• LANDES de CORJOUX en SAINT-JUST (35)

     SITES MÉGALITHIQUES "des plus importants d'Europe" !?

    LANDES de CORJOUX en SAINT-JUST (35)

    LANDES de CORJOUX en SAINT-JUST (35)

       L'alignement du Moulin des Landes de Cojoux, en Saint-Just, le 16-02-2017.

       "Le site de Saint-Just rassemble, sur la Grée de Cojoux, l'un des plus beaux ensembles mégalithiques de Bretagne intérieure... Saint-Just fut occupé dès le Mésolithique, puis une néolithisation du site révèle des influences danubiennes avec sépultures en fosse... Dès 4500 avant J.C., se construisent des dolmens à galeries, des alignements, des tertres funéraires. Au Néolithique moyen, un grand dolmen est dressé au plus près des zones d'habitat. L'âge du Bronze voit le Château Bû transformé en tumulus et une réutilisation systématique des alignements et des dolmens." (Les Mégalithes et les tumulus de Saint-Just, J. BRIARD, M. GAUTHIER et  G. LEROUX, éditions Jean-Paul Gisserot).

      "Dispersés sur plus de 6 kms, ces mégalithes, dont la chronologie s’échelonne de l’ancien néolithique vers 5 000 ans avant J.C. jusqu'à l'Âge du Bronze, vers 2 000 avant J.C., ont pour nom la Croix Madame,les alignements du Moulin, les Demoiselles de Cojoux, le Château Bû, la Croix Saint-Pierre, le Tribunal, le Four Sarrazin et l’allée couverte de Tréal." Source : http://archives.ille-et-vilaine.fr/fr/article/site-megalithique-saint-just

     

       Sans chercher encore à vérifier l'annonce glorieuse du site officiel de la commune de Saint-Just qui semble s'être par ailleurs dédiée à une valorisation culturelle de ses trésors, la simple découverte récente des lieux "néolithiques" - en effet très entretenus et devant continuer de l'être ("no more comment") permet de s'imprégner davantage (ou peut-être s'imprégner seulement) de ce temps, ancien, très ancien.

       Un jour abandonné, un jour nettoyé - et en extension par préemption publique factuelle (incorrigible) : site jamais anodin. Pour les foules ?

     

    LANDES de CORJOUX en SAINT-JUST (35)

    LANDES de CORJOUX en SAINT-JUST (35)

    LANDES de CORJOUX en SAINT-JUST (35)

       Affleurements rocheux et mégalithes aux Landes de Cojoux en Saint-Just le 17-02-2017.

     

       Extrait de la brochure diffusée par le conseil départemental d'Ille-et-Vilaine (35) : "A la découverte des landes Cojoux et de Tréal", juin 2016.

       "Situé sur une crête naturelle orientée d'est en ouest, direction symbolique entre le lever et le coucher du soleil, le site des landes de Cojoux fut un grand centre religieux de la préhistoire bretonne.

       A cette époque, s'y réunissait au moment des solstices, des populations venues de très loin. Au néolithique, entre 5000 et 2000 avant Jésus-Christ, les premiers hommes découvrent la culture de la terre et l'élévage des animaux. Ils se sédentarisent là où affleure la roche et dressent des blocs de pierres énormes, les mégalithes, pour invoquer les dieux du ciel et de la terre qui leur procure abri et nourriture.

       De 1990 à 1993, un chantier de fouilles mené sous l'autorité du Centre national de la recherche scientifique (CNRS), financé par l’État et le département d'Ille-et-Vilaine, révéla la présence d'un grand cairn (couverture de pierres recouvrant des sépultures mégalithiques). Le monument était ceinturé de trois murets de pierres sèches, disposés en gradins, à l'intérieur duquel se trouvait un dolmen complexe dont le couloir desservait deux cabinets latéraux avant de déboucher dans une chambre terminale. Ce dolmen niché dans son cairn, correspond à un tombeau monumental, édifié au IVe millénaire avant Jésus-Christ, par des populations néolithiques pour y déposer les dépouilles de certains membres privilégiés de leur communauté."

     

    LANDES de CORJOUX en SAINT-JUST (35)

    LANDES de CORJOUX en SAINT-JUST (35)

       L'une des pierres de l'enceinte du Tribunal, puis l'allée couverte du Four Sarrazin (ancien cairn), 17-02-2017. Voir la page consacrée par Thierry BODERHAT à la commune : http://www.megalithes-breton.fr/35/accueil_35.php

     

       ["Un peu de géologie

       C'est avec le matériau local que les mégalithes des landes de Cojoux ont été réalisés, offrant un échantillonnage complet des roches disponibles entre Saint-Just et l'étang du Val.

       Le sous-sol des landes de Cojoux et de Tréal est constitué de roches allant du rouge au violet foncé, connues sous le nom de Pont-Réan et communes en Bretagne centrale. Sédiments déposés il y a environ 470 millions d'années, ce sont aujourd'hui pour l'essentiel, des schistes et des grès à grain fin, bien visibles sur la rive est de l'étang du Val. A la base de la formation, se trouve un poudingue à gros galets dit "poudingue de Monfort", visible autour du Moulin de Cojoux et aux rochers de Tréal où il constitue le matériel de l'allée couverte. De nombreuses fractures recoupent ces formations et sont facilement repérables car elles sont cicatrisées par du quartz blanc. Ainsi trouve-t-on du schiste rouge, du poudingue de Monfort, du quartz blanc, dit "poudingue de Gourin", intercalé en bancs dans une formation plus ancienne, située sous la formation de Pont-Réan. Ces blocs de poudingue de Gourin ont été transportés sur 3 km pour dresser les alignements." extrait d' "A la découverte des landes Cojoux et de Tréal".]

     

        Voir aussi : http://megalithe.over-blog.com/article-34904754.html

        Sur la Croix-Madame : http://www.musardise.com/2011/03/la-croix-madame.html

     

       Note :

       Dans son livre déjà cité La Bretagne préhistorique, Les peuplements, des origines à la conquête romaine (Skol Vreizh, 2014), Yannick LECERF énonce, avant de minimiser la présence des Celtes en Bretagne que : "(...) malgré les nombreuses d'interprétations de ces grands ensembles, il apparaît clairement que les constructeurs se sont plus appliqués à suivre des filons géologiques qu'à chercher à s'aligner selon des orientations astrales." (p. 55)

       Décidément franc-tireur ou "drôlement" rebelle, ce préhistorien... Simplement "objectif" ? Et vrai scientifique ?

       Il est d'autant plus drôle (curieux) dans la sorte de rejet de cultes et de croyances païennes, de primat religieux et de comportements spirituellement réglés qu'il soutient, par son affirmation de souci géologique prioritaire, qu'il soutient à l'évidence, voire admire les sociétés humaines du néolithique, au point de les vouloir l'origine fondamentale et majoritaire d'une Bretagne singulière et inestimable à travers les temps, et jusqu'aujourd'hui... Les Gaulois (les Celtes) n'ont pas ou à peine investi le territoire armoricain, ils n'auraient donc rien enfreint de cet héritage ?

       Une page lui sera consacrée, à travers son ouvrage, plus complexe qu'il n'y paraît, avec l'avantage notable d'une approche climatique systématique des grandes périodes.

     

    « HYPOGÉES DE MALTE (-4100/-2500)LA TABLE DES MARCHAND »