• OURS des CAVERNES, géant disparu.

     Ursus spelaeus, après 24 000 années d'absence. 

    OURS des CAVERNES, géant disparu.

       Au cœur du culte de l'ours, l'animal de cavernes... Source : http://www.notre-planete.info/actualites/actu_2504_homme_extinction_ours_caverne.php

       Les raisons invoquées par deux études scientifiques récentes et consécutives. Elles se recoupent. Le culte de l'ours aurait-il apporté sa pierre ?

        Hominidés en introduction offre son lot d'informations plus ou moins déjà communiquées par Marie CACHET. Nous avons retenu que la femelle était de plus petite taille que le mâle.  http://www.hominides.com/html/animaux-prehistoriques/ours-des-cavernes.php

     

    Des scientifiques européens ont découvert que l'extinction de l'ours des cavernes il y a près de 24 000 ans serait à imputer à l'expansion humaine, et non au changement climatique. Ils expliquaient que la compétition importante entre les hommes et les ours pour trouver de l'espace et un abri (notamment car les ours utilisaient les cavernes pendant les mois d'hibernation), a déclenché un déclin de la population des ours. Inversement, les ours brun ont survécu jusqu'à présent, car les cavernes ne constituent pas leur seul habitat. Les résultats ont été publiés dans la revue Molecular Biology and Evolution.
    
    Pour comprendre le déclin de la population des ours des cavernes (Ursus spelaeus) en Europe, une équipe de scientifiques, menée par le Dr Mathias Stiller de l'Institut Max Planck d'anthropologie évolutive en Allemagne, a étudié des séquences d'ADN (acide désoxyribonucléique) mitochondrial de 17 nouveaux échantillons de fossiles et les a comparé à celui de l'ours brun moderne (Ursus arctos). Les chercheurs ont découvert ces fossiles dans des dépôts en Sibérie (Russie), en Ukraine, en Europe centrale et en Galice, ainsi que dans la péninsule ibérique.
    
    Les scientifiques ont mené une analyse bayésienne de la probabilité statistique des séquences d'ADN et ont découvert que c'était le développement de l'homme, et non le changement climatique, qui serait responsable du déclin de l'ours des cavernes, une créature redoutable pesant en moyenne 500 kg.
    
    "Le déclin de la diversité génétique des ours des cavernes a débuté il y a 50 000 ans, bien plus tôt que ce que les études suggéraient, à une époque où aucun changement climatique ne s'est produit mais qui coïncide avec le début de l'expansion humaine", explique le Dr Aurora Grandal-D'Anglade, co-auteur de l'étude et chercheur à l'Institut en géologie de l'université de la Corogne en Espagne.
    
    Parallèlement, la datation des fossiles au radiocarbone a révélé que le déclin de la population d'ours des cavernes en Europe centrale a débuté il y a près de 35 000 ans, et a totalement disparu dans la plupart des régions il y a de cela 24 000 ans. L'ours des cavernes a cependant survécu pendant quelques milliers d'années supplémentaires dans certaines régions telles que le Nord-est de la Péninsule ibérique.
    
    Le Dr Grandal-D'Anglade explique que l'on peut attribuer l'extinction de l'espèce à l'expansion croissante des hommes et à la concurrence entre les hommes et les ours des cavernes pour trouver de l'espace vital et un abri.
    
    Les scientifiques ont également comparé l'ours des cavernes à son cousin, l'ours brun, en analysant 59 séquences d'ADN d'ours des cavernes datant de 60 000 à 24 000 ans en arrière, et 40 séquences de l'ours brun, datant de 80 000 ans en arrière à aujourd'hui.
    
    Ils en ont conclu que le changement climatique aurait probablement joué un rôle dans le déclin de l'ours des cavernes, dont la disparition définitive coïncide avec le dernier refroidissement du climat au cours du Pléistocène, il y a entre 25 000 et 18 000 ans. Les chercheurs suggèrent que cette fluctuation de température aurait provoqué une diminution des abris disponibles et de la végétation dont se nourrissaient les animaux ; en effet, l'ours des cavernes était principalement herbivore.
    Cependant, expliquaient les chercheurs, ce changement climatique et l'appauvrissement des écosystèmes naturels a été le véritable "coup de grâce" porté à l'ours des cavernes, qui connaissait "déjà un rapide déclin".
    
    L'ours brun moderne n'a pas connu le même destin malheureux et a survécu jusqu'à aujourd'hui car les cavernes ne constituent pas son unique habitat. "Les ours bruns se réfugient dans d'autres abris moins spécifiques pour l'hibernation", expliquait le Dr Grandal-D'Anglade. "En fait, on trouve peu de restes fossilisés de ces ours dans les cavernes."
    Référence
    
    Stiller, M. S., et al. (2010) Withering away - 25,000 years of genetic decline preceded cave bear extinction. Molecular Biology and Evolution. DOI: 10.1093/molbev/msq083.
    Source : notre-planete.info, http://www.notre-planete.info/actualites/actu_2504_homme_extinction_ours_caverne.php


    Des scientifiques européens ont découvert que l'extinction de l'ours des cavernes il y a près de 24 000 ans serait à imputer à l'expansion humaine, et non au changement climatique. Ils expliquaient que la compétition importante entre les hommes et les ours pour trouver de l'espace et un abri (notamment car les ours utilisaient les cavernes pendant les mois d'hibernation), a déclenché un déclin de la population des ours. Inversement, les ours brun ont survécu jusqu'à présent, car les cavernes ne constituent pas leur seul habitat. Les résultats ont été publiés dans la revue Molecular Biology and Evolution.
    Source : notre-planete.info, http://www.notre-planete.info/actualites/actu_2504_homme_extinction_ours_caverne.php
    L'expansion humaine responsable de l'extinction de l'ours des cavernes
    
    7 120 lectures / 10 commentaires09 septembre 2010, 15 h 00
    ours_caverne_craneCrâne d'ours des cavernes
    © Roberto Verzo
    
    Des scientifiques européens ont découvert que l'extinction de l'ours des cavernes il y a près de 24 000 ans serait à imputer à l'expansion humaine, et non au changement climatique. Ils expliquaient que la compétition importante entre les hommes et les ours pour trouver de l'espace et un abri (notamment car les ours utilisaient les cavernes pendant les mois d'hibernation), a déclenché un déclin de la population des ours. Inversement, les ours brun ont survécu jusqu'à présent, car les cavernes ne constituent pas leur seul habitat. Les résultats ont été publiés dans la revue Molecular Biology and Evolution.
    
    Pour comprendre le déclin de la population des ours des cavernes (Ursus spelaeus) en Europe, une équipe de scientifiques, menée par le Dr Mathias Stiller de l'Institut Max Planck d'anthropologie évolutive en Allemagne, a étudié des séquences d'ADN (acide désoxyribonucléique) mitochondrial de 17 nouveaux échantillons de fossiles et les a comparé à celui de l'ours brun moderne (Ursus arctos). Les chercheurs ont découvert ces fossiles dans des dépôts en Sibérie (Russie), en Ukraine, en Europe centrale et en Galice, ainsi que dans la péninsule ibérique.
    
    Les scientifiques ont mené une analyse bayésienne de la probabilité statistique des séquences d'ADN et ont découvert que c'était le développement de l'homme, et non le changement climatique, qui serait responsable du déclin de l'ours des cavernes, une créature redoutable pesant en moyenne 500 kg.
    
    "Le déclin de la diversité génétique des ours des cavernes a débuté il y a 50 000 ans, bien plus tôt que ce que les études suggéraient, à une époque où aucun changement climatique ne s'est produit mais qui coïncide avec le début de l'expansion humaine", explique le Dr Aurora Grandal-D'Anglade, co-auteur de l'étude et chercheur à l'Institut en géologie de l'université de la Corogne en Espagne.
    
    Parallèlement, la datation des fossiles au radiocarbone a révélé que le déclin de la population d'ours des cavernes en Europe centrale a débuté il y a près de 35 000 ans, et a totalement disparu dans la plupart des régions il y a de cela 24 000 ans. L'ours des cavernes a cependant survécu pendant quelques milliers d'années supplémentaires dans certaines régions telles que le Nord-est de la Péninsule ibérique.
    
    Le Dr Grandal-D'Anglade explique que l'on peut attribuer l'extinction de l'espèce à l'expansion croissante des hommes et à la concurrence entre les hommes et les ours des cavernes pour trouver de l'espace vital et un abri.
    
    Les scientifiques ont également comparé l'ours des cavernes à son cousin, l'ours brun, en analysant 59 séquences d'ADN d'ours des cavernes datant de 60 000 à 24 000 ans en arrière, et 40 séquences de l'ours brun, datant de 80 000 ans en arrière à aujourd'hui.
    
    Ils en ont conclu que le changement climatique aurait probablement joué un rôle dans le déclin de l'ours des cavernes, dont la disparition définitive coïncide avec le dernier refroidissement du climat au cours du Pléistocène, il y a entre 25 000 et 18 000 ans. Les chercheurs suggèrent que cette fluctuation de température aurait provoqué une diminution des abris disponibles et de la végétation dont se nourrissaient les animaux ; en effet, l'ours des cavernes était principalement herbivore.
    Cependant, expliquaient les chercheurs, ce changement climatique et l'appauvrissement des écosystèmes naturels a été le véritable "coup de grâce" porté à l'ours des cavernes, qui connaissait "déjà un rapide déclin".
    
    L'ours brun moderne n'a pas connu le même destin malheureux et a survécu jusqu'à aujourd'hui car les cavernes ne constituent pas son unique habitat. "Les ours bruns se réfugient dans d'autres abris moins spécifiques pour l'hibernation", expliquait le Dr Grandal-D'Anglade. "En fait, on trouve peu de restes fossilisés de ces ours dans les cavernes."
    Référence
    
    Stiller, M. S., et al. (2010) Withering away - 25,000 years of genetic decline preceded cave bear extinction. Molecular Biology and Evolution. DOI: 10.1093/molbev/msq083.
    Source : notre-planete.info, http://www.notre-planete.info/actualites/actu_2504_homme_extinction_ours_caverne.php

       "L'expansion humaine responsable de l'extinction de l'ours des cavernes", Notre-Planète-info, 9 septembre 2015.

       Des scientifiques européens ont découvert que l'extinction de l'ours des cavernes il y a près de 24 000 ans serait à imputer à l'expansion humaine, et non au changement climatique. Ils expliquent que la compétition importante entre les hommes et les ours pour trouver de l'espace et un abri (notamment car les ours utilisaient les cavernes pendant les mois d'hibernation), a déclenché un déclin de la population des ours. Inversement, les ours bruns ont survécu jusqu'à présent, car les cavernes ne constituent par leur seul habitat. Les résultats ont été publiés dans la revue Molecular Biology and Evolution.

       Pour comprendre le déclin de la population des ours des cavernes (Ursus spelaeus) en Europe, une équipe de scientifiques, menée par le Dr Mathias STILLER de l'Institut Max Planck d'anthropologie évolutive en Allemagne, en a étudié des séquences d'ADN (acide désoxyribonucléique) mitochondrial de 17 nouveaux échantillons de fossiles et les a comparé à celui de l'ours brun moderne (Ursus arctos). Les chercheurs ont découvert ces fossiles dans des dépôts en Sibérie (Russie), en Ukraine, en Europe centrale et en Galice, ainsi que dans la Péninsule ibérique.

       Les scientifiques ont mené une analyse bayésienne de la probabilité statistique des séquences d'ADN et ont découvert que c'était le développement de l'homme, et non le changement climatique, qui serait responsable du déclin de l'ours des cavernes, une créature redoutable pesant en moyenne 500 kg.

       "Le déclin de la diversité génétique des ours a débuté il y a 50 000 ans, bien plus tôt que ce les études suggéraient, à une époque où aucun changement climatique ne s'est produit mais qui coïncide avec le début de l'expansion humaine", explique le Dr Aurora GRANDAL-D'ANGLADE, co-auteur de l'étude et chercheur à l'Institut en géologie de l'université de la Corogne en Espagne.

       Parallèlement, la datation des fossiles au radiocarbone a révélé que le déclin de la population d'ours des cavernes en Europe centrale a débuté il y a près de 35 000 ans, et a totalement disparu dans la plupart des régions il y a de cela 24 000 ans. L'ours des cavernes a cependant survécu pendant quelques milliers d'années supplémentaires dans certaines régions telles que le Nord-est de la Péninsule ibérique.

       Le Dr Grandal-D'Anglade explique que l'on peut attribuer l'extinction de l'espèce à l'expansion croissante des hommes et à la concurrence entre les hommes et les ours des cavernes pour trouver de l'espace vital et un abri.

       Les scientifiques ont également comparé l'ours des cavernes à son cousin, l'ours brun, en analysant 59 séquences d'ADN d'ours des cavernes datant de 60 000 à 24 000 ans en arrière, et 40 séquences de l'ours brun, datant de 80 000  ans en arrière à aujourd'hui.

       Ils en ont conclu que le changement climatique aurait probablement joué un rôle dans le déclin de l'ours des cavernes, dont la disparition définitive coïncide avec le dernier refroidissement du climat au cours du Pléistocène, il y a entre 25 000 et 18 000 ans. Les chercheurs suggèrent que cette fluctuation de température aurait provoqué une diminution des abris disponibles et de la végétation dont se nourrissaient les animaux ; en effet, l'ours des cavernes était principalement herbivore.

       Cependant, expliquaient les chercheurs, ce changement climatique et l'appauvrissement des écosystèmes naturels a été le véritable "coup de grâce" porté à l'ours des cavernes, qui connaissait "déjà un rapide déclin".

       L'ours brun moderne n'a pas connu le même destin malheureux et a survécu jusqu'à aujourd'hui car les cavernes ne constituent pas son unique habitat. "Les ours bruns se réfugient dans d'autres abris moins spécifiques pour l'hibernation", expliquaient le Dr Grandal-D'Anglade. "En fait, on trouve peu de restes fossilisés de ces ours dans les cavernes."

       Référence : STILLER, M. S. et al (2010) "Withering away - 25,000 years of genetic decline preceded cave bear extinction". Molecular Biology and Evolution. (...)"

    Des scientifiques européens ont découvert que l'extinction de l'ours des cavernes il y a près de 24 000 ans serait à imputer à l'expansion humaine, et non au changement climatique. Ils expliquaient que la compétition importante entre les hommes et les ours pour trouver de l'espace et un abri (notamment car les ours utilisaient les cavernes pendant les mois d'hibernation), a déclenché un déclin de la population des ours. Inversement, les ours brun ont survécu jusqu'à présent, car les cavernes ne constituent pas leur seul habitat. Les résultats ont été publiés dans la revue Molecular Biology and Evolution.
    
    Pour comprendre le déclin de la population des ours des cavernes (Ursus spelaeus) en Europe, une équipe de scientifiques, menée par le Dr Mathias Stiller de l'Institut Max Planck d'anthropologie évolutive en Allemagne, a étudié des séquences d'ADN (acide désoxyribonucléique) mitochondrial de 17 nouveaux échantillons de fossiles et les a comparé à celui de l'ours brun moderne (Ursus arctos). Les chercheurs ont découvert ces fossiles dans des dépôts en Sibérie (Russie), en Ukraine, en Europe centrale et en Galice, ainsi que dans la péninsule ibérique.
    
    Les scientifiques ont mené une analyse bayésienne de la probabilité statistique des séquences d'ADN et ont découvert que c'était le développement de l'homme, et non le changement climatique, qui serait responsable du déclin de l'ours des cavernes, une créature redoutable pesant en moyenne 500 kg.
    Source : notre-planete.info, http://www.notre-planete.info/actualites/actu_2504_homme_extinction_ours_caverne.php

       Sources : http://www.notre-planete.info/actualites/actu_2504_homme_extinction_ours_caverne.php & http://mbe.oxfordjournals.org/content/27/5/975.short.

     

       "L’ours des cavernes, végétalien jusqu’à la mort", Le Monde Science et techno, Nathalie JOLLIEN (Le Temps), 01-09-2016.

       Cet ursidé s’est éteint il y a 25 000 ans, privé par le climat glaciaire des plantes qui constituaient sa nourriture exclusive.

       Un régime purement végétarien peut mener à l’extinction d’une espèce. En effet, l’ours des cavernes (Ursus spelaeus), depuis longtemps disparu, aurait été victime de l’inflexibilité de son régime alimentaire. C’est ce qu’indique une étude parue le 11 août dans le Journal of Quaternary Science.

       Cet ours géant, pouvant dépasser les 3,5 mètres de haut en position dressée, a vécu en Europe durant la dernière période glaciaire, il y a environ 400 000 ans. On estime que son extinction est survenue il y a 25 000 ans, mais les causes restent inconnues. Ce mystère a donné lieu à plusieurs spéculations. A-t-il subi une augmentation de la pression de chasse de la part des humains ? Un changement de température ou encore un manque de nourriture ?

       Un collectif international de scientifiques s’est intéressé au régime alimentaire de l’ancêtre de l’ours brun. "Nous voulions savoir s’il pouvait y avoir un rapport entre leur régime alimentaire et leur extinction" , indique dans un communiqué Hervé BOCHERENS, de l’université allemande de Tübingen, coauteur de l’étude, qui travaille sur cette hypothèse depuis les années 1990. Pour ce faire, les chercheurs ont examiné des os d’ours préhistoriques provenant de la grotte Goyet en Belgique. Le collagène de ces ossements et, plus précisément, leur composition isotopique ont été analysés.

       Canines moins développées

       S’il s’avère que les ours d’aujourd’hui sont omnivores, il semblerait que leurs homologues préhistoriques étaient beaucoup plus exclusifs. On savait déjà que, doté de canines moins développées que les molaires, l’ours des cavernes devait avoir un apport carné plus restreint que pour la majorité des ours. Mais les résultats de l’étude montrent qu’il était en fait complètement nul. "Comme le panda géant, l’ours des cavernes s’avère être complètement végétarien. Il était très inflexible en ce qui concerne sa nourriture, relève le bio-géologue (?). Nous supposons que cette alimentation déséquilibrée (!), en combinaison avec la diminution de la masse de plantes disponibles pendant la dernière période glaciaire, a conduit à l’extinction de l’ours des cavernes."

       Afin de consolider leur hypothèse, les chercheurs ont l’intention d’analyser davantage d’ossements provenant de différentes localités à travers l’Europe. Ils envisagent également d’effectuer des expériences sur des ours bruns modernes, en contrôlant leur alimentation."

       Source : http://www.lemonde.fr/paleontologie/article/2016/09/01/l-ours-des-cavernes-vegetalien-jusqu-a-la-mort_4991262_1650762.html

     

       Note : l'étude collective (2016)  s'est appuyé sur la proportion d'azote 15 (15N) dans les tissus.

    « Stanley KUBRICK (1928-1999)"LES PIERRES DE PLOUHINEC" »