•  DE NOTRE DESTIN. (DES "POSSIBLES"...)

    DU MONDE / ANDERS

       "Image satellite composite montrant l'émission nocturne de lumière vers l'espace, essentiellement concentrée dans l'hémisphère nord dans les pays les plus industrialisés ; en Amérique d'une part, en Europe de l'Ouest et dans l'est de la Chine et au Japon. L'Inde, où une politique d'éclairage initiée par les Anglais a été poursuivie après l'indépendance, se démarque également. Il s'agit d'une superposition de photographies prises de nuit et par temps clair ; les limites des continents sont produites par l'ajout en couleurs sombres, des photographies équivalentes diurnes. Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Pollution_lumineuse

     

       Parce que le nucléaire terrestre ne quitte plus et qu'il plombe la vie comme choix humain avant de la détruire de toutes les manières inimaginables dont immondes (quasiment "sadiques") dès qu'il se libère - conformément à sa nature énergétique extraordinaire, parce qu'il s'agit d'une force qui nous dépasse complètement en renvoyant nos prétentions de maîtrise aux "chiottes" les plus gluantes et ricanantes, parce que Günter ANDERS a analysé jusqu"au bout qu'il a pu le cadre et le fonctionnement de notre monde (la télévision y tient une grande place) - et que nous continuons ces jours-ci la lecture du livre La Menace nucléaire par d'autres de ses mots fulgurants, un dernier extrait surligné va conclure les pages de Tsukshoin.

       [Il permettra, régulièrement réactualisé, de remettre sous les yeux ce que l'on ne veut pas voir - sans y réussir jamais (il est naturel de chercher à fuir ce qui ne ne peut se concevoir et encore moins s'admettre tout en ne pouvant absolument pas l'esquiver... ou du fameux "NE PAS POUVOIR NE PAS..." énoncé (de mémoire) en son temps par le sémioticien Jean-Marie FLOCH, autour du verbe (de verbe) pouvoir et de ses affirmations-négations), et accessoirement, comme gentillet pied de nez au combien illustratif de notre actuel destin technique, soit de freiner l'envahissement publicitaire tel que prévu par l'hébergeur Eklablog (une longue période sans billet déclenche - automatiquement... - davantage de fenêtres de promotions commerciales...]

     

      ("La farce cachée du nucléaire : L’état réel des centrales nucléaires françaises et les mensonges d’EDF" pour avant-avant-dernier relais et ce jour de point final, nous devant de compléter que la PRÉPARATION DES POPULATIONS est, contrairement à ce qui est annoncé dans ce livre tel que résumé, et suivant nos pauvres recherches et alarmes profondément ressenties présentées au cours des pages précédentes, à l'ORDRE du jour en plus hautes instances, à l'insu des concernés, prochainement pourtant convoqués comme co-gérants "subliminés"... Avis à la population : http://echelledejacob.blogspot.fr/2018/04/la-farce-cachee-du-nucleaire-letat-reel.html & http://echelledejacob.blogspot.fr/2018/03/si-vous-aimez-vous-enfants-lisez-ce.html)

       (La Turquie en "bonne" route, et entre de "bonnes mains", celles-là ou d'autres : http://www.rfi.fr/europe/20180402-turquie-poutine-erdogan-centrale-nucl%C3%A9aire-russie)

       (Une fiche répertoire est donc également mise en ligne. Elle complète l'ensemble des articles qui concluent Tsukeshoin en cet avril 2018, initialement le 3 à 11:09 : FICHE NUCLÉAIRE)

     

    Lire la suite...


  •  TOUTE-PUISSANCE, IMPUISSANCE, ...

    FACE A L'INVISIBLE

        Points rouges. Le fond bleu fait tant de bien, et pourtant... "La liste de réacteurs nucléaires regroupe les réacteurs nucléaires construits* dans le monde, qu'ils soient en fonctionnement, à l'arrêt ou bien démantelés. Ils sont classés par continent, pays et par fonction : soit pour les applications militaires, soit pour la production d'électricité dans une centrale nucléaire (réacteur dit de puissance), soit pour la recherche.

       On trouve la quasi totalité des réacteurs en Asie, en Amérique du Nord et en Europe. L'Afrique et l'Amérique latine n'en comptent que très peu, tandis que l'Océanie est le seul continent à ne pas compter de réacteur nucléaire.

       * Il existe un unique réacteur nucléaire naturel au Gabon et il est possible, sous certaines conditions, que des portions d'une mine d'uranium se transforment en réacteur nucléaire naturel sans intervention humaine."

       Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_de_r%C3%A9acteurs_nucl%C3%A9aires

     

        "Il est aussi légitime de diagnostiquer que nous sommes tous menacés par un seul et même danger qu'il est illégitime d'affirmer que ce fait facilite la reconnaissance du danger. Au contraire, il est plutôt vrai que l'universalité de la menace complique sa reconnaissance, non, qu'elle interdit même totalement cette reconnaissance. Je veux dire par là que, puisque nous sommes exposés sans différences à l'anéantissement, nous sommes privés, à peu près, de la faculté de prendre conscience de ce qui nous menace. S'il y avait une théorie sociologique de la connaissance, une de ses thèses fondamentales devrait être la suivante : ce qui est commun à tous les hommes ne se distingue pas mais reste invisible tant que cela ne cause pas, comme la faim, le froid ou la maladie, c'est-à-dire comme la  la misère, des souffrances directes."
     
       La Menace nucléaire, Considérations radicales sur l'âge atomique, Günther ANDERS (1981), traduit de l'allemand par Christophe DAVID, Le Serpent à plumes (2006), pp. 106-107.
     
     

    Lire la suite...


  •  ET N'OUBLIE PAS

    ANGOISSE

       Les petits cœurs, les yeux fripons, les ailes gonflées de tendresse, pour t'amadouer. "Viens, viens... Viens ! Ne pars pas. Reviens ! REVIENS !" Source : http://japosphere.blogs.liberation.fr/2018/02/20/fukushima-quand-communication-et-populisme-prennent-le-dessus-sur-la-prevention-des-risques/

     

       "Les acteurs impliqués dans la gestion du désastre japonais sont en partie les mêmes que ceux qui ont "géré" la crise nucléaire de Tchernobyl. C’est le cas notamment de Jacques LOCHARD, directeur du CEPN (Centre d’Étude sur l’évaluation de la Protection dans le domaine Nucléaire), ainsi que du docteur Yamashita SHUNISHI, membre de la commission d’enquête sanitaire, l’un des premiers à avoir prôné le relèvement de la norme de sécurité à 100 mSv/an, ou encore du professeur NIWA de l’université médicale de Fukushima. Ce psychiatre argumente en faveur d’un retour des habitants en réponse aux taux de dépression et de suicide croissants liés à la douleur de l’éloignement de leur pays natal. De fait, les réfugiés sont privés de liberté de décision sur leur propre sort puisqu’on ne leur donne ni les moyens de pouvoir partir ni ceux de se réintégrer totalement. Autrement dit, on les contraint à devoir gérer leur quotidien dans un environnement contaminé. C’est justement l’objet du programme Ethos Fukushima, qui fait suite au programme Ethos Tchernobyl, l’un comme l’autre dirigés par Jacques Lochard et dans lesquels les docteurs Yamashita et Niwa jouent un rôle fondamental. Ce programme est basé sur le calcul du coût/bénéfice en matière de radioprotection et vise à apprendre aux habitants à gérer leur quotidien dans un environnement contaminé, la migration étant jugée trop coûteuse.

      Source : http://japosphere.blogs.liberation.fr/2018/02/20/fukushima-quand-communication-et-populisme-prennent-le-dessus-sur-la-prevention-des-risques/

     

    Lire la suite...


  •  DE LA DÉRÉALISATION RÉALISATRICE (MATRICE)

       Hypernormalisation d'Adam CURTIS (201). Antipresse (Slobodan DESPOT) l'a mis en avant (https://antipresse.us1.list-manage.com/track/click?u=2629b793135807a38735c3ef1&id=abc9441de3&e=dbe1fd88be) relayé par le Blogalupus avec sa sélection d'illustrations : https://leblogalupus.com/2017/11/05/nouvelleaks-par-slobodan-despot-pourquoi-il-ne-se-passe-rien/.

     

    Lire la suite...


  •  VISIBLE... QUAND TU NOUS TIENS

    INVISIBLE

    INVISIBLE

       "Les rayons gamma (longueur d'onde inférieures à 5 nanomètres, invisibles), sont les plus énergétiques, tellement énergétiques qu'ils sont très dangereux. Les rayons gamma sont émis par des atomes radioactifs lors de leur désintégration. Ils peuvent causer de graves dégâts aux être vivants - mutations génétiques, brûlures des tissus, ...). Rien ne les arrête, ou presque : il faut une forte épaisseur de plomb pour s'en protéger." Sources : http://www.reseau-canope.fr/docsciences/Le-spectre-des-ondes.html & : http://www.educonline.net/spip/spip.php?article269

     

      Au seuil de conclure, l'effroi dans la gorge, le déboussolage prédomine.

     

    Lire la suite...


  •  DERNIERS PANNEAUX

       Source : https://www.youtube.com/watch?v=u6Y2la8rrPU

    Lire la suite...


  •  VILLE (ÉCOLOGIQUE) CO-GÉRÉE, "CITOYENNE" !

    VILLE DEMAIN, VILLE CHAGRIN ?

        Rue de l'Alma à Rennes, fin mars 2017. Depuis, l'immeuble aux inscriptions de colère est tombé. Bientôt nous connaîtrons l'allure ce qui le remplacera. Mais nous ne sommes pas pressée. [Revenir dans cette ville native - coureuse de PRÉEMPTION foncière comme récemment libérée  - juridiquement - sous la présidence de François HOLLANDE ("urbanisme de projet" !) ou séduite par toute autre procédure de bel acabit - est systématiquement un choc devant ce qui y pousse, et vite, officiellement auréolé des vertus du moment les plus socialement "appétentes", et selon les critères de densification désormais "enthousiasmées". Vers une ville très peuplée ("humaine" !), en hauteur ("architecturée" !), son sol, sa terre "collectivisés" façon verdure règlementaire et règlementée ("écologique" !), intimité et vie privée de clapier ("gamisée", "connectée" ?) (aérée ?). Quant à revenir à Paris ? Le discours est encore plus clair : https://www.paris.fr/parisresilient]

     

      Le CAMP - qui nous taraude, la VILLE CONCENTRATIONNAIRE au summum, intellectuellement, professionnellement, personnellement (vision emplie de trauma) formalisés grâce à Ruth STÉGASSY il y a quelque années dans l'une de ses émissions Terre à Terre - souvent citée en Tsukeshoin, d'autant qu'une vidéo choc, depuis disparue, illustrait "le programme" dans la sensation terrifique - trouve ci-après une bonne part de son expression. Cécile ASANUMA-BRICE, chercheur, se trouve au cœur de la problématique dans son versant particulièrement pathogène, et était l'invitée (comme une boucle bouclée pour nous), le 19 décembre 2015, de la journaliste (la nôtre préférée) partie voir ailleurs peu de temps après (faire du pain à la campagne, possiblement). Et permettez-moi de m'en excuser, le reportage promis sur Rennes la nouvelle, cité du futur enviable et envié de tous, ne sera pas de ce site ni d'aucun. Venez visiter la capitale bretonne muni des lunettes adaptées... avant la catastrophe !? (Sincère invitation.)

       Pour archive, Terre à terre en série : https://www.franceculture.fr/emissions/terre-terre/lobbying-et-regulations-3-la-fabrication-de-l-ignorance & https://www.franceculture.fr/emissions/terre-terre/un-monde-de-camps

       Nota : Les PUR (Presses Universitaires de Rennes) éditent tout juste Les Nouvelles fabriques de la ville de Guy BAUDELLE & Gilbert GAULTIER : http://www.pur-editions.fr/detail.php?idOuv=4589

     

       Détour retour par Tchernobyl et surtout Fukushima, zones "pionnières" au-delà du connu.

       "Modèles" ?

       Là où les villes et les métropoles ne disposent pas de cuirasse de plomb... (Quel avenir pour toutes ? Nucléaire et "dans" des programmes Ethos généralisés ?)

       [Où l'on pourra être très surpris de croiser certaines personnalités anti-nucléaires, dont la parole est rendue à l'une, démissionnaire de son organisme NTW doublement stressant ("prévention et anticipation" en effigie - de la fatalité et de ce qui est préparé à notre intention.]

       Nota : Le nucléaire étant horrifique, il s'agit de rester calme. Nous devons également reconnaître et souligner notre phobie de la "bonne entente" collective décidée par des instances supérieures et/ou profiteuse des enjeux (la zizanie et la division de même, d'ailleurs), et notre très grande distance - on l'a compris - avec la fabrication de la ville contemporaine (championne du "bien vivre" "ensemble" et de la démocratie participative - (très) limitée - en héritière "intelligente" de la modernité urbaine à laquelle notre vaillant immeuble de pierres et briques en photographie préalable appartient, quelque manière ouvrière qualifiée démontre-t-il), les deux associés en potentiel biais cognitif. Peut-être sommes-nous gagnée de pair, par l'absence d'enthousiasme propre aux êtres vieillissants ?! Bientôt, des artères d'un demi-siècle (bon sang,  atteint !).

     

    Lire la suite...


  •  VILLE BANLIEUE, VILLE CLAPIERS (VILLE CAUCHEMAR) ?

    VILLE RUSSE ?

       "Un quartier dortoir à Norilsk … Ou laideur et misère sont telles, qu’elles en deviennent belles". Source : https://chroniques-architecture.com/la-banlieue-russe-le-rap-dun-enfant-seul/

     

        Quand on a l'onglée, belles toujours à force de laideur et misère ?

        Par la capacité humaine à s'attacher et être touché surtout quand...

        (Rien de radioactif en ces premiers lieux pour autant. A moins que...) Introduction avant développements.

       

    Lire la suite...


  •  TERREUR

       Des points crépitant sur le film montrant Pipriat après la catastrophe sont le seul témoignage visuel des particules radioactives... (de source documentaire vue il y a quelques années, non retrouvée ; il s'agit d'un film portant sur les réactions - humaines assez rapides qui ont suivi la catastrophe en Allemagne, autrement différentes de celles de "la France"). Source : https://www.youtube.com/watch?v=mNHneJGvILc

     

    PEUR

         "Le 26 avril 1986 explosait la centrale nucléaire de Tchernobyl en Ukraine. Cette explosion a touché 3.3 millions d'Ukrainiens dont 1.5 million d'enfants. AP Photo/Vladimir REPIK." (Les chiffres annoncés ici sont à confronter à d'autres, ceux disponibles en consultant le site d'IndependantWho, par exemple, ou ceux des instances internationales, des médias de toute sortes.)

       "Pendant 48 heures, aucune image illustrant cet accident majeur, provoqué par une panne d’électricité, n’avait été montrée, ni aux Soviétiques, ni au monde. Mikhaïl GORBATCHEV, l’homme de la perestroïka et de la glasnost (la fameuse transparence), vivait là sa première épreuve du feu, incapable de tenir l’une de ses promesses : informer, dire la vérité. L’angoisse monta de plusieurs crans lorsque les premiers reportages furent diffusés. (...) On vit d’abord des silhouettes lointaines, courant en tout sens, sur les décombres de béton. Au-dessus d’elles, un hélicoptère tournait en rond. On sut alors qu’il s’agissait de pompiers, auxquels on avait demandé de lutter contre un ennemi invisible, la radiation. Vêtus de masques à gaz sommaires et de combinaisons qui ne semblaient pas très étanches…

        Visages invisibles, héros discrets, allant et venant sur les murs détruits de la centrale en fusion. On les appelait de ce terrible mot, les "liquidateurs", comme si par leur nombre, ils allaient pouvoir terrasser la pieuvre radioactive : ils furent 500 000 ainsi envoyés au front. En 2006, 20 ans plus tard, déjà 20 000 d’entre eux étaient morts de pathologies rares, mais surtout de cancers."

       Source : https://information.tv5monde.com/info/tchernobyl-26-avril-1986-souvenirs-d-une-catastrophe-nucleaire-6235

     

    Lire la suite...






    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires