOPE européennes émettent l'excès de PME en France tandis que le fond de principe de la même Union européenne valide la disparition à terme des entreprises publiques, de monopole ou pas, missions minimales de service à conserver sous quelque forme que ce soit, encadrées et strictement dictées pour autant, délégation privée rémunérée par l’État - ou ce qui le supplantera sans doute (entre régions, continent administratifs seyant à l'ordre venu), parfaitement conciliable par exemple.

     

       Poser le couvercle ?  Sarcophage. Arche. Reluisante. Cette dernière d'une durée de vie d'au moins 100 ans... Tout finit dans un decrescendo romantique au piano.  Sources : https://www.francetvinfo.fr/monde/europe/tchernobyl/video-l-installation-du-nouveau-sarcophage-a-tchernobyl_1925447.html, pour les patients et nombreux spectateurs de la "gloire" par Vinci et consorts (presque 130 000 vues ce jour), illustres et tentaculaires entreprises d'origine française https://www.youtube.com/watch?v=uF3Zsmyzv9c & moins enjôlé, https://www.politis.fr/articles/2017/04/le-nouveau-sarcophage-de-tchernobyl-ne-sert-a-rien-36777/

     

        Nota : Sommes-nous entrés dans une ère nouvelle et enfin moderne ? Où les particules radioactives, les mines et les centrales auraient perdu toute réalité à moins qu'elles ne soient devenues simplement et enfin "propres", nickel, à "en lécher le sol" (qualité des centrales nucléaires françaises qu'aurait vanté un visiteur politique soucieux du bien faire, selon un observateur relayé récemment, peut-être Alain de HALLEUX) : la quadrature du cercle que seuls des experts patentés soutiennent mordicus ?]

       Fin de la parenthèse express.]

     

       Visible / invisible, pondéral / immatériel.

       CE QU"IL FAUT NE PAS VOIR, et CE QU'IL FAUT VOIR. CE QU'IL FAUT RETENIR... (T'as compris ?)

     

     INVISIBLE

    INVISIBLE

    INVISIBLE

    INVISIBLE

    INVISIBLE

    INVISIBLE

    INVISIBLE

       Captures photographiques made in "Tsukeshoin" de vidéos du "9/11" américain suivies de deux images du chantier du World Trade Center (sources diverses). La première vue de vidéo est chronologiquement la dernière (des explosions sur le côté droit perpendiculaire à la façade d'attaque ont eu lieu suite à la - si gracieuse et impalpable - pénétration de l'avion dans la tour). A noter, en toute modestie devant la force des images (et paradoxalement !, mais pour la gloire des capacités humaines de fond) que les éléments métalliques des façades participent de la structure porteuse de l'ensemble du bâtiment (elles ne sont pas le parement que l'échelle du bâtiment et leur proportionnelle finesse laissent éventuellement entendre, elles supportent entre autres, avec les colonnes ou noyau central structurel, les planchers constitués de poutres d'acier triangulées, dallées de béton, sur la base de poteaux creux de 35,6 mm de côté ; selon notre savoir architectural, l'acier structurel est l'un des matériaux les plus résistants à l'usage constructif, auquel des profilés et pliures s'ajustent en force, et quand il chauffe, il se déforme avant de rompre). Voir aussi (et avec ses lunettes de lecture si besoin, SVP) : https://www.les-crises.fr/911-2-les-tours-jumelles-1/. L'ingénieur François ROBY aurait-il des données complémentaires à nous communiquer ? : https://www.youtube.com/watch?v=qqmGp8dWrV4.  De l' "aircraft flighting into the building" (évocation de la motte de beurre - salée, pour nous) et du nucléaire civil... à l'heure où "même après de longues études, par leurs particularités géométriques et structurelles, les ouvrages peuvent avoir des comportements totalement inattendus"... (par et merci à Olivier BERRUYER, économiste cherchant - désespérément - raison, autre aptitude humaine que nous ne saurions véritablement ridiculiser).

       [Un peu de Gérard ? https://www.youtube.com/watch?v=NHBvBzAa4mY]

     

       VISIBLE  INVISIBLE  RÉEL  VÉRITÉ  SENS  HISTOIRE  INTÉRÊT (VITAL ?)  

     

       [Dorénavant et jusqu'à une date sélectionnée à loisir, la publication des billets est programmée par avance grâce aux outils technologiques de la plateforme Eklablog. Pour le progrès technique et sa grande fatuité  (dépossession, déresponsabilisation d'ores et déjà ressenties, -  vers la disparition ?! ; étrangement doublées d'un sentiment de surpuissance, extrêmement gratifiant, reposant sur... du VENT ou du VIDE...) !]

     

    « POUR LA ROUTEHYPERNORMALISATION / CURTIS (2016) »