• Sommeil plus court, évolution cognitive

    GÎte de Meneham

       Source : Gîte de Meneham, dans le Finistère (29). Diffusion Advisor.

    https://www.tripadvisor.fr/LocationPhotoDirectLink-g1736200-d2713330-i111501748-Gite_de_Meneham-Kerlouan_Finistere_Brittany.html

     

        "Évolution : une supériorité de l'Homme serait... son bon sommeil", Marie-Céline Jacquier, Futura-Sciences, le 20/12/2015. 

        "Par rapport aux primates proches de l’espèce humaine, l’Homme dort moins mais son sommeil serait plus efficace. Un avantage qui lui aurait permis de gagner du temps pour les apprentissages et de favoriser ses capacités intellectuelles.

       Bien dormir est essentiel pour être en bonne santé et il est souvent reproché aux écrans (télévision, smartphones, ordinateur…) de réduire la durée de notre sommeil. Mais comment le sommeil humain a-t-il évolué depuis la nuit des temps ? Dans un article paru dans Evolutionary Anthropology, des chercheurs de l’université Duke, en Caroline du Nord, ont analysé la relation entre le sommeil et l’évolution de la cognition chez l’Homme. Pour cela, ils ont recherché des articles portant sur le sommeil des primates. 21 espèces ont été inclues dans cette étude : babouins, lémuriens, orangs-outangs, chimpanzés, humains

       Les chercheurs ont alors trouvé que les humains, avec une moyenne de sept heures de sommeil par nuit, étaient de petits dormeurs comparés aux autres primates. Ainsi, certaines espèces de primates, comme des macaques (macaque à queue de cochon) ou des lémuriens (microcèbe mignon), ont besoin de 11 à 14 heures.

       Cependant, le sommeil humain serait plus efficace avec moins de temps passé dans les stades de sommeil léger, et plus dans le sommeil profond. La phase de mouvement oculaire rapide où l’individu rêve en sommeil paradoxal représente 25 % du sommeil humain. Chez d’autres primates, comme des lémuriens ou des singes verts d’Afrique, cette phase du sommeil dépasse tout juste 5 %.
       Les chimpanzés dorment dans les arbres, avec une moyenne de 11,5 heures par nuit.

       Des apprentissages favorisés grâce à un sommeil court et efficace

       Cette différence entre le sommeil de l’Homme et des autres primates ne serait pas quelque chose de récent, favorisé par les lumières artificielles ou les écrans. En effet, une autre étude sur le sommeil de chasseurs-cueilleurs en Tanzanie, Namibie et Bolivie avait montré que ces tribus dormaient même moins que les sociétés occidentales

       En revanche, cet article comparant l’Homme aux autres primates suggère que les humains ont remplacé la quantité de sommeil par une meilleure qualité bien avant l’arrivée des nouvelles technologies. D’après les chercheurs, cette transition se serait faite lorsque les hominidés ont abandonné leurs lits dans les arbres pour dormir sur la terre ferme comme aujourd’hui. Une fois au sol, les humains auraient commencé à dormir près du feu, en groupes et au chaud. La menace des prédateurs ou des conflits avec des groupes opposés aurait raccourci le sommeil à une durée la plus courte possible : nos ancêtres auraient donc subi des pressions de sélection pour répondre à leurs besoins en sommeil en un minimum de temps.

       Or un sommeil plus court présente des avantages : cela permet de libérer du temps pour d’autres activités, comme l’acquisition de nouvelles compétences et connaissances, et la vie en société. Un sommeil plus profond permet aussi de consolider les compétences acquises, aiguiser sa mémoire et stimuler le cerveau. En définitive, cette évolution du sommeil humain aurait favorisé les capacités cognitives de nos ancêtres."

       Source (à consulter pour les nombreux mots clés redirigés) :

     http://www.futura-sciences.com/magazines/nature/infos/actu/d/nature-evolution-superiorite-homme-serait-son-bon-sommeil-60872/

     

         Commentaire d'Olivier SOULIER, médecin homéopathe, animateur du site Sens et symboles, en introduction à l'article relayé dans la Lettre Médecine du Sens n° 98, fin 12-2015.

       http://www.lessymboles.com/evolution-une-superiorite-de-lhomme-serait-son-bon-sommeil/

       "Le sommeil court favorise l’évolution et montre la supériorité des hominidés sur les primates.

       En fait quand l’homme dort sur le sol et non plus sur les arbres, il doit apprendre à se régénérer plus vite pour éviter les dangers et il libère aussi ainsi du temps.

       Posons-nous la question sur la problématique des insomnies qui sont assez fréquentes dans les situations de stress prolongé et de conflit auquel on n’arrive soit pas à accéder soit à le résoudre. L’organisme déclenche des insomnies. Nous pourrions dire que le stress empêche le sommeil. Mais nous pouvons aussi le voir autrement, comme une marche forcée vers l’évolution et la recherche de la solution. Un travail profond vers la conscience.

       Nous comprenons alors pourquoi les somnifères nous conduisent à la maladie en empêchant la solution. Ce travail peut prendre des années."

    « Rester mineur / KANTENFANTS TRANQUILLES / GRIFFITHS »