•  CERVEAU "MORT", BON POUR LE DON DU RESTE.


       L'alimentation sanguine n'est plus visible... Source : http://slideplayer.fr/slide/483233/

       Un deux, trois, partez ! (En hôpiteux ET en claniques ! Il bat de soies.)

     

       Temps de "viabilité" des principaux organes humains transplantables :

       CŒUR : 4 à 6 heures / FOIE : Jusqu'à 12 h / REINS : jusqu'à 48 heures.

       POUMONS ? PANCRÉAS ? INTESTINS ?

       Tissus, artères, tendons, os, ligaments, cornée de l’œil (également concernés, "convoités" ? - tendancieux, bis repetitae) La peau aussi. (Si tout est bon, que va-t-on rendre aux "proches" pour le dernier voyage...)

       Morceaux de choix ou humbles surfaces, désormais plus disponibles et plus... frais (je veux dire souriants, de bonne composition), la pression va monter au chevet des malades et dans les services spécialisés des hôpiteux et des claniques (oui, facile et mesquin !).

      De vieilles personnes s'inquiétaient déjà d'aller se faire soigner, de crainte de ne jamais "en" revenir ?, nous rapportait le docteur Nicole DELÉPINE, alertée dès l'amont par le contenu de la loi Santé de Marisol TOURAINE, ministre des "Affaires sociales". Chacun, dès ce 1er janvier péremptoirement "présumé donneur" (de fait, sauf indication de refus connue, de préférence formelle), - à son corps défendant ? (comme c'est drôle) -, pourra désormais se demander où son faux-pas, sa mauvaise fortune sanitaire pourront le conduire, pardon : le grandir en sa générosité infinie.

       L'arsenal législatif a entériné sa doctrine et relégué l'usage courant à tendance circonspecte pour se montrer désormais prêt à fonctionner diligemment, et massivement (à plein régime !). Pour provoquer de nouvelles mœurs et enrichir la sémantique du don en supplément (attendu ?)... Toujours plus belle la vie sous les hospices de la société post-moderne, française en l'occurrence. Le mourant est une richesse de plus. Un cadeau. "Alouette..."

       [La rareté et la peur de manquer (Étienne CHOUARD mais aussi, à notre connaissance et dans un registre plus psychologique, Isabelle FILLIOZAT) instrumentalisées par le capitalisme et les pouvoirs trouvent-elles ici une étape d'habituation ? Ou un doux commerce d'auto-sédation nationale par le biais de l'une de ses méga-structures monopolistiques - la santé publique ? Tandis que les bistouris et les objets technologiques y trouveront un laboratoire expérimental doublé d'un réservoir de cobayes miraculeux et clairement domestiqué - docilisés. On refait le coup de la nausée ? Nous sommes encore le premier jour de l'année et notre engorgement est sévère.]

       Texte de vulgarisation sur la loi : https://www.agence-biomedecine.fr/IMG/pdf/brochureloinov2016.pdf

     

    Lire la suite...


  •  Goût de la viande, "gRande" santé : grand air ? Rrrr !

       ForeBears (2013), film de Marie CACHET et Varg VIKERNES. Source : https://www.youtube.com/watch?v=Syir5-5u2UA

       Neandertal comme inspirateur. Reconstitution a priori simple et directe. Pas de morphologie humaine maquillée, travaillée, pas de pâture sémantique. Un intérieur sombre, des occupations prosaïques. Plus tard un oiseau prisonnier, un homme au sol. Près d'une arme à feu. Des gestes, chemins de retour, des gens, homme seul, femme et enfants. Et des paysages variés, urbains, routiers, ou naturels. Ouverts, célestes, élémentaires, ils se montrent vibrants, habités (et riches d'une viande dont on sent le fumet et palpe le fondant). Le crâne pigmenté de rouge d'un Néandertalien accompagne un garçonnet... Énigmatique. Envoûtant.

     

    Lire la suite...


  •  Bleui, boursouflé : bras-cassé, c'est ici !

    COUP DUR ! BROCHEE DU BRAS...

       Tiroir-caisse sous la sébile ? Non, casier à cartes (jeu de). Source : http://jeux-anciens.fr/categorie/jeux-divers/

       Trop con, si vite arrivé, on est rien... Allez, un signe du destin, un agglomérat de micro-événements qui indiquent quelque chose ?

       Plus concrètement, les doubles broches qui traversent mes os ne sont-ils pas des corps étrangers, de surcroît métalliques, qui risquent d'engendrer d'autres phénomènes que ceux tant aimés (la régénération) ?

       Vous attendre à l'absence.

     

    Lire la suite...


  •  UN ARTICLE ENGAGÉ ET TRÈS NOURRI.

    Livèche Keriadenn 2016

        Livèche toujours, graines mûrissantes. Le ciel est celui de la tombée de la nuit. Août 2016.

     

        A suivre, l'intégralité promise (et surlignée à notre sauce, illustrations pour certaines modifiées) des propos de Michael BLUEJAY, grâce à Pauline de Douce frugalité : https://doucefrugalite.com/2015/12/06/proteines2/

      Nous venons d'acquérir Le Régime 80/10/10 de Douglas N. GRAHAM, récemment traduit en français aux éditions Myriade (d'un catalogue stimulant : Jean-Pierre LEPRI, Dr Michel ODENT, par exemple). Un rapide feuilletage laisse penser que nombre d'arguments mis en avant par Michael Bluejay y sont particulièrement fournis, argumentés, et plus encore authentifiés...

       Les protéines ne vont donc pas nous lâcher comme cela ! Au profit d'une sorte de paix désormais envisageable à l'issue du périple ? Vivement la fin, et santé pour tenir d'ici là ! Cheese ? Cheers !

    Lire la suite...


  •  ACQUIS D’ÉTAPE ? Baluchon aux vents.

    Céleri Keriadenn 2016

       Sur fond de ciel orageux, livèche (Levisticum officinale) en fleur. Été 2016.

       Les billets sur les protéines se succèdent facilement, enflant leur nombre, au diapason d'un sujet costaud, initié en 1839 par Gerhard MULDER (en 1838-1839 selon Colin T. CAMPBELL et Wikipédia). Un bilan d'étape nous semble intéressant maintenant que beaucoup de données majeures ont été parcourues et que d'autres, complémentaires pour certaines, franchement contradictoires pour d'autres, sont prévues concourir à la thématique (sans exhaustivité, et avec une scientificité aussi baladine que sérieuse par son interrogation active au moins, celle qui est aujourd'hui déniée au commun ?, et qui mènerait au "bon sens" ?).

     

    Lire la suite...


  •  Feuilles vertes, amours tout entières...

       Éviterait-on de grignoter les nervures principales de la feuille ? "Pendant l’été, le 16 juillet 2013, nous trouvons une chenille de la même espèce [chenilles de la Bucéphale, Phalera bucephala, un papillon de nuit (famille des Notodontidae)], mais plus grosse, 6 cm de long, à Sainte Hélène du Lac, en train de se nourrir sur une feuille d’Aulne. La chenille peut se rencontrer sur de nombreux arbres et arbustes à feuilles caduques (bouleau, noisetier, chêne, hêtre, tremble…). Source : http://groupenaturefaverges.over-blog.fr/tag/papillons/

        Note :

       Protéines foliaires, protéines foliaires... Salade, mâche, cresson, ou encore choux : kale, rouge, vert... Fanes ? Algues !? Les prospections de Claude COSTES et ses amis, François COUPLAN bon entendeur penché sur les ressources inouïes des plantes sauvages - cuisinées le plus souvent, sont aujourd'hui doublés par les tendances du "manger sain" et surtout la mouvance crudivore "verdurienne" (pur néologisme Tsukeshoin !).

     

    Lire la suite...


  •  Protéines foliaires, Claude COSTES et al..

       Un livre de scientifiques (science appliquée) de référence pour François COUPLAN.

       Pas toujours limpide pour le novice, de nombreuses pages et énoncés permettent cependant d'entrer dans l'enthousiasme de l'ethno-botaniste français François Couplan, de connaître un peu mieux nos fameuses protéines... Et d'envisager une diversification alimentaire originale ?

     

    Lire la suite...


  •  La Nature nous sauvera, François COUPLAN

    PROTEINES MON AMOUR... 10

       Édition de 2008. Ce livre ne se lâche pas ! Enthousiasmant tout simplement.

       Si nous avons annoncé que François COUPLAN, d'être monté sur le ring des protéines, courageusement ou par simple logique (de parler alimentation), n'en sortait pas indemne, avec France GUILLAIN et Colin T. CAMPBELL et tant d'autres (preuves à l'appui à la suite), il ouvre ici grand, pionnier médiatique ?, la porte de la verdure... de la feuille irriguée de soleil, et de la sauvage, "pure et dure", plus encore.

     

    Lire la suite...


  •  Légumineuses, céréales tout comme il faut ?

    Légumineuses, céréales

       "A quoi ressemble ces assiettes végétariennes que je ne vous montre pas d'habitude ? Celle d'aujourd'hui était presque exemplaire : une crudité (tomate), un légume cuit (champignons à l'ail et carottes), une céréale (millet pilaf aux épices) et une légumineuse (lentilles vertes du Puy)." Blog d'Anne BRUNNER : http://blogbio.canalblog.com/archives/2005/11/14/996152.html

       Grâce à Alexandre HUMBERT et sa lettre d'actualité ouverte à Audrey RAMAMONJY, voici un point crucial sur ces fameux aliments sensés remplacer avantageusement les protéines animales pour bien des végétariens, végétaliens et végans. L'argument de France GUILLAIN en prend aussi un coup... ceux de François COUPLAN, - nous y reviendrons -, Colin T. Campbell dans la foulée, aussi (qui sait se "venger" en réglant leur sort aux complémentations !). Face à la cognée, une riposte existe cependant, qui réajuste l'effet délétère, études scientifiques à l'appui.C'est au moins le cas avec le Dr Laurence FROIDEVAUX, dans son blog Phantastique.

       S'aventurer en "protéinie" est proche du ring (d'où l'irruption gentiment hors-sujet mais de soutenu rattrapage politico-médiatique de Greg TABIBIAN il y a peu, humoriste sensible à la cause animale et plus sûrement encore aux employés d'abattoirs, à l'exploitation et au "salopage" façon large spectre de vies, en plus de la connerie magistrale - cf Méta-TV de mars 2015). Plutôt grossier, notre retour discursif aussi ! Passager ! Scusi !

     

     

    Lire la suite...





    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique