• MASSE & VALEUR

     PROLIFIQUE POUR CASSE-GUEULE

    MASSE & VALEUR

       Vue de l'une des 2 extensions du stade d'Ekaterinbourg (4e ville de Russie) construite pour accueillir le Mondial de football 2018, plus exactement les supporters russes (ABD architectes, 2017). Source : https://chroniques-architecture.com/ekaterinbourg-tribune-de-peur/

     

      Des processus à l’œuvre dans le capitalisme mondial. A l'aune de la VALEUR, avec la Critique éponyme (TRENCKLE et LOHOFF).

      Travail en dégradation constante, jusqu'au REBUT humain, partout, nombreux.

     

    MASSE & VALEUR

       "Pendant le match Amiens-Lille au stade de la Licorne à Amiens, le 30 septembre" : chute d'une barrière devant contenir et protéger les supporters. François LO PRESTI / AFP. Source : http://www.lemonde.fr/sport/article/2017/09/30/la-barriere-d-une-tribune-cede-lors-du-match-amiens-lille-des-supporteurs-touches_5194196_3242.html

     

       "Travail de masse sans valeur. Pourquoi la Chine et l'Asie ne deviendront pas le nouveau centre d'un régime d'accumulation auto-entretenu", Norbert TRENKLE et Ernst LOHOFF, Palim-psao, 16-10-2017.

       Source : http://www.palim-psao.fr/2017/10/travail-de-masse-sans-valeur-par-norbert-trenkle-et-ernst-lohoff.html

       COPIE SURLIGNÉE :

       "Il peut sembler, à première vue, que l’industrialisation à grande échelle des pays émergents sur le marché mondial, en premier lieu la Chine, l’Inde et le Brésil, mais aussi d’autres régions de l’Asie et de l’Amérique latine, fournit la preuve concrète qu’on ne peut pas parler au niveau mondial d’une contraction de la substance du travail et de la valeur [1]. Mais en y regardant de plus près, ceci s’avère être une simple fiction.

       D’un côté, la hausse du travail de masse peut être relativisée, au constat des nombreuses pertes d’emplois industriels dans les pays capitalistes du centre, et encore plus dans les pays du défunt "socialisme réel". Même en Chine, le pays du boom, on enregistre depuis les années 1990 un solde négatif des emplois industriels, entre autres parce que le secteur public sous-productif a perdu plus d’emplois qu’il n’en a été crée dans le secteur privé [2]. Ce phénomène est volontairement dissimulé, parce que les entreprises industrielles publiques apparaissent, à travers les lunettes idéologiques du néolibéralisme ainsi que celles de la gauche traditionnelle, comme faisant partie d’un système diffèrent, bien qu’elles ne représentent rien d’autre qu’une forme de valorisation capitaliste nationale. En réalité, il ne s’agit, en premier lieu, que de l’éviction de ces entreprises par des capitaux plus productifs.

       De l’autre côté – et c’est le point essentiel –, le travail de masse dans les usines du marché mondial, les entreprises de sous-traitance, les ateliers de misère des pays émergents et les sites de production à bas salaires, ne représente nullement une quantité aussi élevée de valeur et de survaleur qu’on pourrait le croire de prime abord. Car, même s’il faut voir dans ce travail une partie du rapport global de la valorisation, il est en général mis en œuvre à un niveau de productivité technico-organisationnelle très largement en dessous de celui des secteurs centraux de la production pour le marché mondial. Au niveau d’une entreprise, cette exploitation de la force de travail est seulement rentable parce que la différence de productivité est compensée par des salaires et d’autres couts de production extrêmement bas. Mais cela ne signifie évidemment pas que le temps de travail relativement long requis par la production de chaque pièce représente une part de valeur correspondante élevée. Car les marchandises produites ainsi sont convoquées, comme toute autre marchandise, devant le tribunal impitoyable de la mesure de la valeur sociale en vigueur – qui est aujourd’hui globale, et dictée par les secteurs évoluant au niveau de productivité le plus avancé.

       Un rappel : une marchandise jetée sur le marché mondial représente exactement la même quantité de valeur que toute autre marchandise du même type et de la même qualité. Si, pour sa production, on a employé plus que le temps socialement nécessaire, cet excès de temps est socialement annulé et ne se voit donc pas rémunéré. Si l’on emploie, par exemple, dans un atelier de misère en Chine ou au Bangladesh, cent ouvriers, quand on n’en emploie en même temps, dans une usine high-tech en Allemagne ou au Japon, que dix, le travail des cent ouvriers ne représente que la valeur de celui de ces dix employés. La délocalisation de la production peut être rentable au niveau d’un capital particulier, du fait de salaires extrêmement bas, mais elle ne contribue nullement en ce cas à augmenter la masse de la valeur au niveau de l’ensemble de la société. Car, ici aussi, on peut affirmer que ce n’est pas le temps utilisé individuellement pour la production de la marchandise qui détermine sa valeur, mais la norme temporelle de l’heure de travail social. Si cette norme monte à la suite d’une augmentation de la productivité, la valeur de toutes les marchandises de ce type baisse, indépendamment des conditions dans lesquelles elles ont été produites. C’est le mécanisme qui oblige normalement les entreprises à s’aligner sur le niveau de productivité en vigueur et à introduire les nouvelles méthodes de production. En principe, cela est aussi valable pour la concurrence sur le marché mondial, sauf qu’ici, contrairement à l’espace national, des niveaux de productivité bien plus disparates peuvent coexister, parce que les conditions de valorisation et de travail varient énormément selon les pays, et que la différence de productivité peut donc être compensée au niveau des prix et des coûts par une exploitation féroce de la main-d’œuvre, une destruction impitoyable de l’environnement, ainsi que par des avantages fiscaux et une sous-évaluation des monnaies.

       Un rapport publié dans l’hebdomadaire Die Zeit montre de manière très explicite, à travers la production d’un T-shirt pour l’entreprise textile H&M, l’énorme fossé qui existe entre le niveau de productivité des différents pays du marché mondial (UCHATIUS, 2010). L’auteur suit les différentes étapes de la production de ce vêtement à travers la planète, qui est vendu seulement 4,95 euros chez H&M, et il cherche à savoir comment un tel prix prodigieusement bas est obtenu. Parmi d’autres choses surprenantes, on apprend que le coton ne provient pas, comme on pourrait le croire, d’Afrique ou d’Inde, mais des États-Unis. Il y est récolté par une machine qui ramasse autant de coton par jour que 300 travailleurs le font à la main. Bien sûr, il faut tenir compte du temps de travail pour la production, l’entretien, les réparations, etc. de la machine, ainsi que du gazole et d’autres frais de fonctionnement ; mais, même si l’on estime tout cela a la moitié de la production journalière, la quantité de temps abstrait correspondant à un kilo de coton récolte ne représente toujours qu’un cent-cinquantième du temps qu’emploie un cueilleur en Inde. Pour le dire autrement, le travail journalier de 150 cueilleurs de coton ne représente sur le marché mondial que la valeur d’une seule journée de travail selon la norme. Bien qu’ils croulent sous la tâche et triment dans des conditions que ne leur envieraient pas les esclaves, leur travail ne "vaut" pratiquement rien, car il doit se mesurer au standard défini par la machine à récolter. C’est précisément ce mécanisme structurel qui les oblige à vendre leur force de travail pour un salaire qui suffit à peine à leur survie.

       Dans la production industrielle, la différence de productivité est moins importante que dans l’agriculture, parce que certains standards techniques doivent tout simplement être respectés. Mais il existe tout de même un écart très important entre des usines d’automobiles dans les centres occidentaux et les mêmes en Chine, ou de la main-d’œuvre bon marché est employée à la place des machines et des robots. L’exemple suivant, qui concerne l’usine Wangfeng dans les environs de Shanghai, peut illustrer ce propos : "Dans une usine occidentale, coréenne ou japonaise, un convoyeur automatique fait passer les moteurs ou les éléments de carrosserie d’un poste de travail a un autre. Ici, ces opérations se font manuellement. […] La compagnie ne dépense pas des millions dans l’achat de machines. Elle emploie des travailleurs très compétents [dont] le salaire annuel […] est inférieur au salaire mensuel des nouvelles recrues dans les usines de Detroit" (FISCHMAN, cite par ARRIGHI, 2009, p. 450). Il est bien évident, ici encore, que les voitures chinoises ne représentent pas plus de valeur pour la simple raison qu’elles auraient été fabriquées avec plus de main-d’œuvre qu’en Corée ou au Japon [3]. Car si l’on considère la mesure globale de la valeur, les temps de production plus élevés ne sont pas significatifs, et cette usine n’est concurrentielle au niveau international que du fait des bas salaires qu’on y pratique [4].

       Vue sous cet angle, l’extension du travail de masse dans les pays retardataires du marché mondial ne représente nullement une expansion équivalente de la masse de la valeur, et elle n’établit donc pas la base d’une nouvelle poussée d’accumulation capitaliste auto-entretenue. Il s’agit bien plus déjà d’une forme spécifique d’apparition et d’évolution de la troisième révolution industrielle. D’un côté, celle-ci a rendu "superflues" des masses de gens à travers la planète, parce que leur force de travail, rapportée au niveau de productivité dominant, n’est plus nécessaire [5]. De l’autre, la restructuration globale des processus de production, qui put tout d’abord être mise en œuvre au moyen des nouvelles technologies de l’information, de la communication et des transports, a ouvert aux entreprises la possibilité d’exploiter cette main-d’œuvre "superflue", car sous-productive, mais extrêmement bon marché, dans la mesure ou ceci est rentable au niveau d’une entreprise, en partie en concurrence avec le secteur du high-tech, en partie comme complément dans les domaines de production ou l’automatisation pose encore à ce jour des problèmes (par exemple pour la couture dans l’industrie de l’habillement).

       C’est une différence tout à fait fondamentale avec le boom fordiste. Alors, l’extension du travail de masse se produisait dans la production sur la base d’une productivité largement homogène. Elle se fondait sur l’exploitation de nouveaux secteurs de production, qui se situaient au niveau de productivité social en vigueur. C’est ainsi que l’extension du travail de masse allait de pair avec un élargissement de la base de la valeur. A chaque heure de travail supplémentaire dépensée correspondait un surcroît de valeur et de survaleur. Le nouveau travail de masse, engendre à l’ère de la globalisation post-fordiste, repose paradoxalement sur le fait que c’est à cause du standard de productivité extraordinairement élevé que des millions de gens sont obligés de dépenser leur force de travail en dessous de cette norme, pour pouvoir survivre – quelle qu’en soit, du reste, la manière. Les conditions de vie et de travail de ces gens peuvent certes être matériellement comparables à celles du prolétariat de l’Europe précapitaliste ; mais, du point de vue économique, elles renvoient à quelque chose de très diffèrent : dans les conditions précapitalistes, l’appauvrissement était directement lié au niveau de productivité relativement bas de l’époque où l’exploitation du travail de masse à travers la "production de survaleur absolue" représentait la seule méthode de valorisation du capital. C’est pourquoi chaque hausse de la productivité offrait de nouvelles marges de manœuvre au combat pour de plus hauts salaires et de meilleures conditions de travail. Avec le passage à la "production de survaleur relative", l’augmentation des salaires, comme nous l’avons déjà expliqué, fut même compatible avec une hausse de la partie de la survaleur absorbée par le capital, tout en restant fonctionnelle du point de vue d’une accumulation du capital en expansion, puisque était créé le pouvoir d’achat nécessaire a l’écoulement des produits de masse.

       Mais ce mécanisme ne fonctionne plus dans les conditions de la troisième révolution industrielle. Car, comme les "damnés de la terre" d’aujourd’hui, au vu du niveau de productivité atteint par la valorisation du capital, ne servent au fond plus à rien, et ne jouent plus, au sein des entreprises, que le rôle de bouche-trous qui peuvent à tout moment être remplacés par la technologie, les hausses de la productivité ont exactement l’effet contraire de celui qui avait prévalu au XIXe siècle. D’un côté, elles augmentent l’obligation de se vendre à des conditions toujours plus dégradées, à seule fin d’exister d’une façon ou d’une autre, dans cette concurrence féroce, face aux centres de production hautement équipes technologiquement (voir, entre autres, TRENKLE, 1999 et 2004 a) [6]. Mais, d’un autre côté, des succès obtenus dans les conflits du travail, comme c’est en partie le cas actuellement en Chine, conduisent fatalement à l’introduction accélérée des méthodes modernes de production sur les sites de production en question. Et puis il appert que les masses de force de travail employées auparavant sont au fond superflues pour la valorisation, et peuvent être remplacées par moins de force de travail, des lors que disparaissent les avantages comparatifs lies aux très bas salaires. Dans les deux cas, il se produit une contraction de la masse de valeur produite par l’ensemble de la société. Dans le premier cas parce que le travail de masse employé tombe encore plus bas sous le niveau de productivité en vigueur et représente donc désormais moins de valeur qu’auparavant. Dans le deuxième cas parce que la quantité de force de travail diminue, sans qu’aucun nouveau secteur d’exploitation du travail survienne [7].

       Mais là où il n’y a pas d’élargissement de la base de la valeur, il ne peut pas non plus se développer une dynamique d’accumulation capitaliste auto-entretenue. L’indicateur le plus explicite à ce propos est la profonde dépendance de la Chine et des autres pays émergents sur le marché mondial vis-à-vis de leurs exportations : elle prouve que les salaires et les traitements qui proviennent de la production de valeur ne suffisent nullement pour créer le pouvoir d’achat nécessaire à l’écoulement des biens de masse. Le boom chinois est complètement dépendant du pouvoir d’achat aux États-Unis et en Europe, un pouvoir d’achat qui n’est bien sûr pour l’essentiel pas couvert par une production de valeur, mais créé à travers le crédit et la spéculation sur les marchés financiers. C’est pour cela que la machine économique chinoise s’enraya immédiatement après le krach de 2008, et ne put être remise en route qu’au moyen d’un programme de soutien conjoncturel gigantesque du gouvernement chinois, fondé sur l’appel massif au crédit. De cette manière – et à travers le programme conjoncturel américain, également financé a crédit –, on a certes atteint de nouveau rapidement des taux de croissance élevés, mais le prix à payer en fut un bond en avant de l’endettement intérieur, qui augmenta de manière inquiétante, et la création d’énormes surcapacités (ROUBINI, 2011), qui deviennent d’autant plus problématiques que la demande aux États-Unis et en Europe va baisser considérablement, à la suite des programmes publics massifs d’austérité mis en place – si elles ne représentent pas le prélude a une nouvelle poussée de la crise de l’économie mondiale. En ce sens, l’idée que la Chine pourrait devenir le nouveau centre dominant de l’économie mondiale est totalement infondée. Le boom de cette région n’a jamais reposé sur sa propre base, et il fut toujours dépendant de l’expansion globale du capital fictif. Il n’existe par conséquent aucun fondement pour une poussée d’accumulation qui se nourrirait elle-même, comme cela fut le cas lors du boom fordiste de l’après-guerre.

        Extrait de Norbert TRENKLE et Ernst LOHOFF, La Grande dévalorisation. Pourquoi la spéculation et la dette de l’Etat ne sont pas les causes de la crise, Post-éditions, 2014, pp. 110-117 (traduction de Paul BRAUN et Vincent ROULET).

       Voir également : 

       L'Empire du milieu est-il en train de s'effondrer ? Des limites de la croissance économique chinoise financée par l'endettement (Tomasz KONICZ)

       La borne interne du capitalisme (entretien avec Ernst Lohoff)

       Le travail à l'ère du capital fictif (Norbert Trenkle)

       Sur l'immense décharge de capital fictif. Les limites de l'ajournement de la crise par le capital fictif et le délire des programmes d'austérité (Lohoff et Trenkle)

       Le triomphe du néonationalisme. L'Europe après le Brexit (Ernst Lohoff)

     

       [1] C’est ce qu’affirme, par exemple, Michael HEINRICH, dans son article au titre révélateur, "Le profit sans fin" : "Le développement capitaliste de la Chine et de l’Inde n’en est qu’a ses débuts ; dans l’avenir, il pourrait bien avoir une influence considérable sur l’économie et la politique mondiales. S’il se forme dans les décennies à venir, dans ces régions, une classe moyenne dotée d’un pouvoir d’achat élevé, combien même il ne s’agirait que de 20 ou 30 % de la population tandis que le reste vivrait dans la pauvreté, cette partie de la population représentera à elle seule un marché de 600 à 700 millions de personnes, notablement plus important que celui de l’UE élargie. En même temps, l’inépuisable armée de pauvres garantira pendant des décennies l’afflux de main-d’œuvre bon marché. Pour le capital, beaucoup de choses vont se raréfier au cours du XXIe siècle, mais il n’en sera pas de même pour la main-d’œuvre bon marché. Le taux de survaleur va croître au niveau mondial – la survaleur “relative” augmente avec le développement technologique, la survaleur “absolue” avec l’allongement du temps de travail et/ou la baisse des salaires réels" (Heinrich, 2007). Après le krach des marchés financiers de 2008, Heinrich maintint sa thèse. Dans une féroce attaque contre l’idée que le capitalisme puisse s’effondrer, il écrit : "Les États-Unis sont toujours de loin la plus forte puissance économique du monde, mais avec les pays nouvellement industrialises en Asie, et en partie aussi en Amérique latine, se sont créés des nouveaux centres d’accumulation capitaliste, que l’on ne peut plus simplement considérer comme des pays “périphériques” d’une économie mondiale dominée par l’Europe de l’Ouest et les États-Unis. Ils remplacent, en tout cas partiellement, l’insuffisance de la demande américaine. Ce développement se donne clairement à voir quand des entreprises indiennes réalisent des rachats spectaculaires (Jaguar a été rachetée par Tata Motors, et Arcelor, la plus grande entreprise métallurgique européenne, par Mittal Steel), ou quand la Banque centrale chinoise accumule d’énormes quantités de devises, dont le montant se situe largement au-dessus des mille milliards de dollars. Le capitalisme global de concurrence devient toujours plus multipolaire, ce qui va de pair avec une perte relative de l’importance économique des États-Unis." (Heinrich, 2008.) Arrighi (2008), à l’instar de beaucoup d’autres, accepte comme un fait allant de soi que la croissance chinoise possède un caractère d’accumulation capitalistique auto-entretenue.

       [2] Voir ILO, 2006, p. 359, ainsi que RIFKIN, 2006, p. XXXII-XXXIII.

       [3] Arrighi, qui cite l’exemple de l’usine d’automobiles, ne se pose même pas la question de la valeur, parce qu’il en reste, dans ses observations, au niveau des prix et des coûts.

       [4] Pour le cas de la Chine, il faut ajouter que la politique de l’État renforce la compétitivité du pays en sous-évaluant sa monnaie. Nous ferons ici abstraction de cet aspect.

       [5] Zygmunt BAUMAN parle du "rebut de la globalisation" que produit la modernité capitaliste (Bauman, 2006).

       [6] On a ainsi pu assister dans la couture, ces dernières années, a de gros progrès dans l’automatisation des processus. Si cette tendance devait se renforcer, l’industrie de l’habillement pourrait relocaliser l’ensemble des segments de la production dans les centres capitalistes, avec comme conséquence que des postes de travail sous-productifs en Chine et ailleurs pourraient disparaitre en masse (voir Textilwirtschaft, 19 mars 2009, ainsi que www.suedwesttextil.de/news/nachricht?n=486 ).

       [7] "Le sous-traitant Foxconn, qui œuvre pour l’industrie high-tech mondiale, compte parmi les plus importants “employeurs” de Chine, avec environ un million d’ouvriers qui travaillent dans des ateliers de fabrication semblables à des casernes. L’entreprise taiwanaise emploie au niveau mondial une armée d’environ 1,2 million d’ouvriers, qui sont obligés d’assembler à la main, entre autres, les gadgets “lifestyle” d’Apple, Sony, Nintendo ou HP. Ainsi, les derniers jouets techniques du XXIe siècle, qui ont été depuis longtemps élevés au rang de marques de standing iconiques de nombre d’enfants des classes moyennes des pays industrialisés, sont produits sur l’archaïque chaine des débuts du XXe siècle. D’après le chef de Foxconn, Terry GOU, ceci devrait bientôt changer. Fin juillet, celui-ci a expliqué qu’à l’avenir un million de robots allaient être employés dans les usines de Foxconn, pour réaliser les taches “simples et routinières”, telles que la peinture et l’assemblage des composants. Actuellement, on ne compte que 10 000 robots industriels dans les entreprises de Foxconn, mais dès l’année prochaine, leur nombre sera élevé à 300 000. A partir de 2014, le chiffre total d’un million de machines-outils devrait être atteint » (Konicz, 2011 a)."

     

    « SLOBODAN DESPOT SUITEPÔ-PÔLE QUI EN PLOIE »