•  Pas que des stations de métro ?

       Non de non de noms, des noms de places parisiennes !

       Et pas du tout marrantes à parcourir à pied, dans mes souvenirs assez lointains. Pas faites pour ça, de toutes façons.

       Ici, en 1900, la place de la Nation, appelée ainsi depuis 1880, ex-place du Trône, accueillant une sculpture monumentale au centre du bassin lui même central : Le Triomphe de la République en 1899, exécuté (sic) par le sculpteur Aimé-Jules DALOU. Il y eut une guillotine sur cette place au temps de la Révolution...

       Source : http://paris1900.lartnouveau.com/paris12/place_de_la_nation.htm

     

    Lire la suite...


  • GRISE BALADE, TEMPO S'ÉCHAPPE

       "Dans le clip, Darc et Mirwais déambulaient dans un Paris tout gris entre les graffitis, la Tour Eiffel, les bars, le métro et ses tunnels. Pour coller une dernière emphase sur le romantisme dépressif des paroles, la vidéo se terminait sur un plan fixe du périphérique et des voitures qui y circulaient."

     Source : http://www.lesinrocks.com/musique/yntht/post/morceau-classique-paris-taxi-girl-1984/

    Lire la suite...


  •  Enjeu et résultats

    Lire la suite...


  •  Les "bouseux", leur laideur en contrepoints

       Accessoirement : du cochon...

     

       "Que dirait-on d'un écrivain français illustre qui accepterait que les valeurs françaises se fondent dans un ensemble européen ? Nous sommes loin d'un tel hara-kiri quand on songe que les grands phares de la gauche eux-mêmes manifestent sur ce chapitre un nationalisme exaspéré et une intransigeance linguistique parfaitement intolérable. Voyez Etiemble : sa haine du franglais ! Il y a du Bardèche dans son racisme lexicographique. Le fanatisme culturel français est d'autant plus forcené que la France est plus un système intellectuel qu'une personne charnelle. Je suis de Bretagne. Je me sens chez moi à Dublin. Pas à Béthune, ni à Maubeuge...

       Soyons vivants et allons plus loin encore. La République a sacralisé l'université. L'Instit a remplacé le curé dans les villages. Son sacerdoce c'est la diffusion de la langue française - universelle comme il se doit - sa bible, c'est la grammaire. Les hérétiques, ce sont ces bouseux d'Occitans, Basques et Bretons. Comme on ne peut pas leur couper la langue, on va moquer leur "sabir. Et ipso facto, on va brocarder leur univers, leurs mères, leur façon d'être. Ce monde-là est idiot. Tout est moche, niais, sale dans ce monde-là. Vos ruisseaux sont bêtes, vos masures sont laides, vos traditions sont idiotes. Tuez tout ça en vous, petits Bretons. Lavez votre cervelle. Lessivez votre cœur. Vous n'êtes que de petits cochons. Porcs, rincez-moi vos soues primitives. Et quittez vite vos tanières, les terreux. Allez, en ville, le certif en poche, le bac en poche. Et brossez votre mémoire, votre temps. Il n'y a là-dedans que boue, ténèbres, superstitions, idolâtries. Ne rêvez pas, soyez réalistes. La langue française, la culture française, les voilà vos passeports. Hors de là, point de salut. Et il y croient à leur système, nos nouveaux prêtres. Ils portent jusqu'au Tonkin, en passant par Alger et Tunis, l'universalité de leur savoir. Et ça marche ! La France, c'est la nouvelle Eglise. Le rituel est racinien, la Fête-Dieu est le Quatorze-Juillet.

       Des abstractions, quand on a le goût des sources sur les lèvres, des chemins creux pour voies royales, des cheminées pour éclairer ses songes et des chevaux pour compagnons.

       En fait, c'est tout un monde de l'esprit que ce gallicanisme laïque vient extirper."

       In Le Cheval couché, Xavier GRALL, Calligrammes, Quimper, 1998, pp. 60-61.

     

    Lire la suite...


  •  Mode en temps de crise, ville, condescendance

    Rénov' montagne

      Le Fioux, ferme de montagne entièrement rénovée, Emmanuelle LAAGE architecte d'intérieur, Bionassay - St Gervais les Bains (74).

       "Et cette cheminée ?

       Déca-Laage : Nous avons été heureux de trouver cette ancienne "Bouerne" sur place. C'est une cheminée typiquement savoyarde qui était utilisée à l'époque pour sécher le jambon. Elle a la forme d'une pyramide tronquée et est entièrement en bois. Nous l'avons déplacée et positionnée au centre de la pièce. D'un côté de celle-ci s'organise l'espace cocooning. Le niveau du plancher était plus élevé. Nous l'avons recouvert de parquet et avons dessiné une longue banquette garnie de coussins."

       Source : http://www.cotemaison.fr/bois-nature/une-ferme-de-montagne-totalement-renovee_26728.html

     

       Nota : Que reste-t-il d'AUTHENTIQUE dans cette maison de montagne ? Une grosse, grosse question pour nous.

     

    Lire la suite...