• REPONSES "SIMPLES" / COUSIN (2016)

     AUX QUESTIONS BASIQUES

       Avec THE CURE, "A Forest" (1987), caressée, striée de la voix de Robert SMITH, - mélopée infinie, inextinguible -, Varg VIKERNES. Source : https://www.youtube.com/watch?v=ym6kVqYld08 ("Performing", regard placide, indécollable du chanteur compositeur jeune et savant : https://www.youtube.com/watch?v=xik-y0xlpZ0 & https://www.youtube.com/watch?v=WIMlPygBV2o)

       Quand une devient la (forêt). Rien à ajouter ? Trop déjà ? Comme un air de déjà dit : conduire sur le périf, Jean-Patrick MANCHETTE, la mort dans l'âme en moins, et... une forêt en plus. Homme. (Femme.) Comment vivre aujourd'hui, d'autant si Sapiens survint de Neandertal... mais encore, ailleurs, quiconque avec flammèche. SAVOIR, SAVOIR. ENTENDRE. 

      Francis COUSIN.

     

       Source : https://www.youtube.com/watch?v=24vWJm2NfmQ

       On ne se lassera pas d'écouter ce que Francis COUSIN répond à une salle avertie et curieuse lors de son invitation à Nantes le 25 juin dernier. C'est l'avenir qui est en selle. Et les formules de Francis COUSIN font plus que jamais mouche. Merci à E&R Nantes.

     

       Première partie, conférence préalable de Francis COUSIN. Le question-réponse avec la salle, précédemment relayée permet de connaître avec plus de précision comment le penseur "communard" (plus juste que "marxien" selon lui-même) imagine et raisonne la "révolution", mais la deuxième écoute en ci-simultané de billet ne peut que la faire recommander à satiété. Pas de connivence avec les auditeurs. Calme personnel. Remaniement discursif. Hargne momentanée à déguster (truculence verbale) ! Source : https://www.youtube.com/watch?v=VN3R0AFACv4

       Pour une autre question sur le slogan d'E&R non reprise par la vidéo... d'E&R, par Aufhebung ! : https://www.youtube.com/watch?v=1YW5nY8unF0

     

       Notes (ne portant que sur une partie des propos de Francis Cousin) :

       - Parfait ! Cet adjectif qui colle à l'enthousiasme et la force de conviction de Francis COUSIN. Doté d'une remarquable énergie vitale - juvénile comme Robert (SMITH), sans barbe pointée ! - sa description de la réciprocité en vertu d'échange s'avère peut-être trop subtile pour tenir.

        En émancipation, l'impossible serait-il agissant ? Non, seulement, on peut le croire, mais un être en sa jouissance de vivre (et communauté sacrale universelle), dans la "sacralité de (sa) jouissance respectueuse", "accomplissant sa fertilité", est en mesure de s'exprimer, faire et se mouvoir ainsi... Pas d'organisateur, d'éducateur en chef déclarés, d'agenda, de programme fermes, immuables, et avec le goût, la volonté définitive de ne plus en avoir, en surcroît.

       - Spontanéité en actes. Conscience. "C'est nos corps, c'est nos tripes qui prennent conscience et saveur de notre désir."

       "Renverser la totalité paraît onirique, utopique car (il y a ) désapprentissage de l'être des profondeurs."

       - "Fédération internationale" ? "Universel" ?

       "Les communautés se créent en coopératives de production et de distribution, elles sont fédérées les unes aux autres au terrain local puis au terrain régional et il y a une centralisation organique qui par périmètre de longitude et de latitude se met en marche et qui, après, s'étend au fur et à mesure que la révolution s'étend. C'est un processus révolutionnaire."

       "Par cette fédération mondiale qui ignorera l'argent et les échanges, on mettra un processus de production répartition en fonction des besoins humains qui supprimera l'aliénation et (...) donc le développement de l'esclavage."

       " Il y aura analyse des besoins et de la production. La mécanique se mettra en marche. L'humanité ne peut pas être plus bête que la réification aliénatoire. Il y aura une spontanéité."

       "Dans le mouvement, il y a une création incroyable." (...) La communauté, elle s'organise, parce qu'au quotidien, faut manger, faut se soigner..."

       "L'intelligence, c'est d'abord une capacité collective à assurer une joie collective."

       Plus loin, il est question de "guerre sociale", entre le "prolétariat universel, c'est-à-dire nous tous", et "la classe capitaliste mondialiste universelle", avec des avancées et des reculs. "Les forces de répression du capital vont se mettre en marche."

       "La communauté universelle, ce n'est pas un pas en avant dans la modernité asphyxiante, c'est un retour archéo-futuriste à ce que nos communautés locales avaient de positif mais qui était condamné à mourir parce qu'elles étaient locales et étriquées. La communauté humaine universelle (...) préserve toutes les ancestralités et les richesses de nos cultures. On retrouvera les mêmes fromage de chèvre, on retrouvera le vrai cochon noir."

       "Nous sommes des êtres profondément communistes."

       "Il faut que les gens se réapproprient leur histoire."

       La seule chose que le capital ne peut récupérer : "la saveur de notre volonté tripale de jouir."

     

       "Daddy cool", BONEY M, (1976). C'est pas du BACH, mais c'est tripal et hyper-savoureux... Et Varg VIKERNES aime aussi. Rien n'est perdu (du Tout). Source : https://www.youtube.com/watch?v=QtxlCsVKkvY

     

       "Boney M. est un groupe vocal jamaïco-antillais de disco-pop, créé et dirigé par le producteur allemand Frank Farian et qui fut actif de 1976 à 1985. Les quatre membres originels du groupe sont Bobby FARRELL, Liz MITCHELL, Maizie WILLIAMS, et Marcia BARRETT. Reggie TSIBOE a chanté avec eux de 1982 à 1985. Le groupe a vendu plus de 50 millions de singles et 60 millions d'albums dans le monde selon les chiffres de leur producteur Frank FARIAN 1,2.

       (...)

       Si officiellement Bobby Farrell est le danseur et chanteur du groupe, la voix rocailleuse est celle de Frank Farian lui-même, modifiée par l'électronique et enregistrée sur bande magnétique. De même, Maizie Williams n'a jamais chanté de toute sa carrière au sein du groupe. La plupart des chansons sont chantées par Liz Mitchell et Frank Farian, Marcia Barrett faisant les chœurs, et quelques chansons en solo (notamment Belfast).

       L'image de Boney M., trois filles prosternées aux pieds d'un maître vaudou aux allures de proxénète, a sans doute contribué au succès du groupe, mais c'est surtout la qualité des mélodies et des instrumentations, très travaillées, qui expliquent le triomphe phénoménal que remporta la formation en Europe avec les titres Daddy Cool 3 (1976), Sunny (1977) ou Ma Baker (1977) ainsi que leur version du classique reggae des Melodians, Rivers of Babylon (1978), troisième meilleure vente de 45 tours de toute l'histoire des classements britanniques. (...)"

       Source Wikipédia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Boney_M.

     

       "Sunny", Boney M (1977). "I love you..." Source : https://www.youtube.com/watch?v=yD8DcgpLp_w. Puis "Gotta go home" (1979). Source : https://www.youtube.com/watch?v=5ww-pQynEDI

       Et "Ma Baker" (1977) : https://www.youtube.com/watch?v=oR6eKmqSEa0

     

    « POLITIQUES ANTI-CONVENTIONNELLESRÉGIME POLITIQUE 2016 (PARA-LIBERTÉ) »