• PETITS PROPRIÉTAIRES

     QUAND LES "CHANCEUX" TRINQUENT

    PETITS PROPRIÉTAIRES

       Hilarant, indépendamment de tout titre. Source : https://www.contrepoints.org/2017/10/09/300560-immobilier-nicolas-hulot-veut-punir-pauvres

     

      C'est l'histoire d'un mec..." Et de beaucoup d'autres. "Sans-dent", Français moyen", frais émoulu ou de longue date "nationalisé".

       Confiant ? Tout sourire ? Franchement intrépide ?

       Pourtant... la pierre !?

              L'avenir est... devant, pour certains plus que présent.

     

       "Bidonvilles verticaux... Vous êtes propriétaires d'un domaine immense..." Documentaire Propriétaires mais pauvres, Les oubliés de la crise du logement. Une définition de la propriété est ajoutée par l'éditeur. Source : https://www.youtube.com/watch?v=60yrZdq4D78

     

       C'est un documentaire qui prend son temps et qui exige de la patience, d'autant qu'il emprunte la voie trop classique et si peu objective de la compassion devant les cas vécus (profondément agaçante pour qui estime mériter neutralité, liberté d'affinités et de jugement par devant soi).

       Reste que la catastrophe se déroule, riche d'enseignement sur ces immeubles verticaux (barres et tours) conçus industriellement pour répondre à une crise française du logement (parmi d'autres nationales...), avec toutefois, il est nécessaire de le rappeler et de le considérer, des appartements d'origine et volontairement vastes, des équipements souvent généreux (grande salle de bain avec baignoire, larges baies vitrées, balcon... parfois filant, cave, matériaux nobles, etc.), témoins d'une ambition minimale et d'héritages constructifs (...ou de retards techniques !?).

       Comment ne pas dériver à la suite du visionnage, vers tous les programmes en cours de densification urbaine, dont l'éco-quartiers administrativement digéré, pluridiciplinairement managé (avec de super-professionnels) qu'est devenue cette aspiration collective spontanée - et certes marginale - d'un temps, se veut le modèle, les révisions récentes du code de l'urbanisme, la loi ANRU, etc. toujours plus chapeautés des divers et obligatoires plans de transition écologique dont on ne connaît encore que les balbutiantes contraintes inquiétantes, le tout arrosé de fiscalités très dirigées vers le "propriétaire", - résident prioritairement compris...

       C'est tout un blog qu'il faudrait ouvrir sur ce champ fort préoccupant où la propriété au sens juridique connaît des évolutions mal connues. Ce droit, si important pour les hérauts de la Révolution, est en prise à des attaques et remaniements de champ aussi variés qu'incessants (droit de préemption publique croissant par exemple) de telle sorte que les possibilités d'issues humaines au désastre rescendo qu'il peut représenter de nos jours (quelle que soit son opinion de fond sur ce que cette notion recouvre et implique) pourraient s'avérer définitivement bloquées (à se montrer trop bon citoyen, par exemple), tandis que la "démocratisation" de technologies domotiques et de "smart grid"  (organisation supérieure de connexions et ramifications de données individuelles et/ou groupées) laisse augurer de nouvelles dépendances et contrôles toujours plus opposées à l'une des qualités essentielles de la propriété : le domaine privé et personnel, soit un minimum (vital) de liberté (en contexte de sur-socialisation, pour le moins).

      Nota : Les associations et les personnes qui gravitent autour des co-propriétés dépassées par les frais de maintenance et de modernisation au coeur du documentaire nous semblent également dignes d'être mémorisées et questionnées.

      Et lire l'article au combien partisan et jouissif dans son genre d'Hashtable : https://www.contrepoints.org/2017/10/09/300560-immobilier-nicolas-hulot-veut-punir-pauvres

       Voir aussi : https://fr-fr.facebook.com/bhuphusis/videos/1139645699503492/

     

      # Au 15-02-2018, des nouvelles des USA, vibrillonnantes dans le domaine: https://leblogalupus.com/2018/02/15/proprietaire-en-berne-le-ponzi-immobilier-etats-unien-se-fragilise-les-rendements-du-tresor-americain-a-10-ans-progressent-a-2-92-alors-que-les-taux-hypothecaires-continuent-daugmenter/

      # Le 16-02-2018, par L’Échelle de Jacob : http://echelledejacob.blogspot.fr/2018/02/baisse-des-apl-et-des-loyers-les-hlm-se.html

       Autant de documents qui laissent augurer des transformations rapides du panorama de la propriété...

     

    PETITS PROPRIÉTAIRES

       Source : https://batinfo.com/actualite/le-cas-dun-immeuble-victime-de-lerosion-cotiere-devant-le-conseil-detat_9285

     

       Pour mémoire sur l'ANRU, EXTRAIT (ancien article du 19-12-2015 de Tsukeshoin, supprimé ce jour) :

       "(...) L’ANRU démolit beaucoup mais construit peu

       Sur le terrain, l’action de l’ANRU a été pointée du doigt, car on lui a reproché de démolir beaucoup et de construire très peu. Alors que le plan prévoyait 1 construction pour 1 démolition, ce rapport n’était par exemple que de 66% à la fin des années 2000.

       Par ailleurs, les conventions que l’ANRU passe et signe dans le cadre des "contrats de ville" lui permettent d’accompagner des investisseurs privés dans leurs projets immobiliers. L’agence peut participer au capital de sociétés privées aux côtés des collectivités et d’autres investisseurs. Un certain nombre de ces projets, qui impliquent des promoteurs, seront menés dans le cadre de sociétés d’économie mixte (SEM). Outre ses 5 milliards de budget, l’ANRU pourrait injecter jusqu’à 250 millions dans ces partenariats afin de provoquer des effets de levier a priori vertueux. A priori seulement, car les SEM qui favorisent le compagnonnage entre argent public et argent privé font régulièrement la Une des journaux dans la rubrique des faits frauduleux."

      Détail de l'Agence Nationale pour la Rénovation Urbaine (ANRU donc), gros BTP gagnant, quant aux habitants tristes témoins, quand ils restent :

       "Les magistrats de la rue Cambon y notent que la politique de la ville n’est pas parvenue à réduire la fracture urbaine entre le pays et des quartiers défavorisés où la proportion d’habitants sous le seuil de pauvreté ne cesse d’augmenter depuis une décennie. Un constat partagé par l’Observatoire national des zones urbaines sensibles (ONZUS) : il note qu’à la fin des années 2000, 32,4 % des habitants de ZUS vivaient sous le seuil de pauvreté, soit 3 fois plus qu’ailleurs !"

      Un article des Enquêtes du contribuable. http://www.lesenquetesducontribuable.fr/

      Source relayée par Gérard FOUCHER (Liberté Hebdo) : http://www.contrepoints.org/2015/12/19/233227-anru-la-renovation-urbaine-a-coups-de-milliards

     

       Pour archive : https://www.architectes.org/actualites/mal-logement-12-millions-de-personnes-fragilisees

     

    « L'ESPOIR FAIT VIVREWORKCAMPER »