• Quest-ce que la VIE / SUING (2016)

     DARWIN, MARX, GOULD... & les gènes, l'épigénétique...

    Quest-ce que la VIE / SUING (2016)

       Source : http://editionsdelga.fr/portfolio/suing/

     

       Note : Voilà une découverte web du 18 avril 2016. IMPORTANTE ! IMPORTANTE ! Qu'on se le dise !

       Vidéos :

       http://www.dailymotion.com/video/x41m93i_guillaume-suing-la-dialectique-de-l-evolution-1_school

       http://www.dailymotion.com/video/x41m9um

     

       Notes à la volée de la fin de la première vidéo :

       - L'évolution (des espèces) comme résultat paradoxal d'une stratégie d'auto-conservation. En plein Tao ?

      -  L'espèce humaine étant le comble de ce "mécanisme"... La Triade du Tao ?

       - La "matière" vivante !? Le matérialisme à tout crin !

       Avec un peu de distance :

       - Le discours du scientifique sur son propre monde permet de révéler les passions, les heurts et les erreurs qui travaillent ce dernier, notamment les phénomènes de modes, de ralliements et d'oppositions où le nombre (la majorité) et l'opinion sont à l’œuvre, relevant guère de la scientificité !

       (Se référer à Marc HENRY, sur la marche des sciences par sauts ou changements de paradigme, selon Thomas KUHN.)

       - La proposition de Guillaume SUING est galvanisante ! Simple, et même banale en un sens, ramassant grâce au paradoxe les deux tendances vitales (demeurer, changer), elle illumine d'un jour nouveau et pragmatique non seulement les théories de l'évolution, mais tout regard sur la nature, trop souvent bêtement crispé sur une conception.

       Changer pour ne pas changer...

       Ne pas changer comme priorité implicite ?

       - Thierry CASASNOVAS présente en ce moment une série sur le jeûne et semble avoir mené une enquête approfondie sur le thème. A mettre en perspective ?! L'homéostasie, mais aussi l'hormèse (à 4:00 mn de "Ces miracles que le jeûne fait dans l'organisme", Régénère 23-04-2016) entrent parfaitement dans le binôme asymétrique de la proposition Suing, toute proportion gardée, puisque l'échelle d'une vie individuelle n'est pas celle de celle d'une espèce vivante, toute catégorie gardée (choux et pommes de terre incomparables !). Le parallèle n'en est pas moins tentant et carrément stimulant.

       Thierry Casasnovas fait généralement référence à Claude BERNARD pour sa définition de l'homéostasie. D'autres protagonistes ont œuvré à la notion, comme  Walter Bradford CANNON : http://www.leconflit.com/article-de-l-homeostasie-58061784.html

       Loi de l'HOMÉOSTASIE :  "Tout système laissé à lui-même en l’absence de perturbation extérieure revient spontanément au bout d’un certain temps à son état d’équilibre (qui est un état de pleine santé, de joie, et d’abondance, si on revient à l'humain), ceci au travers de multiples processus régulateurs." Source : http://regenere.org/vos-questions/physiologie/les-bases/12-qu-est-ce-que-la-loi-de-l-homeostasie.html

       HORMÈSE : "capacité pour un organisme à répondre à un stress de faible intensité", Thierry Casasnovas.

       Wikipédia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Horm%C3%A8se

       - La dichotomie soi / altérité prend à la suite un nouveau relief.

       - Stephen Jay GOULD repris par Guillaume Suing sur deux autres aspects (rappel de la théorie du scientifique américain et pertinence de son regard critique), développe dans son Éventail du vivant une hypothèse de l'évolution, voire du progrès, par l'existence d'une sorte de mur, obligeant une direction à l'évolution.

     

      Évolution: la preuve par Marx. Dépasser la légende noire de LYSSENKO, Guillaume SUING, Editions Delga, 2016.

      18 euros, 224 pages, Référence : 978-2-915854-93-0

       Présentation de l'éditeur :

       "La théorie moderne de l’évolution, compromis temporaire entre darwinisme de tendance matérialiste et génétique de tendance idéaliste, est en "crise de croissance", à l’heure où les généticiens de laboratoire eux-mêmes ne croient plus à la définition classique que l’on donne au gène, et lui préfèrent une prometteuse "épigénétique"… Sans voir qu’il s’agit là de redécouvertes d’agronomes soviétiques, hier tant vilipendés pourtant.

       Ces derniers avaient en effet eu le tort de critiquer la corruption idéaliste des thèses de Darwin par la génétique, lui préférant ce qu’ils considéraient comme la forme la plus haute du matérialisme : le matérialisme dialectique.

       Depuis l’époque de DARWIN et de MARX, une tradition de critique des nouvelles théories scientifiques par les marxistes, s’est perdue entre l’excès d’arrogance des lyssenkistes et l’excès de révérence d’un Althusser par exemple, laissant, comme à chaque "crise scientifique", l’ombre du créationnisme obscurantiste refaire surface.

       À la lumière des dernières avancées de la biologie, il est temps de proposer à la critique une grille d’interprétation des faits nouveaux dans une définition réellement "matérialiste dialectique" de la vie, rendant son évolution aussi nécessaire que ses capacités à résister aux changements.

       Si on ressuscite la science marxiste pour comprendre la crise financière planétaire actuelle, il est temps d’admettre qu’elle peut aussi se rendre utile dans bien d’autres disciplines pour éclairer notre monde.

       Préface de Georges GASTAUD, professeur agrégé de philosophie."

       En savoir plus sur l’auteur

       Source : http://editionsdelga.fr/portfolio/suing/

     

     

       # En attente de visionnage, Xavier QUENTIN :

     

       Source : https://www.youtube.com/watch?v=qGDaJJP7oCY

    « MANTEAU ROUGE, MANTEAU VERTDANSE DES VACHES »