• JEBEL IRHOUD (-300 000 ans d'HOMO SAPIENS)

     COUP DE TAMBOUR OU DE PÈPETTE (TRUMPETTE) ?

    COUP DE TAMBOUR PRÉHISTORIQUECOUP DE TAMBOUR PRÉHISTORIQUE

        "Schéma 1 : Analyse comparative de la forme de la face. Zone jaune : Hommes archaïques appartenant au genre Homo. Zone Rouge : Néandertaliens. Zone Bleue : Homo sapiens. Les individus de Jebel Irhoud (étoiles rose) se positionnent en plein milieu des autres Homo sapiens. Schéma 2 : Analyse comparative de la forme endocrânienne. Zone verte : Homo erectus. Zone Rouge : Néandertaliens. Zone Bleue : Homo sapiens. Les individus de Jebel Irhoud (étoiles roses) se positionnent à mi-chemin des 3 zones." Source : http://www.hominides.com/html/actualites/homo-sapiens-300000-ans-maroc-1149.php

     

       "Pour l’équipe de chercheurs, il ne fait aucun doute que ces fossiles appartiennent à l’espèce Homo sapiens, ou pour le moins à ces premiers représentants. L’analyse des données morphologiques de la face montre que les individus de Jebel Irhoud ne sont ni des Néandertaliens, ni des Homo erectus. Ils se situent en plein milieu de la variabilité des hommes modernes (...).

       Source : http://www.hominides.com/html/actualites/homo-sapiens-300000-ans-maroc-1149.php

     

    JEBEL IRHOUD (-300 000 ans) : COUP DE TAMBOURJEBEL IRHOUD (-300 000 ans d'HOMO SAPIENS)

       Reconstitution artistique de la tête des hommes de Jebel Irhoud. Philipp GUNZ, MPI EVA Leipzig. Sources : https://www.sciencesetavenir.fr/archeo-paleo/le-premier-des-homo-sapiens-a-300-000-ans_113637http://www.gurumed.org/2017/06/08/la-dcouverte-des-fossiles-des-plus-anciens-homo-sapiens-remet-en-question-le-calendrier-de-notre-volution/

     

       "Les chercheurs marocains, allemands et français ont mis au jour des fossiles d'Homo sapiens primitifs associés à des outils de pierre de petite taille et de restes de faune. L'âge de ces découvertes se situe atour de -300 000 ans selon les travaux du géochronologiste Daniel RICHTER et met fin à des décennies de controverses. Les premières datations du site de Jebel Irhoud, connu depuis les années 60 mais ravagé par des décennies d'exploitation minière affichaient -40 000 ans alors que les restes semblaient plus primitifs. 

       100.000 ans de plus !

       En 2004, les scientifiques ont repris et révolutionné le chantier de fouilles de la mine de barytine (un sulfate dense utilisé pour l'extraction pétrolière), célèbre parce que des ouvriers y avaient découvert un crâne intrigant dans les années 60. Depuis, ils ont mis au jour 22 nouveaux fossiles d'Homo sapiens, faisant de Jebel Irhoud, le plus riche gisement africain du Middle stone Age, une industrie lithique se caractérisant par des petits outils.

       Or cette industrie se retrouve autour de - 300 00 ans sur de multiples sites du continent africain. Et notamment à Florisbad, en Afrique du Sud, où l'on a retrouvé les restes d'un Homo sapiens daté de - 260 000 ans. Les chercheurs en concluent que le site du Maroc, bien qu'il soit le plus ancien découvert, n'est pas le nouveau berceau de l'espèce Homo sapiens mais que cette dernière s'est déployée dans toute l'Afrique à un moment clé, à la faveur d'un changement climatique, quand le sahara était vert, chaud et humide, avec des lacs grands comme l'Allemagne. Le développement croissant du cerveau aurait également été une des clefs du succès de l'homme moderne qui s'est ensuite répandu dans toute la planète et jusque dans les milieux les plus hostiles."

       In Sciences et avenir, Rachel MULOT, le 07-06-2017. Source : https://www.sciencesetavenir.fr/archeo-paleo/le-premier-des-homo-sapiens-a-300-000-ans_113637

     

       Nota : Vers un "scénario évolutif complexe de notre humanité qui englobe l'ensemble du continent africain" comme "l'assurent les découvreurs" ?

       Fidèle à notre éthique et notre méthode qui se veulent basiques, scientifiques à minima et surtout curieuse et ouverte - devant un monde certainement plus large et simple qu'on ne se le représente, cette "fabuleuse" découverte (pour nous amatrice sur le tard de préhistoire vite aux aguets des nouvelles) distille quelques éléments de plus au dossier "origines de l'humanité".

       L'hypothèse de Marie Cachet en devient-elle caduque ? Trop ignorante, l'assurance des scientifiques chevronnés et défenseurs de l'Out of Africa (vision qui se trouve réaffirmée à travers cette nouvelle) nous influence mais nous laisse toujours aussi encline à l'interrogation d'une humanité née de multi-croisements, notamment néandertaliens comme le soutient la jeune femme observatrice et féconde, attachée au Culte de l'Ourse (histoire parente). Les premiers schémas laissent d'ailleurs manifestement la porte toujours aussi entrebâillée tout en faisant goûter aux joies innombrables du double regard (de la perception sous représentation).

       L'article du site Gurumed pose d'ailleurs le dilemme à sa manière en reprenant les errements connus dans l'étude du site et de ses restes : http://www.gurumed.org/2017/06/08/la-dcouverte-des-fossiles-des-plus-anciens-homo-sapiens-remet-en-question-le-calendrier-de-notre-volution/

       "Les fossiles d’hominidés déterrés à Jebel Irhoud en 1991 ont été datés à il y a environ 160 000 ans et furent d’abord considérés comme des Néandertaliens. Cependant en 2007, une analyse plus approfondie a révélé qu’ils appartenaient à des humains anatomiquement moderne, les premiers de la sorte découverts."

     

       "Nous avons montré que les fossiles d’hommes primitifs et d’animaux ainsi que les outils en pierre découverts sur le site de Jebel Irhoud au Maroc datent de 300 000 ans. Ils ont 100 000 ans de plus que le plus vieil Homo sapiens connu à ce jour, découvert à Omo Kibish en Éthiopie. Cela remet donc en question la pensée dominante en paléoanthropologie, qui situait l’origine de notre espèce en Afrique de l’Est, il y a 200 000 ans." aime à dire Jean-Jacques HUBLIN  in Le Temps, "Marie-Laure Théodule, 07-06-17 : https://www.letemps.ch/sciences/2017/06/07/homo-sapiens-prend-un-coup-vieux-100-000-ans

     

    JEBEL IRHOUD (-300 000 ans) : COUP DE TAMBOUR

       Reconstitution d'un crâne d'Omo Kibish (American Scientist). Source : https://www.u-picardie.fr/beauchamp/conferences/La_lignee.html

       Cet Homo là est évidemment précieux et nous laisse rêver d'érudits se laissant bercer d'autres musiques que la dominante... En attendant, leur égo trompette sur tous les toits !? L'important niche dans la datation qu'ils divulguent, et on ne pourra leur fera grief du radieux plaisir qu'elle ordonne (spontanément !).
     

       Parallèlement, deux autres trouvailles circulent avec plus ou moins de relais médiatique, la première toute en question et malice pour nous mais mériterait traduction et lecture attentive :  http://www.telegraph.co.uk/science/2017/05/22/europe-birthplace-mankind-not-africa-scientists-find/ (relayée par L’Échelle de Jacob : http://echelledejacob.blogspot.fr/2017/05/leurope-est-le-berceau-de-lhumanite-et.html.

       La deuxième concerne le site de et son Homo naledi. Elle est disponible en Tsukeshoin par page simple (Automates intelligents pour source) : http://tsukeshoin.eklablog.com/homo-naledi-d-afrique-du-sud-p1284380

     

    « HOMO AUX AMÉRIQUESLa GROTTE CHAUVET / HERZOG (2010) »