• Rue Paul Féval, RENNES 01-12-2015

    BALAYÉS

       La rubrique démarre mal ! Je vais parler d'une parcelle urbaine presque nue, nouvellement vidée. De l'immeuble qui s'y tenait depuis un siècle au moins, réduit désormais à de sommaires moignons de façade, des pignons mitoyens, et qui devait ressembler à son voisin : immeuble de rapport à la "rennaise", dans un quartier ouvrier, résidentiel.

       Pas de trémolos pour autant. De la peine, sûrement, trop même - on l'a taira, mais un peu d'observation, après gros plan.

     

      La maçonnerie m'a attirée (hors enduit extérieur !), avant que les trémies de cheminée. Pour sa constitution et ce qu'elle soulevé : l'effacement d'un chantier de construction, banal en son temps, avec ses règles de l'art, sans prétention mais savantes, et principalement manuelles, forcément issues d'un gros travail physique, humain, et sans doute animal pour le transport local.

      Les murs de moellons sont hourdés à la terre. Les pierres sont de la région de Monfort-sur-Meu probablement (schiste rouge). Nous sommes à deux pas de la gare. Les trains devaient amener de nombreux matériaux, dont le bois, dans des nuages de fumée.

       Outre la reconstitution d'une époque, riche en animations (la rue, lieu de mouvements corporels intenses et nombreux), outre le savoir-faire aussi délicat qu'énergique, quel peu de traces nous avons de ces moments si particuliers que sont les chantiers proprement dits, singulièrement lors de l'explosion urbaine démarrée à la moitié du XIXe siècle .

       Le moment d'une démolition (assez nombreuses dans le quartier, on y reviendra), leur mémoire nous en est vaguement esquissée.

       - Se trompe-t-on en imaginant un forcing alors ? C'est-à-dire devoir construire vite, très vite, avec des méthodes distinctes mais encore proches de celles du Moyen-Age ?

       - Saurions-nous construire ainsi aujourd'hui ?

       (- Le peu de traces mémorielles est-il dû à mon ignorance plutôt qu'un blanc historiographique ?)

       - L'immeuble qui va probablement le supplanter sera-t-il valable pour ses habitants, et pour les passants, et pour les voisins ?

       - Enfin la question fatidique qui cherche sincèrement sa réponse et qui se poursuivra partout ailleurs : quel est l'apport de la modernité architecturale  ?

    (Légèrement révisé le 15-12-2015)

    « Collège Saint-Paul, USA / KHAN - 2011/2015 ANTRE SACRE, regard volé »