• RELIGION, UNIVERSEL (ORIGINE HÉBRAÏQUE)

     MEGA-POUVOIR INSTITUTIONNEL (A CONSÉQUENCES...)

       Exodus gods and kings, Ridley SCOTT (2014). Qui a soulevé de communes polémiques raciales... (Choix des acteurs et figurants). Qui nous a gênée pour d'autres raisons dont le souvenir tourne autour du culte. Monothéiste affirmé ?

     

       Le méga-pouvoir conduit à conséquences... Regardées dans ce texte que le Lupus relaie pour notre plus grand intérêt, elles permettent d'approfondir l'analyse.

       Mais va-t-on en sortir de ce Tsukeshoin ? (Où le concept de liberté doit marquer le point d'orgue.)

       De nombreuses questions ne seront pas résolues d'ici là, et fort heureusement, mais celles-ci charrient trop de réflexion et d'actualité constamment liées au présent lieu pour de pas distiller quelques gouttes encore (christianisme, France, etc.).

       Et la religion, l'universel ne sont-ils point d'énormes "gâteaux abstraits" dont le totalitarisme intrinsèque force l'objectivation (minimale) ? Pour qui veut "ne pas voir le positif dans la catastrophe"...

       Nota : les "illustrations" du Lupus sont de pair relevées (focale sur le laïcisme par un yoga dit laïc dispensé à Paris, les propos d'une dite païenne, insoumis, notamment).

       Seules conclusions du jour : la bataille a lieu, et elle est féroce. Attention déterminations.

     

    RELIGION, UNIVERSEL (FRANCE, ISRAEL)

       Le baptême de CLOVIS à Reims, en 496.  "En 492, après une guerre contre les Burgondes et un traité avec leur roi GONDEBAUD, Clovis épouse CLOTILDE, nièce de celui-ci. Ce mariage lui vaut d'entrer dans le cercle restreint des grandes dynasties barbares d'Occident (Burgondes, Ostrogoths d'Italie, Wisigoths d'Aquitaine). Il le rapproche aussi du catholicisme dont Clotilde est une fervente représentante. (...) Il passe enfin à l'acte deux ans plus tard, le jour de Noël. Avant tous ses guerriers, il plonge dans le baptistère, une immense piscine dont les archéologues ont retrouvé les restes sous l'actuelle cathédrale. L'évêque REMI lance au roi la formule célèbre : "Depona colla, Sigamber !", ce qui signifie : "Dépose tes colliers [les amulettes des païens], Sicambre [autre nom donné aux Francs]". Pour le clergé catholique, qui craignait une victoire de l'hérésie arienne, la conversion de Clovis a un caractère providentiel. "Votre foi est notre victoire !" lui écrit AVIT, évêque de Vienne, en pays burgonde… L'empereur de Constantinople, qui dirige en théorie tout l'empire romain depuis la déposition du dernier empereur d'Occident en 476, témoigne aussi de sa satisfaction en conférant au roi franc le titre symbolique de "Consul des Romains". Source : http://anti-mythes.blogspot.com/2011/07/25-decembre-498-bapteme-de-clovis-reims.html

     

       "La France et l’universel, une réponse à Eric ZEMMOUR", Antonin CAMPANA, Terre autochtone, 05-01-2020.

        Sources : https://leblogalupus.com/2020/01/06/la-france-et-luniversel-une-reponse-a-eric-zemmour/ pour http://www.autochtonisme.com/2020/01/la-france-et-l-universel-une-reponse-a-eric-zemmour.html.

       COPIE SURLIGNÉE :

       "Dans un entretien accordé à une radio francophone, Eric ZEMMOUR expliquait (je cite de mémoire) que la France avait toujours, que ce soit à l’époque monarchique ou au temps de la République, entretenu un rapport singulier à l’universel. Il ajoutait que ce rapport à l’universel pouvait se comprendre quand la France était le pays le plus peuplé et le plus puissant d’Europe, mais qu’il était suicidaire aujourd’hui, puisque la France n’était plus qu’une puissance de second ordre.

       Eric Zemmour a une perception intuitive et souvent juste des situations politiques. Cependant, pour encore préciser son propos, il nous faut à notre tour ajouter que l’universel monarchique n’est pas l’universel républicain. Il y a entre les deux une différence de nature et son seulement de degré. Je m’explique.

       On sait aujourd’hui, à partir des travaux scientifiques sur l’archéologie de la période biblique, que la Bible hébraïque commença à être écrite dans le royaume de JUDA à l’époque du roi JOSIAS. Les scribes de ce roi, qui régna entre -639 et -609 avant Jésus-Christ, ont conçu, à la demande de celui-ci probablement, un roman national dont l’objectif était d’unifier, en la sublimant, une nation hébraïque culturellement et ethniquement hérogène. Ce roman constitue l’essentiel de l’Ancien Testament et présente une idéologie nationaliste, voire suprémaciste, tout à fait aboutie.

       Que nous raconte ce roman ? En résumé, il nous dit, premièrement, que les Hébreux, malgré des différences ethniques, religieuses et culturelles évidentes, forment un peuple homogène, au sens racial du terme : ce sont tous des "fils d’Israël". Il nous dit ensuite que ce peuple est différent de tous les autres peuples et qu’en raison de sa sainteté et de sa pureté particulière, il a été "élu" par Dieu. Or la problématique de l’élection implique toujours qu’il y a une mission : on est élu pour faire quelque chose (remplir un mandat, appliquer un programme, représenter un pays…). Ce roman nous dit donc, troisièmement, que la mission d’Israël est de propager la parole de Dieu dans l’univers et d’être un royaume de prêtre pour le monde, un monde unifié, pacifié, soumis, dont la capitale sera bien sûr Jérusalem !

       L’universalisme de l’Ancien Testament est un universalisme qui exacerbe la grandeur de la nation hébraïque et ferme totalement celle-ci aux étrangers. Les mariages avec les étrangers sont ainsi strictement interdits sous peine de mort. On refuse aussi tout ce qui provient d’eux : leurs cultures, leurs dieux, leurs vêtements, leurs langues, leurs manières de vivre… Certains peuples, géographiquement trop proches mais culturellement trop éloignés, doivent d’ailleurs être exterminés en raison du risque qu’ils font courir à la mission hébraïque. Ainsi des peuples Cananéens dont on se vante d’avoir fait l’holocauste, sans distinguer les hommes des femmes et les femmes des enfants. D’autres peuples, moins pervertis, pourront continuer à exister à condition de manifester leur soumission au Dieu d’Israël et au peuple-prêtre qui s’approche de Lui. Les conceptions religieuses vétérotestamentaires lient l’Etranger au profane, voire au pervers,  et le fils d’Israël au sacré et au saint. C’est en raison de sa sainteté qu’Israël peut s’approcher de Dieu. C’est aussi en raison de sa sainteté qu’Israël doit se tenir à distance du profane : souillé par les nations, le peuple élu pourrait à son tour souiller Dieu. On aboutit ainsi à une idéologie universaliste paradoxale : le peuple élu doit apporter la parole de Dieu dans le monde, mais pour cela il doit rester lui-même, se séparer des nations, ne pas se laisser influencer par elles et surtout ne pas se mélanger.  L’universalisme vétérotestamentaire est donc d’abord un vecteur d’affirmation nationale. Il ne suppose à aucun moment la dilution du peuple d’Israël dans l’humanité anonyme (la dilution dans l’universel est pour les autres peuples). Il affirme au contraire la suprématie du "peuple élu". 

       JESUS vient faire voler en éclat ce suprémacisme hébraïque. Que dit Jésus ? Il dit en substance que l’élection ne dépend pas de la filiation, c’est-à-dire du sang, mais de la foi. Il dit qu’on peut être un fils d’Israël sans être pour autant un "élu" et qu’on peut être un élu même si l’on est Grec, Scythe ou Samaritain. Il dit que le véritable peuple élu est composé de ceux qui croient en Lui et que tous les hommes, sans distinction d’origine, peuvent en faire partie. En bref, il détruit la haute idée que les Hébreux se faisaient d’eux-mêmes, et remet en question l’histoire mythologique qui assurait la cohésion du peuple particulier (dès lors la crucifixion devenait inévitable). Pire : l’Eglise ne tardera plus à se vouloir "Verus Israël", véritable Israël, manière de récupérer la "mission" divine et de signifier que la promesse de domination mondiale faite par Dieu aux Hébreux, revenait de plein droit à l’Eglise. Un nouvel universalisme apparaît ici : il s’agit toujours de glorifier le "peuple de Dieu", mais ce peuple ne se confond plus avec une nation ethnique fermée. Il a pris la forme d’une assemblée universelle ouverte à tous les hommes, quelle que soit leur race, leur nation, leur langue, leur culture ou leur condition sociale. Cet universalisme surplombe les nations et les frontières. Il les fait passer au second plan, jusqu’à relativiser leur existence.

      L’histoire religieuse de la France nous montre que c’est la conception universaliste hébraïque qui va s’imposer politiquement en Gaule (mais aussi en Europe) à partir de CLOVIS. L’objectif des évêques mérovingiens est de mettre le peuple franc au service de l’Eglise, comme le peuple d’Israël était au service de Dieu. Le peuple franc, choisi par l’Eglise, devient alors un peuple élu. Aussi l’histoire du peuple franc et du peuple d’Israël (celui de l’Ancien Testament, il va sans dire) est constamment mise en parallèle par les clercs : le franchissement de la Vienne par les Francs est assimilé au franchissement du Jourdain ; le "trait de feu" vu à Poitiers est assimilé à la "Colonne de feu" de l’Exode ; l’écroulement miraculeux des murs d’Angoulême est assimilé à l’écroulement des murs de Jéricho... Tout au long des époques mérovingiennes et carolingiennes les rois des Francs sont comparés aux rois d’Israël et les figures de références sont quasiment toutes vétérotestamentaires (DAVID, SALOMON, JUDITH, ESTHER…). Les histoires édifiantes proposées à la noblesse, les Miroirs, les guides disciplinaires, les codes de lois, les modèles sociaux identifient tous à l’Israël de l’Ancien Testament. CHARLEMAGNE se veut nouveau David et "recteur du peuple chrétien", les aristocrates de la cour se prennent pour JOSUE, SAMSON, GEDEON ou JUDAS, MACCABEE, les évêques se comparent à MICHEE, EZECHIEL, NATHAN et le peuple devient un "nouvel Israël" dont la mission est de protéger et de propager dans le monde la vraie foi.

       Cette assimilation du peuple français au peuple d’Israël va traverser les siècles. Jusqu’au couronnement de Louis XVI, la "religion royale" se justifiera par  la royauté biblique : tel David, le roi est élu par Dieu, il est oint et prend de ce fait un caractère sacré, il est "chef du peuple de Dieu" qu’il régit et commande. L’ordre pour oindre et couronner le Roi de France rappelle les qualités des grands bénéficiaires de la grâce divine : la fidélité d’ABRAHAM, la mansuétude de MOISE, la force de Josué, l’humilité de David, la sagesse de Salomon. Si le Roi est David ou Salomon, alors son peuple est Israël. Cette identification idéologiquement structurante servira à expliquer aussi bien l’histoire tourmentée du pays (la guerre de cent ans, les guerres de religion, la guerre de 1870… font écho, dit-on, aux châtiments d’Israël dans la Bible), que sa grandeur (la France fille aînée de l’Eglise, protectrice du peuple chrétien et nation christophore devant l’univers).

       L’universalisme d’ancien régime est donc un universalisme très vétérotestamentaire. Il n’est jamais question de transformer les Saxons, les Sarrazins ou les Anglais en Francs ou en Français. Les faire entrer dans l’Eglise, pour ceux qui n’y sont pas encore, ne revient pas à les installer dans le Royaume de France. Cet universalisme est au contraire un moyen d’exaltation nationale, un moyen de se distinguer, voire de se séparer : le peuple de France n’est pas un peuple comme les autres, il doit persévérer dans sa différence et son destin sera alors exceptionnel, conformément à ce qui lui est promis. L’universel dont il est question ici se confond avec une mission (protéger l’Eglise et étendre le culte de Dieu) mais cette mission suppose la persistance de la nation élue, pas sa dilution. Ajoutons que cet universalisme vétérotestamentaire suppose à la fois le peuple élu pour remplir la mission et l’existence de peuples déchus qui s’opposent à cette mission, peuples païens, très vite assimilés aux Cananéens. Puisque la  mission d’Israël dans la Bible passe par l’extermination préalable de ces peuples, on retrouvera ici ou là dans l’histoire de France la tentation de sanctifier la guerre en assimilant l’ennemi (Saxons, Sarrazins, Albigeois, Anglais, Protestants…) à de quasi-Cananéens. La "cananisation" de l’ennemi désamorce les consciences et peut rendre l’extermination légitime.

       Les républicains qui exécutent le coup d'Etat de 1789 sont les héritiers à la fois de l’universalisme vétérotestamentaire qui structure l’idéologie d’ancien régime et de l’universalisme néotestamentaire qui fonde l’idéologie de l’Eglise. Le mariage de ces deux universalismes va se révéler désastreux pour la France.

       La République "française" va récupérer l’élection et la mission vétérotestamentaire : c’est à elle que revient la charge de sauver le genre humain de la tyrannie. Mais la République va aussi hériter des conceptions néotestamentaires : elle doit intégrer de nouveaux Français dans le "corps politique"  (la nation), comme l’Eglise devait intégrer de nouveaux chrétiens dans le corps du CHRIST. Le "peuple" a choisi la République, comme Dieu a choisi Israël. Aussi la République organise-t-elle le culte du peuple. Mais le peuple dont il est question ici n’est plus une lignée, une culture ou une civilisation : c’est une assemblée, un agrégat d’individus qui ne cache pas sa vocation à s’étendre à l’humanité entière. Ce peuple n’est plus la France, car la France est destinée à se diluer dans l’humanité anonyme.

       La  République a donc une double attitude dictée par cet universalisme métissé, à la fois hébraïque et chrétien. D’une part, universalisme néotestamentaire, elle intègre des 1790 les Juifs au corps politique. Des millions d’immigrés suivront bientôt. D’autre part, universalisme vétérotestamentaire, elle porte la guerre dans toute l’Europe, elle fait un génocide de la Vendée et massacre les hérétiques. Au contraire de l’universel d’ancien régime qui suppose la préservation de la nation, l’universel républicain suppose à la fois l’utilisation de la nation pour porter le salut au monde et la dilution de la nation dans l’assemblée universelle ainsi créée. Il faut relire les ouvrages d’Arthur GIRAULT, fondateur du droit colonial républicain. Celui-ci explique fort bien cet universel républicain : il faut, explique-t-il, transformer les indigènes de l’Empire en "Français" et exterminer ceux d’entre eux qui s’opposeraient à cette "mission civilisatrice". Comme l’Eglise, qui veut faire venir en son sein de nouveaux chrétiens, Girault veut faire venir en république de nouveaux citoyens. Mais, comme Israël, Girault entend exterminer les trop lointains, les trop "Cananéens". L’universalisme républicain, c’est à la fois l’Eglise par son ouverture à tous les hommes, et Israël par son exclusivisme intransigeant et dans certains cas criminel.

       Pour en revenir à Eric Zemmour, il n’y a pas un universel français. Historiquement, il y en a au moins deux et ils s’excluent mutuellement. L’universel d’ancien régime ne sacrifie pas la nation pour réaliser la mission. Au contraire, la mission glorifie la nation. L’universel républicain, quant à lui, utilise la nation pour réaliser la mission. Et cette mission suppose à terme la destruction de la nation. D’autre part, l’universel républicain est inscrit dans le génotype du régime. Autrement dit, il va se manifester naturellement quelle que soit la situation, que la République soit puissante ou qu’elle soit affaiblie. Il ne saurait y avoir un universalisme acceptable quand la République est forte, et un universalisme suicidaire quand la République est une puissance de second ordre. C’est le même universalisme qui s’exprime par nécessité, car l’universalisme est le principe vital du régime. Si la France est devenue une puissance de second ordre, c’est précisément en raison de l’universalisme véhiculé par la République aux époques où la République était puissante. Ce sont les guerres démocratiques, le colonialisme, les politiques d’immigrations massives, c’est-à-dire l’universalisme républicain en acte, qui ont miné la France.

       La République issue de 1789 ne pourra jamais se libérer de son universalisme mortifère. Cet universalisme est son être profond, sa raison d’être, sa "mission" existentielle. Puisque cet universalisme nous tue et qu’il ne peut être extrait de la République, alors nous pouvons soit accepter le suicide dont parle Eric Zemmour, soit nous libérer au plus vite de ce régime politique répugnant."

       Nota : l'avis final de l'auteur est tranché. Les mots ont un relief et un sens.

     

        "Les Années terribles", 2e partie du film non vu "La Révolution française" de Robert ENRICO et Richard T. HEFFRON (1989), sous les conseils de l'historien Jean TULARD. "J'ai tant aimé le peuple français"... "Priez Dieu qu'il me soutienne jusqu'à la fin." A l'avant-bout du bout, la parole lui est retirée décidément. Sources : https://www.youtube.com/watch?v=gzrZEPkNxeg&feature=emb_title avec https://www.youtube.com/results?search_query=la+r%C3%A9volution+fran%C3%A7aise+de+robert+enrico+et+richard+t.+heffron+%281989%29+

       Réécouter scrupuleusement Marcel GAUCHET pour l'occasion (au Cercle Aristote). Pour SAINT-JUST et ROBESPIERRE, un roi ne se juge pas puisqu'il n'est pas un citoyen ordinaire.

     

       Sur le coup d’État de 1789, selon Antonin Campana :

       "Pour légitimer le coup d’Etat, la théologie républicaine affirme que les députés étaient les représentants de la nation. Répétons-le, cela est faux : les députés, élus au sein de leur Ordre, sont les représentants de leur Ordre. Juridiquement, c’est le Roi, et lui seul, qui représente alors la nation.

         SIEYES (Qu’est-ce que le Tiers-Etat ?) conscient par avance de la supercherie décrète que les Nobles ne font pas partie de la Nation et que le  Tiers étant "Tout", les députés du Tiers sont fondés à se vouloir non pas représentants d’un Ordre mais ceux de toute la nation. Juridiquement, avant le coup de force tout au moins, cela ne tient pas. Et puis quelle hypocrisie ! En quoi ces députés du Tiers, conseillers d’Etat, avocats (plus de 200 sur 598 !), négociants, marchands, procureurs, notaires, receveurs des finances, greffiers, notables…. représentent-ils une France agricole ?  Combien de laboureurs et de vignerons ?

      Le coup d’Etat va instituer une "représentation nationale" qui sera surtout celles des notables, bientôt des trafiquants de biens nationaux, puis de la grande bourgeoisie d’affaire. Elle va donner de nouvelles règles au jeu politique. Sous prétexte de droit on va décomposer le peuple en individus, puis on va le recomposer mécaniquement, en emboîtant des éléments standardisés. Le sujet concret du Roi, devient sujet abstrait de droit. L’homme enraciné dans un terroir devient une catégorie juridique interchangeable (le citoyen), la nation devient un corps politique atomisé, une communauté civique composée juridiquement d’individus esseulés.

       Rationalisation politique dira-t-on. Bien plutôt désintégration d’un peuple qui laisse l’individu, privé des "corps intermédiaires" qui le protégeaient, seul face à un Etat omnipotent. Il faudra se battre pour faire admettre à la "représentation nationale", aux mains d’affairistes, ces nouveaux corps intermédiaires que sont les syndicats, ou même les "conventions collectives" dans le droit du travail.

         La "Révolution française" relève donc de la mythistoire racontée par un Pouvoir qui entend se perpétuer. La réalité est qu’il y a eu un coup d’Etat qui visait les autorités en place. Quelles ont été les motivations profondes de ce coup d’Etat ? L’influence des Lumières (théorie du contrat), la composition sociale des députés du Tiers (principalement des hommes de loi), expliquent sans doute cette volonté originelle de ramener l’appartenance à une catégorie juridique (la citoyenneté) et le peuple français à un "corps d’associés" (Sieyès) dont la souveraineté (toute théorique) serait subtilement déléguée à une pseudo "représentation nationale".

       La République, en ces fondements, est négatrice des peuples identitaires. Elle ne connaît que des masses composées d’individus si bien calibrés et standardisés qu’on peut les empiler à l’infini, qu’ils soient d’ici ou qu’ils viennent de l’autre bout de la terre. Le creuset républicain, cette machine à désintégrer des identités pour intégrer des citoyens, n’est pas une perversion de la République : c’est l’essence même de la République. La raison d’être du coup d’Etat ? (...)"

     

    RELIGION, UNIVERSEL (FRANCE, ISRAEL)

        La tête du roi présentée à la foule de Paris." Vive la Révolution !" Source : http://eecarter.com/guillotine-straitjackets-cruel-to-be-kind/

       Nota : foule d'anonymes, ou foule de citoyens (du monde !) ? Citoyens, soit homme ou femme d'hier, en passe d'une autre stature contradictoirement ? D'une nouvelle strate, nouvelle épaisseur ?

       Le débat, si l'on peut parler en ce terme, s'exprime particulièrement "tranché" aujourd'hui : d'hier, il y aurait si peu à garder pour certains, et inversement pour d'autres... Permanence, mutation, mémoire, oubli, profondeur, surface... (Être, principes.) L'idée qui voudrait que le meilleur surnage en se composant des bonnes choses du passé au filtre de la critique, même la plus prosaïque (progrès, darwinisme grossier) est la plus tentante et sans doute celle qui prédomine pour notre époque, avec en argument éventuel que le pire fut nécessaire, et fort aimablement (- de propagande !) destiné à disparaître. (Comment ? Ne plus jamais nous concerner !, c'est-à-dire toujours mieux !).

       De l'optimisme. Souche. Cellulaire (biologique).

       De la récupération exploitrice (à toute échelle, de toute part) de l'espoir propre à la vie humaine, - ou moindre (basique) : de la simple croyance de vivant terrestre (avec des degrés variés sur la durée de ce Donné aussi évident que fragilement merveilleux, en soi et avec sa part de modelable).

       De notre génie et notre faiblesse dans la Nature.

       Et nous sommes nombreux ! Pour l'instant, toujours plus...

     

        # Quelque peu complémentaire, en soirée sur TVL, avec André PERRIN (Journal d'un indigné, Magnitude 7 sur l'échelle de HESSEL) : https://www.youtube.com/watch?v=rF88gW3rIn0

       Avec Fadi EL HAGE, "La décadence des élites, facteur de Révolution" : https://www.youtube.com/watch?v=t_vPYL_iXSI

       Et Régis CHAMAGNE, à écouter et réécouter de temps en temps, si l'on aime son pays, - comme qui ? : https://www.youtube.com/watch?v=Kx2l_eY-MAc

     

       Les Inconnus, "La Révolution" (date ?). En plein dedans, hilares. Source : https://www.youtube.com/watch?v=pibSbfAPE-g

     

    « CRACKS DEBRIDÉS (SUITE)ANACHRONIQUES »