• (PROTEINES MON AMOUR...) FLASH RENTREE

     Du sensationnel, absolument. "Revivals" compris.

    Louve Menez Meur Keriadenn

       Grillage sur loup, seul (où est la meute ?), s'élançant énergiquement et comme irrémédiablement stupéfait de son enclos, domaine (public ! et touristique) du Menez Meur (29), août 2016. (Spectacle oppressant, insoutenable. De gros morceaux de viande fraîche donnés rythmiquement sauraient-ils effacer ce qui louche vers la torture.)

       C'est le treillis galva (ou inox...) qui va d'abord primer dans ce nouveau billet hors programme mais riche en protéines telles qu'on aime à se les figurer caricaturalement, à savoir musculaires, charnues et veinées. L'adrénaline va vite monter, de pair, jusqu'à l'apothéose, sagement achevée en écriture par John ZERZAN, parachevée de propos puissants tenus par Bernard CHARBONNEAU, auteur méconnu (inconnu pour moi), contemporain de Jacques ELLUL, autour de l'être humain, de la liberté...

      Linky, vous connaissez ? Pas encore assez, j'en suis certaine (dossier d'étude en cours ici, avant d'aller sur le terrain *. Josh DEL SOL arrimage premier). Prenez 15 minutes et continuez, lisez la suite !

       (Urgence oblige de déposer ma gangue d'effroi après visionnage et faciliter le rattrapage aux branches disponibles pour repartir sereinement. Les Pièces et Main d’œuvre viennent de faire paraître un excellent rapport de rencontre publique, à Mirepoix, à lire conjointement : http://www.piecesetmaindoeuvre.com/IMG/pdf/un_soir_a_mirepoix.pdf)

     

       Source : https://www.youtube.com/watch?v=zaZ_x3sLbkQ

       Relayé hier par le site Egalité & réconciliation (Alain SORAL) avec un court texte de qualité (interrogatif) : http://www.egaliteetreconciliation.fr/Les-smart-cities-futurs-camps-de-concentration-a-ciel-ouvert-41168.html

       Notes :

       - Chacun aura sûrement remarqué l'état des feuilles de la plante proche du compteur "intelligent" au passage... (grillées n'est pas exagéré, en plus des mouches blanches gloutonnes) tandis que l'architecte de ban, re-baignée en nature (campagnarde) très distante de l'écologie politique que je suis, veut expressément témoigner, main levée, que : ce que je sais des évolutions les plus récentes du cadre du métier ou des législations dites à vertes vertus convergent incroyablement avec le tableau donné... Se résume dans la vidéo ce que je conclus avec angoisse, sans avoir encore pu le formaliser, le représenter aussi clairement, trémolos dramaturgiques intégrés ou non. (Et "américaniéïté" de certains propos considérés - relation critique et populaire à l’État autre qu'en France, par exemple, surenchère et entrechoc du montage tout autant pris en compte, au 4 septembre, je tremble encore physiquement, plus encore en me remémorant Ségolène ROYAL empressée - avec mesure-s (ministre et mère des enfants du président de la République en place, situation sidérante de consanguinité du pouvoir par ailleurs...), je me réveille avec palpitation et je constate que je vais devoir revoir ma position. Approfondissement ou déviation pratico-pratique.)

       Ainsi la loi CAP, pour seul et symptomatique exemple ce jour, prévoit-elle que le seuil d'intervention obligatoire d'un architecte dans le cas d'un projet de petite construction privée, d'ores et déjà réduit de 170 m² de SHON à 150 (par ladite loi), est désormais ouvert à nouvelle modification, par simple décret (arrêt du droit de concevoir sa maison seul probablement en vue, et d'ailleurs très attendu par certains).

          - Christophe LERAY (découvert ce samedi 3 septembre, architecte semble-t-il) répertorie consciencieusement l'évolution dans les champs et bourgs et plus loin, en bâti urbain spécialisé : faire par soi-même (et pour soi-même ou pour ses proches et amis ou relations) serait-il en voie d'interdiction totale ?

    http://chroniques-architecture.com/chronique-pastorale-dete-dune-montagne-lautre/?utm_content=buffer1d55a&utm_medium=social&utm_source=facebook.com&utm_campaign=buffer

    http://chroniques-architecture.com/de-lintelligence-appliquee-aux-espaces-urbains/

       Et Christophe Leray, le même, défenseur de l'architecte... en effet souvent malin, pour ne pas dire intelligent et créatif, mais complice sinon responsable (coupable !?) de l'infâme dépossession par la norme et la bureaucratie, saupoudrée de rationalité et d'esthétique  ; segmentez et isolez-moi des racines et enjeux que je ne voie jamais mon œuvre, son sillon véritable et ses délits ! doucereusement siffloté devant l'écran animé du BIM : http://chroniques-architecture.com/la-densite-nest-pas-lennemi-du-bien/

       - Vous avez visité les éco-quartiers de votre ville ou banlieue, de votre côté ?

       Un exemple à Bordeaux, sous les bravos soyeux (du discret clapotis des mains cultivées) de la presse nationale spécialisée : n'est-elle pas belle l'architecture cocorico ?

    (PROTEINES MON AMOUR...) FLASH RENTREE

       Y a t-il un jardin et même une chambre à soi dans l'affaire, le quartier ? Comment se porteront les yeux aux midis caniculaires de l'été bordelais : lunettes noires impératives, prothèses encore et toujours ?  Ceci dit pour souligner de but... en blanc l'incompétence et les problèmes inévitables de choix raffinés et sectoriels (technologiques et bureaucratiques, industriels et politiques donc, sur fond économique pressuré) aussi experts à vocation généraliste et sensible soient-ils ! ETC.. Source : https://www.amc-archi.com/photos/96-logements-a-ginko-premier-ecoquartier-de-bordeaux-hessamfar-et-verons,5412/vue-d-ensemble-pignon-ouest-a.1

       [Promis, juré, si la guimbarde tient la route, on fera un reportage cet automne ou cet hiver du côté de notre capitale sur ce qui nous a déjà époustouflé par la hardiesse de sa densité bâtie (et le manque d'horizon des fenêtres des "habitacles", écran supplétifs, c'est vrai - j'oubliais !). Les éco-quartiers sont évidemment au programme de Rennes et sa Métropole (de son nom "communautaire"), bizarrement très proches des nombreuses autres ZACs en construction. L'effet écolo-socialiste régnant sans doute... L'acte et la manière poussés.]

       - Vous pensiez que l'architecte voulait concevoir le moindre espace, rafler tous les projets, redessiner votre cocon, votre foyer selon les normes, les siennes (artistiques !), celles des industriels (écrasantes) et celles des vertes tirades politiques (très très idéologiques, et tyranniques) ? Jackpot ? Prière de ne pas en faire une tête de Turc, déjà courante ! (notable Faut-il pendre les architectes ? Philippe TRETIACK) Derrière lui, elle, eux, c'est tout une humanité qui s'excite et s'épuise. Une humanité qui nous ressemble à tous, - occidentaux prem's ?, soucieux de contrôle et de maîtrise, une humanité parfois (encore) belle, le plus souvent peureuse, cul par dessus tête (le poids de cette dernière pleine de raison résonnante), anormalement intéressée au profit (que le plaisir mal ajusté redouble, triple, jamais ne s'achève), qui accepte (supporte, tolère) très curieusement son essence et son milieu principiel (Nature moi, mon hôte, mon autre, mon ennemi).

       - Le camp dit de la Jungle à Calais, parfaitement actuel, doit certainement être rapproché de nos smart cities... Vu du ciel, tout est si moderne (Louis XIV et son temps aimaient aussi beaucoup Versailles vu d'oiseau : http://www.francetvinfo.fr/france/nord-pas-de-calais/migrants-a-calais/video-l-extension-de-la-jungle-de-calais-vue-du-ciel_1810829.html

       Deux autres morceaux de choix, de complément majeur, nous apparaissent et nous soutiennent profondément (qu'il en soit de même pour vous), d'une actualité vive (en dépit de la date du deuxième texte), émanant du site Les Crises (Oliver BERRUYER) moins polémique et plus scrupuleux (en terme de provocation) que le premier (Soral étant le pestiféré des médias, là où chacun jouira de ses névroses).

       Merci à tous ces lieux dématérialisés et néanmoins informatifs .

       A lire attentivement, avec un temps en vérité bien supérieur à 15 minutes (effet accrocheur hein !)

       http://www.les-crises.fr/un-mot-sur-la-civilisation-et-leffondrement-par-john-zerzan/

    http://www.les-crises.fr/du-liberalisme-au-fascisme-le-developpement-totalitaire-de-la-civilisation-par-bernard-charbonneau/

     

       Enfin les Pièces et Main d’œuvre en excellente mise au point (rare de simple explication pour ceux qui veulent les mieux connaître, abandonnant leur rigidité défensive ordinaire) :

     

       Et, décidément, très long mais par trop nécessaire : BHU vient de mettre en ligne une nouvelle vidéo avec Francis COUSIN qui précise notre fameuse humanité première, primordiale (à sa manière, sa vision). Quand l'avenir est enfin ouvert... sans travestissement de la vie.

     

        Source : https://www.youtube.com/watch?v=zMba-PHiFjA

     

       Notes :

       - Francis COUSIN est ici sans agressivité ni détestation aucune (calme inconnu... appréciable), sans trop de connivence de pensée non plus avec son hôte (cela lui arrive fréquemment sur Radio Courtoisie, et la répression des Chouans, par exemple - vite catégorisante politiquement - peut être sue). Lui qui sait envisager la désertion voire la destruction des villes concentrationnaires en voie de finalisation... [J'aime encore et sans doute pour toujours les villes d'hier, faites de main d'homme et imbibées de présences, de vies passées, d'us actifs (d'où peut-être l'émerveillement, en plus d'un goût évident pour l'absence de "programme" urbain hyper-maîtrisé dont la seule surprise ne peut venir que d'une volonté de surprendre, rendant définitivement spectateur) quoique mon regard ait méchamment viré depuis quelques années, décelant l'indigence, les intentions et réalisations constructives abreuvées de survie/soumission en monde d'argent. Les labyrinthes déçoivent par trop, et la quête est de plus en plus penaude. La ville de Douarnenez, son "centre" notamment, trop vite parcourus fin août cependant, pouvant témoigner cette douloureuse impression].

       - Quelques transcriptions des propos clés pour le jour :

       - Bernard LASSALLE (l'animateur radio) : Reconstruction idéalisée. Moment indivis : nostalgie ? Pensée idéaliste, irénisme ? Quid par rapport aux présupposés besoins/nécessités de territoire, de hiérarchie.

       - 18:00 - "La communauté n'est pas un paradis, la communauté permet simplement que les contradictions jamais ne parviennent à l'autonomie. Pourquoi dans la communauté, il n'y a pas d'argent, il n'y a pas d'aliénation, il n'y a pas de pouvoir, même s'il y a des conflits ? (...) Parce que jamais la contradiction ne peut s'autonomiser et scinder le groupe, et qu'il n'y a jamais cette gigantesque névrose de chefferie."

       "Il faut faire une critique radicale de l’éthologie, (...) des pensées qui ont cru qu'il y avait en l'homme une soif de pouvoir. Il y a en l'homme une soif de pouvoir quand dans un espace social déjà scindé, l'espace qui permet à la soif de pouvoir d'apparaître."

       - Franciscains, Dominicains, témoignages. Délégation de pouvoir ponctuelles observées (avec... incrédulité). 

       - De la tri-fonctionnalité de Georges DUMEZIL (vers 20:00). Uni-fonctionnalité initiale.

       - "Il y a une différence fondamentale entre la communauté et la société." Voir Ferdinand TÖNNIES, auteur de Communauté et Société (1887) ajoute (B.L.)...

       - "Le seul projet humain, ce n'est bien évidemment pas de repartir sur la communauté archaïque, préhistorique, ça n'a pas de sens. Il s'agit de comprendre qu'aujourd'hui, dans le cadre de cette gigantesque crise généralisée de la forme marchandise totalitaire qui s'étend sur le monde par la dictature démocratique du profit, il n'y a qu'une seule issue. Ou le chaos infini dans la reproduction sans fin de la marchandise de la société, de la civilisation, ou l'émergence d'une communauté émancipée qui retrouve le sacral, la volupté de l'essentiel, et donc la transparence des hommes."

        - "Ce sont des communautés contre l’État. (...) MARX, CLASTRES. Pas de manque (d’État) trop souvent latent dans l'expression communautés sans État. Choix délibéré (et sans doute veillé, j'ajoute).

       - "Travailler c'est produire pour l'échange. Dans la communauté, l'homme ne travaille pas, il produit pour le groupe. En produisant sa production, il produit la joie communautaire qui fait qu'il n'y a pas d'angoisse, pas d'anxiété. (...) Dans les communautés primitives, il n'y a pas d'angoisse, pas de suicide. (...) L'homme n'est pas séparé de l'homme."

       - La question de fond apparaît de plus en plus clairement, centrée sur la scission, la séparation, la distance, la frontière, et la hiérarchie qui en surgit souvent immédiatement. Francis Cousin sait entraîner vers un idéal, sans échapper lui-même au siège dans la coupure, la distinction (double sens), le jugement... A continuer !

     

       Pour se requinquer, Nicolas PEZERIL brasse le concret et c'est à suivre.

     

       # Le 17-06-2017, sous prétexte de survie, la ville érigée salvatrice. Et la campagne ? : https://www.weforum.org/agenda/2017/06/as-nation-states-falter-cities-are-stepping-up

     

       # Le 21-06-2017 : L'architecture de la densité toujours plus récompensée : http://www.architectes.org/actualites/prix-et-recompenses-2017-de-l-academie-d-architecture

     

       Nota : La vidéo qui fit l'initiative de ce billet a disparu. C'est fort regrettable. Elle était paroxystique mais à nos yeux très lucide. Peut-être la retrouverons-nous. Elle a valeur de document inestimable, aussi radicale et affreuse était-elle.

     

    « PROTÉINES MON AMOUR... 16N(PK)... ET NICOLAS PEZERIL, VERT »