• "LA BARQUE DES MORTS"

     UN CONTE BRETON. (ENCORE) TRÈS MACABRE.

    LA BARQUE DES MORTS Baie de Douarnenez Keriadenn 2017

       Douarnenez, depuis la baie de Douarnenez, fin août 2016. Moment de paix ? Château de cristal ci-près ?

     

       La mort domine définitivement le propos du jour, en reprenant quelques-unes des issues les plus imagées qu'on lui prête. Est appris un certain sursis pour ceux des marins qui furent honnêtes... nimbé d'une morale... moralisante, tandis que la possibilité de l'infinité de l'errance, d'un vide-attente affreusement douloureux grèvent... le moral ! La damnation. La damnation pour refrain... Transfiguration de la probable croyance païenne du grand voyage - nocturne, l'asile inespéré prend le dessus, désormais célèbre paradis ? Reste beaucoup d'incertitude, de négoce et sans doute de rapport de force inégal, loin de la métempsychose supposée des origines, pragmatique et apaisante.

       En quête toujours.

      [Pour archive :

       https://www.le-petit-manchot.fr/la-barque-du-raz-de-sein/legendes/articles/1379/

       http://dameshadow.skyrock.com/402257523-La-baie-des-Trepasse-le-Cap-Sizun-La-pointe-du-raz-ou-la-legende-du.html

       https://fr.wikisource.org/wiki/La_l%C3%A9gende_de_la_mort_chez_les_Bretons_armoricains/Introduction]

    "LA BARQUE DES MORTS" Keriadenn 2017LA BARQUE DES MORTS Raz de Sein Kertiadenn 2017

       A bord de la navette de la compagnie Finist-mer, en route vers l'île de Sein, fin août 2016 : le Raz de Sein. Se lèvent voile et sombres amers.

     

       "Etre an Enez hag ar Raz

       Eman bered ar wazed.

       Debout sur l'étrave du Raz de Sein, quand on regarde le Bec du Van, vers le nord, on voit la mer pousser des rouleaux puissants sur une grève entre deux caps. C'est la grève des Trépassés, l' "abominable baie", un des lieux de rendez-vous des noyés qui attendent l'embarquement pour leur séjour de l'autre monde.

        Et pourtant, les pêcheurs de Cléden en parlent seulement comme de "la grève" du Nord-Ouest". On n'y trouve pas d'ossements humains parmi les galets. Les courants n'y portent pas plus de cadavres qu'ailleurs. Certains jours, la mer y est si douce et le soleil si beau que la méditation de la mort y semblerait une offense. Mais le peuple invisible des Trépassés se presse dans cette baie et sur ses rivages.

       Dans les eaux de la baie, il y a des noyés de toute sorte. Il y a les plus beaux marins du monde et les plus courageux, ceux que la Morgane a choisis pour époux. Mais le destin de la Morgane veut que son baiser tue ses amants et qu'elle n'étreigne jamais que des cadavres. Ils dérivent dans les courants et pas un seul poisson n'oserait les profaner. D'autres noyés chrétiens se sont livrés eux-mêmes à la Morgane païenne. Ceux-là vont errer jusqu'à la fin du monde, la marque de leur baptême au front. C'est en vain que les pêcheurs vivants qui les rencontrent voudront les ramener dans leur barque, par pitié. Les damnés glisseront des mains. De la Barque des Morts, ils ne verront que la quille.

       Au bord de la Baie des Trépassés, attendent aussi les âmes de ceux dont la mer a rejeté les cadavres. La plupart sont d'honnêtes marins, en paix avec Dieu et les hommes. A cause de cette innocence, ils ont eu assez de pouvoir sur les vagues pour que celles-ci les ramènent à la côte où ils seront ensevelis en terre bénite. Mais quelques-uns, coupables de fautes inexpiables, ont vu leur corps vomi par la mer elle-même, qui n'a pas voulu en être souillée. De ceux-là non plus, la Barque des Morts ne voudra pas se charger.

       Depuis que le monde existe, la Barque des Morts se présente à la Baie des Trépassés, certaines nuits. Une voix puissante s'élève sur le Bec du Van ou le Bec de Raz, appelant un pêcheur par son nom. L'homme ne s'étonne pas. Il sait que depuis toujours, ses ancêtres ont passé les morts et que, pour cet office, ils étaient affranchis  de toute redevance envers leurs seigneurs de la terre. Il descend vers la baie du Nord-Ouest. Une longue chaloupe y est à flot. Elle paraît vide et pourtant elle s'enfonce dans l'eau jusqu'au bordage, comme si elle était chargée à couler bas. Dans une grande rumeur de supplications, le pêcheur se fraie un passage à travers les rangs pressés d'une foule invisible. Quand il a pris sa place au gouvernail, une voile se largue d'elle-même et la Barque des Morts s'éloigne de la grève. Derrière elle, éclatent les sanglots des âmes qui ne sont pas du voyage. Le pêcheur la manœuvre à travers les brisants et la mène vers Sein. Dès qu'elle a touché l'île, il la sent qui s'allège et remonte sur l'eau à mesure que débarquent les invisibles passagers. Alors, il peut remettre le cap sur la grande terre. Quand il est entré dans la baie vide et silencieuse, la barque n'est déjà plus qu'une ombre, quand il a posé un pied sur le sable, elle a disparu.

       A qui demandera si la Barque des Morts aborde toujours à la Baie des Trépassés, aucune voix n'osera répondre. Aucun pêcheur du Cap-Sizun n'a jamais avoué qu'il avait fait le passage. Celui qui est choisi pour cet office vit désormais en étranger parmi ses frères en attendant qu'il devienne l'ankou marin."

       In La Bretagne aux légendes II, De grève en cap (version française du texte original en breton armoricain), Pierre HÉLIAS, Photographies de Jos LE DOARÉ, Jos Le Doaré éditions, p. 10.

     

    "LA BARQUE DES MORTS"

        Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Baie_des_Tr%C3%A9pass%C3%A9s

     

       Changement de tonalité (sans parler de la musique de fond que l'on peut éteindre), le décor permanent (et changeant) :  kayak (de mer) au Raz de Sein. Attraction irrésistible pour d'aucuns. Lieu limite, lieu de sens extrême, lieu d'humanité renouvelé. En Breatgne. Source : https://www.youtube.com/watch?v=mIqzNAoYxiw

     

       Autre vidéo, pour se laisser traverser par quelques idées, même si la caméra est très sélective. Source : https://www.youtube.com/watch?v=ozW--M3zC0I

       Merci à Romain, kayakiste passionné, dont le recueil Les côtes bretonnes en kmer (son tour de Bretagne en juillet 2010 avec texte et images) ouvre la voie de l'intérêt et du questionnement, bien au-delà de ces quelques vues de l'Internet, presque choisies au hasard.

     

    « SAINT BRENDAN, MOINE MYTHIQUEPLUIES TORRENTIELLES »