• REVENU DE BASE... CROWFOUNDING

     LA BOUCLE EST BOUCLÉE : DIVINE, CÉLESTE ?

    REVENU DE BASE... CROWFOUNDING

          "Des exercices menés par des avions de chasse ont dessiné de grands cercles blancs sur fond bleu, de Mont-de-Marsan à la Côte sud, jusqu’en Béarn." Photographie de Vincent DEWITE, Mont-de-Marsan, 05-12-2016. Source : http://www.sudouest.fr/2016/12/05/en-images-d-etranges-traces-dans-le-ciel-des-landes-font-reagir-les-internautes-2591559-3452.php

     

       L'actualité.

     

    REVENU DE BASE... CROWFOUNDING

    REVENU DE BASE... CROWFOUNDING

       HUBRIS (vers l'infini) ou ronds de fumée... Source : http://www.sudouest.fr/2016/12/05/en-images-d-etranges-traces-dans-le-ciel-des-landes-font-reagir-les-internautes-2591559-3452.php & http://www.cielvoile.fr/2017/10/dans-le-ciel-des-cevennes-le-25-septembre-2017.html

     

       "Un revenu de base financé par crowdfunding lancé en France", Conception ALVAREZ, Novethic, 26-10-2017.

        Source : http://www.novethic.fr/empreinte-sociale/conditions-de-travail/isr-rse/un-revenu-de-base-finance-par-du-crowdfunding-lance-en-france-144948.html

       COPIE SURLIGNÉE :

       "C'est une première en France. Une expérimentation sur le revenu de base financée par du crowdfunding va être lancée la semaine prochaine par Julien BAYOU, conseiller régional et porte-parole d’EELV. Mille euros seront versés pendant un an à une personne tirée au sort. L’initiative est née en Allemagne il y a trois ans et a déjà permis de financer 119 revenus de base.

       "Nous espérons verser le premier revenu de base avant Noël", précise Julien Bayou, conseiller régional en Ile-de-France, porte-parole d’Europe-Ecologie Les Verts, désormais à la tête de la première expérimentation sur le revenu de base en France. "Notre objectif est d'interpeller l’opinion publique sur ce sujet et faire la preuve que c’est possible."

       Mille euros par mois seront versés pendant un an à une personne tirée au sort. Sans aucune distinction d’âge, de sexe, de ressources ou même de nationalité. Pour atteindre les 12 000 euros, une campagne de financement participatif est lancée. À chaque fois que la somme sera collectée, une nouvelle loterie sera organisée. Le concept est tiré d’une initiative allemande (1) lancée il y a trois ans par Michel BOHMEYER.

       S’interroger sur la vie qu’on veut 

       Ce trentenaire berlinois a touché une rente de 1 000 euros par mois après avoir revendu une startup qu’il avait co-créée. "Ça a totalement changé ma vie. Je me suis mis à vivre de manière plus saine, à mieux dormir, je suis devenu un meilleur père. Je suis devenu plus créatif, plus courageux. Je me suis mis à développer des qualités que je ne connaissais pas chez moi. La peur de manquer d’argent avait soudain disparu, je me sentais libre et décontracté", témoigne-t-il.

       Très vite, il se penche sur l’idée du revenu de base, qui avait fait l’objet outre-Rhin d’une pétition soutenue par 50 000 personnes mais rejetée par le Bundestag. Grâce à un généreux don d’un homme d’affaires allemand, fervent défenseur du revenu de base, la première somme est réunie en trois semaines. Puis, en moins de trois mois, 50 000 euros sont collectés pour financer les premiers revenus.

       Christoph, alors âgé de 26 ans, est le deuxième à avoir été tiré au sort. Il a quitté son travail peu épanouissant dans un centre d’appels pour suivre une formation d’éducateur. Milo, 5 ans, a lui aussi été tiré au sort. Pour ses parents, graphiste et photographe, c’est l’occasion de vivre plus détendus et de s’offrir leurs premières vacances en famille. "Cela permet de se poser les bonnes questions sur la vie qu’on souhaite mener", explique Jesta, 40 ans, une autre gagnante.

       Personne n’est devenu fainéant 

       En trois ans, près de 75 000 personnes ont donné 1,5 million d’euros pour expérimenter 119 revenus de base. En moyenne, quatre revenus de base sont financés par mois. Un bon rythme de croisière. "Cette expérience est la plus aboutie à ce jour. Et on s’aperçoit que personne n’est devenu fainéant. Au contraire, les gens se relancent parce qu’ils n’ont pas besoin de s’inquiéter pour l’argent et qu’ils peuvent réfléchir à ce qu’ils veulent faire de leur vie", réagit Denise GRESLARD-NEDELEC, vice-présidente de la Gironde, département très actif sur le sujet.

       Malgré certains biais – l’expérience est limitée dans le temps et porte sur un trop petit échantillon pour être validée scientifique – "elle a le mérite de poser les bases d’une discussion", estime Nicole TEKE, coordinatrice internationale du Mouvement français pour un revenu de base (MFRB). Au total, ce sont 700 000 Allemands qui ont été sensibilisés au sujet. "Cela permet à chacun de se sentir concerné par les possibilités qu’offre le revenu de base et ouvre la voie à une expérimentation à l’échelle nationale." 

        Le MFRB soutient ainsi l’initiative lancée par Julien Bayou. Le militant s’est également adossé à une chercheuse qui viendra valider la démarche et tirer des enseignements à partir des témoignages des personnes qui sont tirées au sort mais aussi qui s’inscrivent. "Nous savons qu’il va y avoir beaucoup de réactions et de critiques parce que ça touche à la conception du travail et du statut social, des choses très personnelles, mais notre démarche est justement faite pour poser le débat." Le prochain tirage au sort en Allemagne est prévu le 15 novembre, en attendant de pouvoir s’inscrire sur le site français."
     
       Note :
     
       - Passer par le hors-sol pour trouver ou retrouver une nature humaine en adéquation avec elle-même et son milieu ? Plus simple : y'a pas ?
     
       Quels résultats à attendre ? Quels développements terrestres ?
     
       De recevoir "du ciel" (en l'occurence, et toutefois, son auto-ciel) la réponse à un besoin express, ou les moyens de satisfaire ses aspirations profondes... pose question, notamment par son parallélisme avec la situation humaine sur terre, comme le souligne Michel DRAC (5000 ans de dette), alors que le milieu, le nôtre, le seul ayant fait ses preuves, atteint des niveaux d'exploitation et de délabrement très poussés du fait de l'argent (certes un argent particulier) mais aussi de l'inventivité du "bipède cervelé" (on l'aime tant), et que le moyen tuyauté en corne d'abondance, pourrait continuer de pousser à multiplier des activités superflues et destructrices...
     
       Avec un revenu (des "ressources" - terme sublime et lourd de sa médiation, de son artificialité) suffisant (sans excès ?, ni dans un sens ni dans l'autre), parfois limite, trop juste, l'homme va réagir, se mettre en mouvement, chercher remède, avoir idées et pratiques à intention correctives et/ou satisfaisantes.
       Tel est le scénario vertueux décrit.
       La possibilité d'un argent destitué de sa centralité est également envisagée...
     
       Nous nous interrogeons évidemment sur les nouveautés, inNNNnovations consécutives à l'ouverture de la corne d'abondance artificielle... alors que la problématique principale nous semble la connaissance de la vérité et du juste (bon, beau) par la proximité au donné, le plus étranger (la dite "nature", verte, animale, stellaire... "écologique" en galvaudée, "l'environnement", au pire des jargons) comme le plus intime (en notre for et manières), les deux indissociables, soit la Nature (universelle, puissante, formidable, amorale ?, mais vraie).
      Qui soutient l'argent du ciel ?
      Et très pragmatique : qui va trancher en monde euphorisé ? Qui va savoir le faire ?
      (Sans parler de conséquences organisationnelles dures et conséquentes en société d'héritage relatif - moralement).
      Rien d'irréconciliable pour autant... (?)
     
      Et ça brûle...
     
      - En Tsukeshoin, le revenu de base ou dividende universel, etc.. : http://tsukeshoin.eklablog.com/revenu-de-base-co-a119661398

     

    « DISPARITION DU CASHMONNAIE PLEINE (SUISSE) »