• VERDURE SUR BETON

    Projets de végétalisation urbaine

    Verdure sur béton Milan

     "A Milan, un hectare de forêt verticale sur deux tours

       Faire pousser des hêtres, chênes verts, oliviers, pommiers, cerisiers et noisetiers de Turquie sur des immeubles : c'est le pari réussi de l'architecte italien Stefano Boeri en 2014. Primée par le prestigieux International Highrise Award 2014, son projet baptisé Bosco verticale (bois vertical) s'est concrétisé par la construction de deux tours, respectivement hautes de 80 et 112 mètres.

      Leurs centaines de balcons abritent 900 arbres. L'équivalent d'un hectare de forêt ! De quoi capturer des gaz à effet de serre, mais aussi améliorer la qualité de l'air que respirent les habitants de ces deux tours. Parmi les essences sélectionnées, certaines présentent en effet la particularité de capturer les micro-poussières présentes dans l'atmosphère. "

       Source :

    http://www.wedemain.fr/Pour-lutter-contre-la-pollution-et-le-rechauffement-4-projets-de-revegetalisation-des-villes_a1524.html

     

       Remarques :

       Premier exemple de ce type de projets, l'article lui-même en présentant quatre. Nous enrichirons peut-être ce billet d'autres.

       Qu'en penser ? Le ton du journal WE Demain est à son habitude enthousiaste, et de ce fait communicatif. Les nombreux arbres installés sur les nombreux balcons en deviennent forêt ! Passons l'exagération, le fantasme même ! Qu'apprend-on aussi ? Que ce sont d'abord des tours qui ont été construites, c'est à dire des immeubles de rapport et de très forte densité, à impact volumétrique violent sur le reste de l'espace urbain (ombre portée, perspective céleste, rapport piétonnier...).

       Prouesse technique, part de nature végétale, inauguration de la combinaison des règnes (végétal, minéral, humain sans doute un peu animal - insectes, oiseaux) peuvent être les arguments de l'optimisme de mise. Nous n'arrivons pas à y souscrire malgré notre curiosité initiale, et même notre penchant visuel.

       Nous tâcherons d'éclaircir notre réticence de fond au fil d'autres notes. L'enjeu des villes aujourd'hui semble de "renaturaliser" l'espace (par le végétal, principalement, et par transplantation notamment aérienne, doublement a minima pour ne pas dire contre-nature) et d'éviter l'expansion foncière (densifier et moins conquérir en périphérie). Des arbres, des herbes sont évidemment un apport véritable (dans l'univers si minéral des villes), mais la poursuite d'un système d'implantation humaine par l'urbain économiquement rentable est manifeste, tandis qu'une densification toujours accrue engendre une ville de moins en moins "humaine" (en terme d'échelle, déjà). La verdure semble le prétexte trouvé à une accentuation du problème urbain (l'humain déconnecté du sol, de la nature, hors-sol), probablement lourd de conséquences, sans l'interroger véritablement.

       L'idée d'obsolescence programmée survient également, pour les arbres sur balcon, mais aussi pour les murs verticaux plantés. Vont-ils tenir longtemps ? Peuvent-ils même se développer ? Le végétal est d'un périssable source de profit financier, que l'on peut encore forcer, précipiter pour générer de nouveaux métiers, de nouvelles activités, de nouvelles productions, tandis que l'adaptabilité, l'indéfini des plantes est depuis longtemps exploité par les sociétés humaines, sans état d'âme aucun. (vision marxienne sans doute) Le supplément d'âme en question se réduit au chant esthétique.

       Revenir à notre geste le plus archaïque aussi, soigner (PRENDRE SOIN DE) ce qui nous nourrit et abrite. Mais pourquoi tant de débauches d'énergie (et de destruction) au passage ? Prix de notre succès démographique (jusqu'où) ou erreur d'aiguillage (qui commence à peser) ?

     

     Autre projet, encore en Italie, mêmes remarques(au 22-12-2015) que précédemment, le style pouvant attirer davantage, mais n'étant finalement que mimétisme... grossier ? Dure !

       Source : http://divisare.com/projects/283279-Luciano-Pia-25-Verde

     

       # Au 24-05-2017, d'autres articles ou vidéos ayant alimenté notre réflexion (dont un reportage d'Actu-environnement laissant la parole à un spécialiste de... (quoi au juste ?) devant naturaliser des espaces urbains)... Nous écrirons une page là-dessus, espérons. En attendant, Chroniques d'architecture remplit assez bien nos absences précédemment exposées (par volonté de modération un peu trop fort) : https://chroniques-architecture.com/le-cynisme-vert-eleve-au-rang-dindustrie/

       Reportage d'Actu-environnement : https://www.actu-environnement.com/ae/news/ensauvager-ville-toits-vegetalises-agriculture-nature-biodiversite-28698.php4

     

       # Au 29-05-2017 : Le tronc comme enveloppe ? https://www.wedemain.fr/Et-si-le-gratte-ciel-de-demain-venait-se-loger-dans-le-tronc-d-un-sequoia-geant_a2714.html

     

       # En Chine aussi, bien évidemment (003-07-2017 :  http://echelledejacob.blogspot.fr/2017/07/chine-la-premiere-ville-forestiere-du.html

     

       # Module industriel : https://chroniques-architecture.com/riverside-acier-et-treille-vegetalisee/

     

    « De la nature humaine, survie actuelle ? Intelligence artificielle pour tous / OpenAl »