• La maison de Tami anciennement à KISO

     Importée, encartonnée à Paris.

    Irori de la maison de KISO

    Cuisine de KISO

       "L’irori, âtre carré, constitue au centre de la maison le lieu essentiel de la vie, celui où l’on prépare le thé, où l’on cuisine, où l’on se chauffe, où l’on dort l’hiver. Les autres pièces sont délimitées par des cloisons de bois et de papier."

       Source : http://belcikowski.org/ladormeuseblogue/?p=6307

       Dans ce billet de la Dormeuse, nous apprenons que la Maison de Kosi est un objet encombrant relégué quelque part dans des réserves muséales de Paris.

       "Il s’agit d’une minka, une maison paysanne, importée de Kiso, un village des montagnes du Japon. Une pièce de monnaie, glissée entre les poutres du toit, atteste qu’elle a été construite entre 1861 et 1863. Cette maison était, dans les années 1970, la demeure de Tami, une grand-mère qui filait et tissait le chanvre, puis déposait la toile dans la neige afin que celle-ci la blanchisse. A l’âge de 73 ans, Tami est honorée du titre de juyô-mukei-bunkazai, de "trésor culturel vivant". Jane Cobbi, ethnologue, directeur du groupe de recherche "culture matérielle et vie quotidienne au Japon" du CNRS, a longuement rencontré la vieille dame dans les années 1970 et recueilli ses enseignements. En 1990, les enfants de Tami, qui vivent ailleurs et craignent que la maison de Kiso ne soit vouée à la disparition, proposent à Jane Cobbi de l’emporter en France, avec tous les objets qu’elle contient, afin qu’elle y soit conservée et présentée au public."

    « Fermes antiques / GRALL - 1977 Tsukeshoin / Jaanus & / Rondely »