• PROTEINES MON AMOUR... 08

     Colin T. CAMPBELL conseille, juge (induction et pratique).

    PROTEINES MON AMOUR...

    PROTEINES MON AMOUR... 08

       Après Michelle OBAMA (l'épouse du président des États-Unis s'affaire au potager avec des enfants pour les éduquer au bien-manger sous le crépitement des appareils photos), éclate une vue replète et convenue des aliments végétaux humains classiques (pas de noix et graines, mais des fruits et légumes à saturation dans la gamme vert-jaune-rouge violet, avec blanc). C'est haut en couleur et lustré. Végétaux et images frottés, récurés, calibrés... Ces vues peuvent s'avérer contre-productives. Trop, c'est trop ; trop, c'est nauséeux ; et reluisant, c'est faux en plus du reste ? (Je n'ose pas vérifier l'effet rétinien final avec les pubs Wébédia - Eklablog). Sources avec commentaires people en prime pour l'une : http://www.purepeople.com/article/michelle-obama-a-quatre-pattes-dans-la-terre-elle-rayonne_a149143/1 & pour l'autre, version bilingue : http://images.google.fr/imgres?imgurl=http%3A%2F%2Fwww.anglais5minutes.fr%2Fwp-content%2Fuploads%2F2014%2F11%2Ffiche-vocabulaire-anglais-fruits.jpg&imgrefurl=http%3A%2F%2Fwww.anglais5minutes.fr%2Ffiche-vocabulaire-anglais-fruits-legumes%2F&h=617&w=930&tbnid=LJrbGFG7Hq65lM%3A&docid=7fRAeH4TS3iZ5M&ei=vwyTV8GZJIPwUK3QvegE&tbm=isch&client=firefox-b-ab&iact=rc&uact=3&dur=616&page=2&start=20&ndsp=30&ved=0ahUKEwiB9Znq-IjOAhUDOBQKHS1oD00QMwh8KC4wLg&bih=767&biw=1353

        "Nous savons seulement que nous savons très peu et que, avec les connaissances, ce doute augmente." Cette citation elle aussi convenue, surtout dans la bouche de tout scientifique digne de ce nom, est empruntée à Colin T. CAMPBELL, dans son Enquête, et est attribuée à GOETHE (p. 367) .

       Nota : nous avons choisi le terme d'induction et non de déduction (par hypothèse) dans notre titre en lien avec la critique scientifique du Dr Édouard BROUSSALIAN (praticien homéopathe). Ce n'est une option ni close, ni assurée (en test et pour mémoire).

     

       Chaque argument de notre chercheur du jour est précieux. Il nous paraît important de donner encore la parole (très partielle, encouragement à le lire et signaler une relecture tronquée et évasive ici - je l'ai lu d'un coup en 2014) à Colin T. Campbell donc, pour le laisser décrire ses conclusions. Le domaine des protéines dont il dit s'être fait une sorte de spécialité acharnée, quasi biographique (fils de fermier éleveur qui plus est) à partir d'incohérences factuelles, n'en déborde pas moins de ses recherches... C'est toute l'alimentation dont il s'empare finalement, tandis que le savoir dans ce champ (la nutrition) regorge évidemment de points aveugles, de contradictions, de flottements. On verra donc à poursuivre un peu, beaucoup. Au regret de vous désintéresser, je me dois de faire un tour de la question (ça gigote d'ailleurs chez certains comme Vévé DODET) ! Avec quelques friandises (?) en fin de billet toutefois ! Amitiés.

     

       Dans un chapitre dénommé "Le gouvernement est-il au service de la population ?" de L'Enquête Campbell, initialement connue sous le titre Le Rapport Campbell (Ariane, 2013) ou The China Study (2006), Colin T. CAMPBELL s'interroge sur les mesures incitatrices du gouvernement, pour mieux revenir à ses moutons (protéines et régime santé).

    PROTEINES MON AMOUR... 09

    PROTEINES MON AMOUR... 09

    PROTEINES MON AMOUR... 09

    PROTEINES MON AMOUR... 09

       (5) WRIGHT J. D., KENNEDY-STEPHENSON J., WANG C. Y. et al "Trends in Intake of Energy and Macronutrients - United States, 1971 - 2000." Mobidity and mortality weekly report 53 (February 6, 2004) : 80-82.

      In L'Enquête Campbell, Les aliments qui tuent et ceux qui sauvent la vie, pp. 479-485.

     

       Notes :

       - La présidence OBAMA a-t-elle perpétué l'emprise industrielle sur les recommandations nutritionnelles officielles ? Enquête à poursuivre... Michelle OBAMA dans le potager laisse penser que l'anecdotique et/ou le périphérique sont au rendez-vous : aurait-elle besoin de faire ce qui est montré si le reste était fait, sachant que l'impact de sa démonstration est probablement plus favorable à l'aura du couple qu'à la mise en application populaire (ceci dit sans qu'aucune souscription à l'éducation populaire accompagne ma pensée, si je trouve révoltant l'encouragement implicite à la "merdre" alimentaire).

       Si "yes, we can", "let's move" now of course (sponsorisé par Nike ou Adidas) : http://www.letsmove.gov/

       - En France ? Quid du discours officiel et de ses dispositions. Pas assez de temps pour développer aujourd'hui et observer un peu les faits, mais nous avons déjà parcouru le problème à travers le prisme de la pyramide alimentaire. Et la lecture des menus de la cantine scolaire locale délivre qu'une dose de protéines parfois conséquente (davantage encore que les prescriptions légales à première vue) et applique la loi religieusement : sans calcul, ni savant ni simple (exclu de notre approche alimentaire, en vérité), des proportions et quantités servies aux repas enfantins, l'envie de dormir nous paraît la première conséquence de l'après-midi... A chaque problème, sa solution ? Les dits nouveaux rythmes scolaires qui ont adopté les activités péri-scolaires ont sans doute pris le cas à bras le corps... Mangez, petits, des "occupations" accessibles suivront.

       - "Dans les faits, seuls 5 à 6 % de protéines sont nécessaires pour remplacer celles qui sont rejetées régulièrement par le corps sous forme d'acides aminés. Cependant, au cours des cinquante dernières années, une quantité de 9 à 10 % a été recommandée pour s'assurer que la plupart des gens aient leur quota minimal de 5 à 6 %. Cette recommandation correspond à l'apport quotidien recommandé (AQR) bien connu (5).(...)" (page 483)

       Voici un chiffre net et précis ! Et pas balèze (ou balai-se) ! Un bilan chiffré sera tenté pour conclure notre épopée charnue !

     

     *

       Autres pages de Colin T. Campbell, certaines du Régime Campbell en sus...

       Avec une logique toujours aussi pragmatique et efficace, l'auteur passe par la redite du constat désastreux du système de soins de son pays, coûteux à tous points de vue (prix et résultats) et l'exposé des bienfaits d'une voie sans complication par l'alimentation A.E.O.V. (Aliments Entiers d'Origine Végétale). Extrait :

       "Les États-Unis dépensent plus d'argent par habitant en "soins de santé" que n'importe quel autre pays au monde. Pourtant, quand on compare la qualité de nos soins à celle des autres pays industrialisés, nous figurons presque au bas du classement.

       Notre pays est malade. Nos dépenses de santé ont beau être exorbitantes, nous ne sommes pas pour autant en meilleure santé. Pis, les taux de nombreuses maladies chroniques n'ont fait qu'augmenter avec le temps, et, si on se base sur des biomarqueurs de santé comme l'obésité, la diabète et l'hypertension, il semblerait qu'ils vont encore progresser. (...)

       Grâce aux médicaments et aux avancées chirurgicales, les taux de mortalité restent plus ou moins constants, en dépit de la progression des facteurs de risque (excepté pour le diabète dont le taux de mortalité a connu une augmentation stupéfiante de 29 % en Amérique du Nord entre 2007 et 2010 (4)). Mais les données montrent clairement qu'aucune de nos avancées médicales ne concerne la prévention primaire, et qu'aucune n'améliore réellement notre santé. Elles ne font pas baisser le taux de mortalité. Or, on paie le prix fort.

       Cela fait des années que le prix des médicaments prescrits sur ordonnance augmente plus rapidement que l'inflation. En avons-nous pour notre argent, d'après vous ? Réfléchissez-y à deux fois.

       Les effets secondaires des médicaments en question sont la troisième principale cause de mortalité, derrière les maladies cardiaques et le cancer. Oui, vous avez bien lu ! Les médicaments sur ordonnance font plus de victimes que les accidents de la route. Selon le Dr Barbara STARFIELD, citée dans le Journal of The American Medical Association en 2000, "les effets secondaires nocifs des médicaments" (administrés aux doses prescrites) tuent 106 000 personnes par an (5). Et ce chiffre n'inclut pas les overdoses accidentelles.

       Ajoutez-y les 7000 décès annuels dus aux erreurs de médication dans les hôpitaux, les 20 000 imputables aux erreurs autres que la médication (comme les opérations chirurgicales ratées, ou les appareils mal-programmés ou mal contrôlés), les 80 000 dus aux infections nosocomiales et les 2000 faisant suite à des interventions chirurgicales inutiles, et il semblerait bien que le voyage en ambulance toute sirène dehors soit la partie la moins dangereuse de l'expérience hospitalière (6).

       Pourtant, quand vous interrogez le gouvernement à ce sujet, il nie totalement les faits. Jetez un œil à cette page du site Internet des Centres pour le contrôle et la prévention des maladies concernant les principales causes de décès, reproduite en figure 1.1 (...).

       Rien ne vous étonne ? Pas un mot sur notre système médical, la troisième principale cause de décès aux États-Unis. L'admettre serait mauvais pour les affaires et, si le gouvernement américain ne se soucie que d'une chose ici, ce sont bien des intérêts économiques de l'establishment médical.

       Mais quand le système médical ne tue pas ? Les bienfaits apportés à des millions de personnes valent bien quelques centaines de milliers de morts par an, non ?

       Rendez-vous dans une maison de retraite ou un centre gériatrique et vous constaterez que le système dessert ceux qui en ont le plus besoin. Vous ressentirez la douleur physique et émotionnelle de personnes autrefois pleines de vie, qui souffrent inutilement d'affections et de maladies causées en grande partie par les cocktails de médicaments qu'elles avalent. Qui peut les blâmer ? Les médecins savent ce qu'ils font, n'est-ce pas ? Et combien de pubs pour des médicaments visant à faire diminuer leur taux de cholestérol sanguin, baisser leur glycémie ou augmenter leur libido ont-elles vues à la télé ?

    PROTEINES MON AMOUR... 09

    PROTEINES MON AMOUR... 09

    PROTEINES MON AMOUR... 09

       (4) International Diabetes Federation, "Morbidity and Morality, 3 août 2009, http:/www.idf.org/book/export/html/23040.

       (5) B. STARFIELD, "Is US Health Really the Best in The World ?", Journal of The American Medical Association 284, n° 4 (2000) : 483-85.

       (6) Ibid.

      In Le Régime Campbell, Pour une alimentation 100 % végétale, pp. 24-29.

     

       Notes :

       - "Nous avons été programmés pour rechercher et apprécier des aliments bons pour notre santé." (page 25) L'expression est curieuse, même si une optique naturaliste y souscrit volontiers. Elle verse dans une vision d’intentionnalité supérieure que certains appellent téléologique (avec généralement la critique d'un discours qui ne peut être scientifique du fait de ce recours). Elle pose en tout cas interrogation... Qu'est-ce qui permet d'affirmer que l'humain ait la capacité de distinguer ce qui est bon à manger pour lui. Où se trouve nos capacités humaines aptes à distinguer le bon grain de l'ivraie. La phrase laisse sur notre faim (et comme le souvenir du livre est un lointain et ne fut pas sensible à ce type de "justification")...

       # Dominique GUYAUX, invité de Thierry CASANOVAS donne une réponse audible à la curiosité de l'expression ! C'est le 22-07-2016 et nous y reviendrons devant la force de cette vidéo (encore une fois, grâce à Régénère) : https://www.youtube.com/watch?v=h3IkHN3nFhw

       - Description rapide de l'alimentation idéale pour l'humain : page 25 également. Végétaux, absence de surtranformation, et d'ajout de sucre, sel, d'huiles. Sans épiloguer sur l'ensemble décrit rapidement (céréales ou non, cuisson, etc. ?, c'est l'importance d'aliments le plus proche de l'état naturel qui est souligné), le cas des légumineuses et des haricots, pour l'occasion séparés, se voient attribuer une belle place. Nous y reviendrons plus loin.

     

    PROTEINES MON AMOUR... 09

    PROTEINES MON AMOUR... 09

    PROTEINES MON AMOUR... 09

       L'Enquête Campbell, Les aliments qui tuent et ceux qui sauvent la vie, pp. 360-365.

     

       Notes :

       - Prix des médicaments forts et en hausse croissante ? En France : http://www.lesechos.fr/industrie-services/pharmacie-sante/0211023548259-prix-des-medicaments-une-campagne-de-pub-de-medecins-du-monde-fait-polemique-2006028.php

       Que cela émane de Médecins du monde est curieux. Que les médicaments inondent le monde...

       - Colin T. Campbell anime un site internet doté d'une newsletter : http://nutritionstudies.org/?utm_source=Master%20List&utm_campaign=july16&utm_medium=email&utm_term=newsletter%20links

     

       On termine dans le piteux, toute enquête antérieurement envisagée risible ou dramatique !

    PROTEINES MON AMOUR... 09

     Source : http://americannews.com/michelle-obamas-face-to-be-plastered-all-over-fast-food-chain/ ou http://images.google.fr/imgres?imgurl=http%3A%2F%2Famericannews.com%2Fwp-content%2Fuploads%2F2014%2F07%2Fangry-meal.jpg&imgrefurl=http%3A%2F%2Famericannews.com%2Fmichelle-obamas-face-to-be-plastered-all-over-fast-food-chain%2F&h=360&w=475&tbnid=59acyfbSOFG0nM%3A&docid=cNNgBqOgDQC_dM&ei=lMWPV6XXF8P4aOmVrPAC&tbm=isch&client=firefox-b-ab&iact=rc&uact=3&dur=2135&page=1&start=0&ndsp=24&ved=0ahUKEwil8c3E2ILOAhVDPBoKHekKCy4QMwgfKAAwAA&bih=767&biw=1377

       Notes :

       - C'est pour sermonner le client ? Pas l'air heureux, Michelle !

       - Bientôt madame JUPPÉ sur le coca frenchy ? Madame HOLLANDE, qu'elle existe ou non, aura raté le coche. (Absurde et sinistre)

       Autres sarcasmes ?

      ENJOY PINK LADIES !

    PROTEINES MON AMOUR... 09

       Fruits et légumes transformés ou non ? Première dame itou ? Source : http://www.tvanouvelles.ca/2015/03/24/michelle-obama-chauve

     

       # Au 20-08-2016 relayé par Liberté hebdo ! (Gérard FOUCHER), le PNNS français est épinglé pilote abusif de recommandations publiques, et les graisses sont remises en question (encouragées plutôt que dénoncées / le plus grand flou règne sur ce thème, et nous en reparlerons de force dans notre périple protéique) : http://www.contrepoints.org/2013/02/06/113904-manger-bouger-12-ans-dechec-constant-des-politiques-publiques-de-prevention

    « PROTEINES MON AMOUR... 07PROTEINES MON AMOUR... 09 »