• META-OUTILS

      "Sommes-nous le sommet de l'évolution ?", Laurent BRASIER, Sciences et avenir, H.S n° 183, Sept-oct-2015, pp. 37-38.

     

    Silex

       Source : http://nezcreux.unblog.fr/accueil/neolithique-d-europe/outils-en-silex/

     

       EXTRAIT :

       "La "supériorité" de l'homme est évidente en ce qui concerne les outils , beaucoup moins si l'on regarde la longévité, le poids, la vitesse...

      Du riz asiatique au dipneuste éthiopien, un poisson, de nombreuses espèces ont un génome bien plus complexe que le nôtre.

       L'homme étant celui qui classe toutes les espèces du vivant, il a eu longtemps la tentation de s'attribuer le premier rôle. L'une des conceptions classiques, aujourd'hui dépassée, de l'évolution, consiste à la représenter comme une longue chaîne d'êtres se succédant les uns les autres, des plus simples au plus évolué d'entre tous : Homo sapiens. Une vision purement anthropocentrique ! Car le processus des espèces n'est en rien dirigé, et il n'en existe pas de "supérieures" ou d' "inférieures", pas plus que d'organismes "évolués" ou "primitif". La "supériorité" de l'homme tient surtout au caractère retenus pour l'établir : elle est évidente si l'on considère les outils (l'existence de "méta-outils", c'est-à-dire  l'assemblage de deux outils pour en créer un nouveau, n'est communément acceptée que pour le genre Homo) ; beaucoup moins si l'on regarde la longévité, le poids ou encore la vitesse, tous critères selon lesquels nous sommes loin de sortir vainqueurs...

       Pour achever se se convaincre, il suffit de décortiquer  l'ADN, au fondement de nos différences biologiques. L'espèce humaine n'est pas celle dotée du plus grand génome (...). Serions-nous plus forts au niveau des gènes, ces courts segments d'ADN qui sont le support de la transmission des caractères héréditaires ? (...)"

     

       Notes :

       - Si cet article vise à nous détourner d'une vision hiérarchique de l'évolution ou de la place des espèces vivantes sur une quelconque échelle d'importance, son argumentaire nous paraît léger, et même ambigu tant la présentation du méta-outil est valorisée, ou valorisable, face aux autres critères avancés (longévité, poids, vitesse). Sont comparés des états et des faits, sous le registre général des compétences. Le fait de fabriquer des outils avec d'autres outils ou d'assembler ceux-ci entre eux, peut alors difficilement être regardé comme un manque, une faiblesse, une instabilité notoire (je force le trait volontairement) ou encore comme le fruit de la nature, une issue comme une autre, peut-être malheureuse (autre angle d'attaque, toujours avocate du diable !)...

       - Ce sont ces méta-outils que nous avons pour autant retenu dans cet article, pour leur énoncé qui a le mérite d'être clair d'une part, et pour leur lien à nos billets précédents (la co-machinisation de Günther ANDERS, notamment).

      - le préfixe META- selon Wikipédia :

       "Méta est un préfixe qui provient du grec μετά (meta) (après, au-delà de, avec). Il exprime, tout à la fois, la réflexion, le changement, la succession, le fait d'aller au-delà, à côté de, entre ou avec. Selon le contexte le préfixe équivaut au sens de profond (comme les métadonnées ou le métalangage), haut ou grand (comme méta-revue).

       Méta- signifie aussi à propos, comme dans métalinguistique, désignant le lexique linguistique.

       Méta- est souvent utilisé dans le vocabulaire scientifique pour indiquer l'auto-référence (réflexion), ou pour désigner un niveau d'abstraction supérieur, un modèle :

    • métalangage : système ou langage permettant de décrire d'autres langages ;
    • métalivre : livre à propos d'un livre ;
    • métadocumentation : documentation sur la documentation ;
    • métadonnée : donnée sur les données.

     Méta- est utilisé en chimie organique, dans la nomenclature des dérivés benzéniques, avec les préfixes ortho et para, comme dans le combustible solide métaldéhyde.

       Méta est également employé dans le domaine du jeu de rôle pour désigner une action basée sur des informations que le joueur possède, mais que son personnage n'est pas censé avoir."

       Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/M%C3%A9ta_%28pr%C3%A9fixe%29

       - Sur les méta-outils de nouveau :

       "Il y a outil et outil.

       Mais il s’agit là d’objets naturels utilisés tels quels, ou, au mieux, après une simple manipulation : des outils dits primaires.
        Les outils secondaires, eux, résultent d’un façonnage à l’aide d’un autre outil, parfois appelé, lui, méta-outil.  Un couteau de silex est un outil secondaire, créé en taillant une pierre avec un percuteur, lequel est "un outil à faire des outils", pour reprendre la formule du philosophe français Henri Bergson, également inventeur du terme Homo faber ("l’homme industrieux") pour caractériser cet aspect de la nature humaine.

       Car les Homininés sont, effectivement, les seules créatures, sur Terre, à atteindre ce stade.
    Les outils composites, enfin, constitués de plusieurs éléments (une pointe de silex emmanchée sur une hampe de bois, par exemple), ne sont connus que chez les espèces les plus ‘récentes’ du genre Homo."

       Source : http://www.hominides.com/html/references/les-premiers-outils-de-l-homme-0636.php

       Autre page du même site : http://www.hominides.com/html/dossiers/premier-outil-prehistoire.php

       "Les outils primaires
        Par outils primaires on entend les objets qui, sans transformation, sont utilisés comme outils. Ce sont donc des objets trouvés dans la nature, comme des pierres (pour taper), ou des feuilles (pour nettoyer ou essuyer).
        Difficile de retrouver ce type d'outil lors de fouilles ou même de le reconnaître : utilisé à l'état brut, il ne se différencie que très peu d'un objet naturel. Seules des traces d'usure peuvent laisser apercevoir son ancienne utilisation.
        Ces outils primaires sont fréquemment utilisés par des espèces animales (comme les chimpanzés par exemple).

        Les outils secondaires

        Les outils secondaires sont fabriqués avec l'aide d'un autre outil. Par exemple, une pierre utilisée comme percuteur qui permet de façonner une autre pierre et d'en faire un "couteau".
        Ces outils secondaires sont uniquement fabriqués par les hominidés.

       Les outils composites
        Les outils composites sont formés de plusieurs éléments qui forment un seul outil. C'est par exemple la fabrication d'un arc, d'une hache ou d'une sagaie.
        Ce type d'outil ne se retrouve que dans les évolutions "récentes" du genre Homo.

        Les "méta-outils"
        Un méta-outil est une notion plus complexe : c'est un outil qui permet l'amélioration d'un autre outil. Dans Les premiers outils (Pascal PICQ et Hélène ROCHE) les auteurs citent en exemple "le cas de la petite pierre que les chimpanzés de Bossou calent sous une pierre servant d'enclume afin de la stabiliser".

       - Les deux derniers textes témoignent d'une la limite incertaine de la notion même de méta-outils au cœur de l'argumentaire de Science et avenir... même si l'outil reste le domaine sans doute privilégié de la rupture évolutive de l'Homo d'avec les espèces vivantes actuelles.

       Pour un autre détour informatif : http://www.marbacum.fr/prehistoire-ste-anastasie

    Loutre habilis !

       Source : http://www.frawsy.com/mammiferes-marins-loutre-de-mer-a103307331

       

     

    « Sauver AREVA, EDF embarquéeOutils pré-homo d'au moins 3,3 Ma »