• Pommes / Keriadenn

       Pommes de la variété (en attente) (hiver 2015-16)

    Lire la suite...


  •  "Mon beau navire (...) sous la misaine,

     et les oiseaux qui tombent et la mer qui se lève.

      Le vent, la mer. J'ai tout eu."

    Lire la suite...


  • Boticelli

       La Naissance de Vénus, Sandro BOTTICELLI - vers 1485, Galerie desOffices de Florence.

       Source : https://maitrerenardinfo.wordpress.com/2012/11/14/nouvelles-la-chevelure-de-maupassant-12/

     

       Des levures appelée Malassezia interviennent. Elles prolifèrent quand l'équilibre est rompu sous diverses agressions (internes, comme le stress, la balance hormonale, l'hygiène alimentaire et/ou externes, comme l'humidité, certains produits ou traitements allopathiques, l'eau calcaire) en provoquant une hyper-desquamation. Le cercle vicieux est vite entretenu.

       Source : http://www.laroche-posay.fr/article/pellicules/a817.aspx

       Note :

       Quelque chose me dit que quelques poux se régaleront, eux, d'un contexte particulier... irréductible à une classe enfantine infestée. Ne pas oublier l'incroyable effet du remède homéopathique Staphysagria ou Staphisaigre.

     

    Lire la suite...


  •    "L'homme, maître et esclave de ses microbes", Soline ROY, Le Figaro, le 11-12-2015.

     

    Lire la suite...


  •  Le savant transit du repas

    Lire la suite...


  •  Viande, végétaux dont céréales

    Art pariétal

    Lascaux

       Pas de référence pour cette exquise fresque ? Source : http://www.litobox.com/regime-paleo. La grotte de Lascaux (extrait) paraît la bonne : https://fr.wikipedia.org/wiki/Grotte_de_Lascaux

       Le même site LitoBox indique en plus du détail des aliments "autorisés" ou à "bannir" pour appliquer le régime dit "paléo", les règles admises en terme d'évolution de l'ADN. Précieux et espérons, vrai (par rapport aux conclusions théoriques existantes).

       Sur une période d'1 million d'années, il serait admis 0,05 % de mutation spontanée, soit 0,05 % par 100 000 ans.

     

    Ce mode alimentaire part du principe que génétiquement l’homme d’aujourd’hui est très proche de nos ancêtres du Paléolithique. Le pourcentage de mutation spontanée de l’ADN étant de 0.5 % par million d’années, depuis la fin du Paléolithique il y a 10 000 ans , nos gènes ont changés de l’ordre de 0.005 %[1]. Nos gênes sont donc quasiment similaires et seul notre alimentation a profondément changée avec la révolution agricole du Néolithique. L’homme moderne serait donc plus adapté au régime Paléolithique. Ce régime serait même meilleur pour sa santé que l’alimentation moderne d’aujourd’hui[2]. Le régime Paléolithique consiste à consommer principalement du poisson, de la viande, des œufs, des légumes, des fruits, des champignons, des racines, des fruits à coque et il exclut les céréales, les légumineuses, les produits laitiers, le sucre et certaines huiles.

    En savoir plus : http://www.litobox.com/regime-paleo

    Ce mode alimentaire part du principe que génétiquement l’homme d’aujourd’hui est très proche de nos ancêtres du Paléolithique. Le pourcentage de mutation spontanée de l’ADN étant de 0.5 % par million d’années, depuis la fin du Paléolithique il y a 10 000 ans , nos gènes ont changés de l’ordre de 0.005 %[1]. Nos gênes sont donc quasiment similaires et seul notre alimentation a profondément changée avec la révolution agricole du Néolithique. L’homme moderne serait donc plus adapté au régime Paléolithique. Ce régime serait même meilleur pour sa santé que l’alimentation moderne d’aujourd’hui[2]. Le régime Paléolithique consiste à consommer principalement du poisson, de la viande, des œufs, des légumes, des fruits, des champignons, des racines, des fruits à coque et il exclut les céréales, les légumineuses, les produits laitiers, le sucre et certaines huiles.

    En savoir plus : http://www.litobox.com/regime-paleo
    Ce mode alimentaire part du principe que génétiquement l’homme d’aujourd’hui est très proche de nos ancêtres du Paléolithique. Le pourcentage de mutation spontanée de l’ADN étant de 0.5 % par million d’années, depuis la fin du Paléolithique il y a 10 000 ans , nos gènes ont changés de l’ordre de 0.005 %[1]. Nos gênes sont donc quasiment similaires et seul notre alimentation a profondément changée avec la révolution agricole du Néolithique. L’homme moderne serait donc plus adapté au régime Paléolithique. Ce régime serait même meilleur pour sa santé que l’alimentation moderne d’aujourd’hui[2]. Le régime Paléolithique consiste à consommer principalement du poisson, de la viande, des œufs, des légumes, des fruits, des champignons, des racines, des fruits à coque et il exclut les céréales, les légumineuses, les produits laitiers, le sucre et certaines huiles.

    En savoir plus : http://www.litobox.com/regime-paleo

    Ce mode alimentaire part du principe que génétiquement l’homme d’aujourd’hui est très proche de nos ancêtres du Paléolithique. Le pourcentage de mutation spontanée de l’ADN étant de 0.5 % par million d’années, depuis la fin du Paléolithique il y a 10 000 ans , nos gènes ont changés de l’ordre de 0.005 %[1]. Nos gênes sont donc quasiment similaires et seul notre alimentation a profondément changée avec la révolution agricole du Néolithique. L’homme moderne serait donc plus adapté au régime Paléolithique. Ce régime serait même meilleur pour sa santé que l’alimentation moderne d’aujourd’hui[2]. Le régime Paléolithique consiste à consommer principalement du poisson, de la viande, des œufs, des légumes, des fruits, des champignons, des racines, des fruits à coque et il exclut les céréales, les légumineuses, les produits laitiers, le sucre et certaines huiles.

    En savoir plus : http://www.litobox.com/regime-paleo

    Lire la suite...


  •  Infos à lire tranquillement

    Lire la suite...





    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique